20 oeuvres pour (enfin) aimer la gĂ©opolitique ! 🎹

20 oeuvres pour aimer la geopolitique e1610276629659

Tu es lycĂ©en et tu hĂ©sites Ă  choisir la gĂ©opolitique comme spĂ©cialitĂ© ? Tu es dĂ©jĂ  en terminale mais tu ne sais pas quoi choisir entre l’ESH ou la GĂ©opolitique en prĂ©pa ECG ? Tu fais de la gĂ©opolitique en Ă©tude post-bac mais tu en as un peu marre d’étudier le dĂ©veloppement des structures claniques au fin fond du Mali ? Tu souhaites simplement dĂ©couvrir des Ɠuvres qui ont un sens, des valeurs, un engagement ? Alors pas de souci ! Tu as frappĂ© Ă  la bonne porte. 😄

La gĂ©opolitique est un domaine qui est complexe, riche, intĂ©ressant et surtout nĂ©cessaire ! Mais il suffit de n’avoir aucune information sur la matiĂšre (ou mĂȘme d’avoir un prof peu intĂ©ressant) pour totalement la dĂ©laisser. Laisse-moi aujourd’hui te prouver que la gĂ©opolitique est omniprĂ©sente et peut aussi ĂȘtre agrĂ©able Ă  s’approprier.
Qui a dit que travailler la gĂ©opolitique ne se faisait essentiellement que par l’apprentissage d’un livre par cƓur ? Qui a dit qu’il n’y avait pas moyen d’amĂ©liorer ses connaissances sur un sujet tout en se divertissant ? Qui a dit qu’une Ɠuvre d’art ne pouvait pas laisser une trace dans ton esprit et modifier ta vision du monde Ă  jamais ? đŸ€”

💡 Aujourd’hui, les Sherpas te proposent de voir 5 films, 5 Ɠuvres musicales, 5 Ɠuvres littĂ©raires et 5 peintures qui t’apprendront beaucoup sans demander un effort surhumain. Nous t’offrons ici quelques clĂ©s pour apprendre Ă  apprĂ©cier la gĂ©opolitique et pour dĂ©couvrir des pĂ©riodes et des idĂ©ologies plus en profondeur. La diffusion de la connaissance faisant partie de nos valeurs, nous espĂ©rons te faire dĂ©couvrir des Ɠuvres exceptionnelles que tu ne connaissais pas forcĂ©ment, et d’en voir d’autres sous un jour nouveau.

Je ne ferai pas de grandes analyses des Ɠuvres. Certaines sont trĂšs connues. D’autres sont trĂšs comprĂ©hensibles. Je mettrai cependant un ou deux sites expliquant en dĂ©tail certaines Ɠuvres (notamment pour les peintures, au sujet de la symbolique et de la technique) qui le feront mieux que moi. Le but n’est pas de te brider dans ma propre interprĂ©tation et analyse des Ɠuvres. Le seul objectif de cet article est de te faire dĂ©couvrir ou redĂ©couvrir des Ɠuvres qui sont autant de portes vers des Ă©poques et des situations gĂ©opolitiques diffĂ©rentes.

 

LA GEOPOLITIQUE DANS LES ƒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES đŸŽ„

Le cuirassé Potemkine : la propagande communiste au cinéma

le cuirassé potemkine

đŸ‘‰đŸ» Le cuirassĂ© Potemkine est un film muet sorti en 1925 et rĂ©alisĂ© par SergueĂŻ Eisenstein. Il s’agit de l’un des films majeurs de la propagande soviĂ©tique. Interdit dans de nombreux pays durant la Guerre Froide, le film raconte et romance la mutinerie du cĂ©lĂšbre cuirassĂ©e Potemkine, le fleuron de la marine impĂ©riale Russe, ainsi que la rĂ©pression et l’insurrection qui s’ensuivirent dans la ville d’Odessa en actuelle Ukraine.

💡 Historiquement, la mutinerie du cuirassĂ©e Potemkine a effectivement eu lieu et est devenue un symbole de la RĂ©volution Russe de 1905. Cette mutinerie est considĂ©rĂ©e comme un signe avant-coureur de la RĂ©volution d’Octobre 1917.

💡 Ce film possĂšde donc une importante symbolique pour le monde communisme : il fut rĂ©alisĂ© pour cĂ©lĂ©brer le 20e anniversaire de la RĂ©volution de 1905. C’est un film dit « de commande » qui a Ă©tĂ© expressĂ©ment demandĂ© par la Commission d’Etat. Ce film marque la naissance de l’utilisation du cinĂ©ma comme moyen de propagande par les soviĂ©tiques.

Bien entendu, le film a Ă©tĂ© orientĂ© pour montrer une mutinerie montrant les dĂ©buts du rouage communistes, ce qui n’est pas une rĂ©alitĂ©. De plus, l’accent est mis sur la reprĂ©sentation filmĂ©e des clivages de la sociĂ©tĂ©s russes, sur les inĂ©galitĂ©s, sur la violence des pro-tsar et des hommes de pouvoirs qui n’étaient pas dans le camp des communismes et sur l’intelligence et la force de caractĂšre des mutins.
Ce film est un vĂ©ritable bijou du XXe siĂšcle puisqu’il est considĂ©rĂ© comme l’un des plus grands films de propagande de tous les temps. Il permet d’apprĂ©hender et d’entrer dans l’histoire soviĂ©tique du siĂšcle dernier. Il fait comprendre comment se met en place une propagande, comment elle peut s’insĂ©rer dans l’esprit des masses et comment le pouvoir est mis en scĂšne.

La particularitĂ© de ce film c’est qu’il est aujourd’hui peu connu du fait de sa difficile accessibilitĂ© (noir et blanc, muet, introuvable sur Netflix et j’en passe
) et pourtant, certaines scĂšnes sont si cĂ©lĂšbres que tu as forcĂ©ment vu des reprises. Dans la scĂšne la plus cĂ©lĂšbre, celle des escaliers, une femme lĂąche le landau avec son enfant qui dĂ©vale les grands escaliers d’Odessa. Cette scĂšne a Ă©tĂ© reprise par les Simpson, Les Incorruptibles ou encore la CitĂ© de la Peur !

đŸ‘‰đŸ» Plus qu’un simple film, le cuirassĂ© Potemkine a Ă©tĂ© maintes fois analysĂ© pour ce qu’il apprend sur le contrĂŽle des masses et la fascination du pouvoir. Les idĂ©es de progrĂšs et d’émancipations vĂ©hiculĂ©es, couplĂ©es au rĂȘve de l’UnitĂ© communiste, ne se nourrissent que du dĂ©nuement, creuset des extrĂȘmes. La reprĂ©sentation appauvrie du peuple et des marins mis en face des soldats flambants neufs Ă  la marche mĂ©canique et Ă  la rĂ©pression systĂ©matique (quasiment sans humanitĂ©) donne ce coup de poing qui modifiera la reprĂ©sentation des personnes les moins armĂ©s pour faire face Ă  la propagande. Eisenstein nous offre une Ɠuvre oĂč chaque plan et chaque mouvement ne deviennent qu’une maniĂšre d’imprimer l’idĂ©ologie dans l’esprit de chaque observateur.

đŸ‘‰đŸ» Ce film nous fait passer par 3 Ă©tats bien diffĂ©rents, mais tous importants pour l’acceptation finale de l’idĂ©ologie.
– Tout d’abord la compassion et le sentiment de rĂ©volte face aux injustices. Les marins sont des hĂ©ros pour les habitants d’Odessa mais sont soumis Ă  une terrible injustice dĂšs le dĂ©but du film. L’injustice se poursuit lorsque l’armĂ©e massacre la population.
– Viens la dĂ©monstration de puissance. Le cuirassĂ© dĂ©truit les signes du Tsar (les statues de lions) puis fait face en mer Ă  toute la flotte du Tsar de Russie.
– Enfin : le respect infini de l’idĂ©ologie. La flotte du Tsar ne tire plus, au contraire, il cĂ©lĂšbre la rĂ©ussite du cuirassĂ©, et se joint Ă  lui ! Lorsque tout semble perdu, l’espoir renaĂźt et jaillit avec puissance.
Le cuirassĂ© Potemkine, c’est cela : l’atroce injustice qui devient le plus beau des espoirs grĂące au communisme, romancĂ© et rendu magnifique par le talent du rĂ©alisateur. N’hĂ©site pas Ă  aller le voir ! 😉

 

Mientras dure la guerra : Quand l’amour de la RĂ©publique disparaĂźt

mientras dure la guerre

đŸ‘‰đŸ» Mientras dure la guerra (ou « lettre Ă  Franco » en Français) est le dernier film d’ Alejandro Amenabar. Sorti en 2019, il raconte l’histoire de Miguel de Unamuno qui voit peu Ă  peu tomber la RĂ©publique qu’il avait bĂątie dans la dĂ©rive fasciste de Franco, dictateur espagnol. Nous sommes en 1936, Ă  Salamanque, la guerre civile espagnole (1936-1939) en Ă©tait Ă  ses balbutiements. Ce film raconte l’arrivĂ©e au pouvoir de Franco en Espagne. On le voit tout au long du film avancer ses pions, douter de sa lĂ©gitimitĂ© et s’entourer des grands noms de l’époque.

Miguel de Unamuno va tout d’abord dĂ©fendre dans un communiquĂ© le coup d’Etat de la junte militaire, croyant rĂ©ellement qu’il s’agit d’une Ă©tape obligatoire dans le combat face aux communistes pour garantir la paix et la stabilitĂ© de la rĂ©publique. Il changera d’avis au fur et Ă  mesure du film, alors que le mĂ©canisme fasciste se met en place.

💡 Mientras dure la guerra aborde le dĂ©sarroi de la population par le prisme de ses intellectuels. TrĂšs fin dans son propos, il arrive tout de mĂȘme Ă  faire ressentir la brutalitĂ© du changement politique qui se joue sous nos yeux. Son respect pour les Ă©vĂ©nements historiques assure une immersion totale dans les aspects les moins connus de l’histoire espagnole. Tous ceux qui auront eu des cours d’espagnol connaissent Franco et sa dictature, mais peu peuvent parler du passage entre la rĂ©publique et la Guerre Civile. Peu peuvent expliquer la pression politique, les enfermements et les tueries. Si vous souhaitez connaĂźtre un peu mieux cette partie, foncez sur ce film. Pour l’avoir vu deux fois au cinĂ©ma, il vaut vraiment le coup. 😉

 

Timbuktu : la Charia vue par l’art

timbuktu

💡 L’Afrique est souvent un continent mis en marge et oubliĂ© lorsque l’on parle de gĂ©ostratĂ©gie Ă  l’échelle mondiale. Trump ne la prenait pas en compte, elle n’avait pas son mot Ă  dire pendant la Guerre Froide, elle a Ă©tĂ© spoliĂ©e de ses richesses et partagĂ©e par les grandes puissances europĂ©ennes
 Pourtant, l’histoire de l’Afrique peut ĂȘtre intĂ©ressante Ă  observer et Ă  dĂ©couvrir, et c’est ce que je vais te proposer ici.

đŸ‘‰đŸ» Timbuktu est un film rĂ©alisĂ© par Abderrahmane Sissako en 2014. Il raconte l’histoire de la ville de Tombouctou, lorsque les islamistes l’envahissent et y imposent la Charia. La Charia est la loi Islamique qui codifie l’ensemble des droits et devoirs des musulmans au niveau collectif et individuel. Retenez bien ce mot, nous le reverrons plus tard. Du jour au lendemain, dans la ville de Tombouctou, la musique est interdite, le football aussi et les femmes sont persĂ©cutĂ©es. Des tribunaux se forment et rendent des sentences injustes et fermes. Pourtant, une partie de la population rĂ©siste, et font l’apologie d’une forme d’Islam diffĂ©rente et plus juste, plus ouverte.

💡 Timbuktu dĂ©nonce la Charia et prĂŽne un modĂšle d’Islam plus compatible avec les besoins et les envies de la sociĂ©tĂ© actuelle. Le film ne rejette pas l’Islam bien au contraire : il montre que foi et modernitĂ© peut fusionner et parfaitement s’imbriquer. Ce film permet de dĂ©couvrir la face lugubre d’un monde que nous, occidentaux, nous ne connaissons pas (ou trĂšs peu).

Dans un pays oĂč plus de 90% de la population est musulmane, le film montre la difficile (sinon impossible) adaptation de la population croyante et pratiquante sous le fondamentalisme religieux. Ce film devrait ĂȘtre un passage obligĂ© pour tout Ă©lĂšve de collĂšge et lycĂ©e puisqu’il montre diffĂ©rentes Islam et donc empĂȘche d’amalgamer et de mĂ©langer fondamentalisme stricte et la religion du quotidien. C’est une porte d’entrĂ©e dans un monde qui est souvent difficile d’accĂšs aujourd’hui. C’est un pas vers la comprĂ©hension des sociĂ©tĂ©s islamiques, du petit et grand Djihad et de la religion musulmane en gĂ©nĂ©rale. 😄

 

Valse avec Bachir : Quand la mémoire te protÚge

valse avec bachir

đŸ‘‰đŸ» Valse avec Bachir est un film rĂ©alisĂ© par Ari Folman. Il s’agit d’un documentaire autobiographique mis sous forme d’animation qui retrace le dĂ©sir du narrateur de comprendre pourquoi il fait le mĂȘme rĂȘve depuis plusieurs annĂ©es, et pourquoi il n’a que des souvenirs flous de certains moment de sa vie militaire. Le jeune Ari avait justement servi dans l’armĂ©e durant l’opĂ©ration « paix en GalilĂ©e » provoquĂ©e par IsraĂ«l. Nous suivons l’initiation du narrateur Ă  travers sa rencontre avec d’anciens amis, ce qui lui permettra de reconstituer le puzzle qu’est sa mĂ©moire. Son Ă©trange rĂȘve, des corps nus sortant de l’eau et traversant la plage, va peu Ă  peu se muer en une effroyable vĂ©ritĂ© : celle des massacres de Sabra et Chatila en 1982.

💡 Sabra et Chatila sont respectivement des quartiers et camps de rĂ©fugiĂ©s palestiniens situĂ©s Ă  l’Ouest de Beyrouth. Entre le 16 et le 18 septembre 1982 les milices chrĂ©tiennes des phalangistes ont massacrĂ© entre 460 et 3500 Palestiniens. Rappelons que « les Phalanges libanaises » est un parti politique libanais fondĂ© en 1936). Le narrateur nous fait dĂ©couvrir l’un des Ă©vĂ©nements les plus tristement funestes du conflit IsraĂ«lo-Palestinien, l’un des plus vieux conflits encore sans issus aujourd’hui.

Ce film est une trĂšs belle aventure Ă  vivre. Le style du dessin et le mouvement appuient fortement le propos. L’apogĂ©e de ce film, c’est-Ă -dire le moment oĂč le narrateur se souvient parfaitement du massacre, est Ă  la fois poignant et dĂ©chirant. Le pari du cinĂ©aste est rĂ©ussi : on dĂ©couvre, on comprend, on apprend. Vous passerez forcĂ©ment un bon moment en le regardant, quitte Ă  y verser une petite larme. 😉

 

TambiĂ©n la lluvia : l’eau comme source de guerre

tambien la lluvia

đŸ‘‰đŸ» TambiĂ©n la lluvia est un film rĂ©alisĂ© par IcĂ­ar BollaĂ­n, cĂ©lĂšbre rĂ©alisatrice espagnole. Il raconte l’histoire d’une Ă©quipe de tournage arrivĂ©e Ă  Cochabamba en Bolivie pour mettre en scĂšne leur prochain film. Sebastian et Costa, rĂ©alisateur et producteur, ont pour objectif de raconter l’histoire de l’arrivĂ©e de Christophe Colomb en AmĂ©rique ainsi que la mise en esclavage des indigĂšnes. Retiens ça pour la suite, tu vas comprendre le parallĂšle qui sera fait tout au long de l’Ɠuvre.

Seulement l’équipe de tournage, ayant choisi la Bolivie pour des raisons de coĂ»ts (ironique lorsque l’on tourne un film qui traite de l’asservissement des peuples autochtones !), va rapidement se retrouver au cƓur d’un soulĂšvement populaire liĂ© Ă  la privatisation de l’eau de la ville par Bechtel, une multinationale amĂ©ricaine. Les manifestations Ă©clatent alors, et gĂȘnent le tournage. Encore pire, le hĂ©ros qu’a choisi Sebastian pour son film est aussi l’un des leaders des manifestations ! L’équipe de tournage se retrouve malgrĂ© eux au cƓur de la guerre de l’eau Ă  Cochabamba.

L’accent est mis tout le long du film sur le parallĂšle entre l’Ɠuvre que tourne l’équipe de tournage, et le film dans lequel il se trouve : l’asservissement des premiers colons arrivant en AmĂ©rique n’est pas diffĂ©rent de celle des grosses compagnies faisant passer le prix de l’eau Ă  un seuil impossible pour la majoritĂ© des habitants de Cochabamba.

💡 Ces Ă©vĂ©nements se sont rĂ©ellement dĂ©roulĂ©s. « La Guerre de l’Eau » est le nom donnĂ© aux violentes manifestations qui se sont dĂ©roulĂ©es Ă  Cochabamba en 2000. L’entreprise Bechtel a rĂ©ellement augmentĂ© le prix de l’eau Ă  un seuil Ă©pouvantable pour la population. L’Ɠuvre est donc engagĂ©e et dĂ©montre que ce refoulement des citoyens d’AmĂ©rique Latine par les Etats-Unis continue encore.

💡 Cette Ɠuvre permet d’entrer en douceur dans des siĂšcles de relations unilatĂ©rales entre les Etats-Unis et l’AmĂ©rique Latine. Et c’est franchement intĂ©ressant. De la doctrine Monroe en passant par la United Fruit Company ou encore la prise de pouvoir de Pinochet, les Etats-Unis ont toujours eu une influence sur l’AmĂ©rique Latine, pour le meilleur
 et bien souvent pour le pire ! đŸ˜¶

 

LA GEOPOLITIQUE DANS LES ƒUVRES MUSICALESđŸŽ”

L’internationale : le chant rĂ©volutionnaire par excellence





 

Qui dit gĂ©opolitique au XXe siĂšcle dit bien entendu communisme et Guerre Froide. Tu connais sans doute le gros de ce sujet : les deux blocs, l’URSS, Les Etats-Unis, l’idĂ©ologie libĂ©rale et communiste
 Mais connais-tu l’histoire du communisme en France ? Savais-tu que le PCF (Parti Communiste Français) possĂ©dait un Ă©lectorat fort ? Etais-tu au courant que le PCF faisait partie du Kominform, le regroupement des États et parti politique communistes ?

đŸ‘‰đŸ» Incarnation du mouvement socialiste, l’International est pourtant nĂ© en 1871, Ă  la suite d’une insurrection populaire qui a durĂ© pendant plus de deux mois Ă  Paris. Loin d’ĂȘtre restĂ© dans les frontiĂšres françaises, l’Internationale s’entend Ă  travers le monde depuis plusieurs siĂšcles. Elle est un terreau propice pour le mouvement communiste : historique, facile Ă  comprendre et ayant dĂ©jĂ  fait ses preuves, l’Internationale rĂ©sonne aujourd’hui comme le chant des ouvriers prolĂ©taires en colĂšre. 💡
L’Internationale servira mĂȘme d’hymne nationale Ă  l’URSS entre 1922 et 1944 !
Que l’on se sente socialiste ou non, force est de constater que la force du mouvement rĂ©sonne dans cette musique. Cette musique est une bonne maniĂšre de dĂ©couvrir Ă  la fois l’idĂ©ologie socialiste et son impact au XXe siĂšcle mais permet de dĂ©couvrir toutes les luttes qui ont prĂ©cĂ©dĂ© la Guerre Froide. Et autant dire que pour tout connaĂźtre, il va te falloir beaucoup de passion et de temps, mais le jeu en vaut la chandelle. 😉

 

Hasta Siempre : révérence au Che





💡 VĂ©ritable icĂŽne des rĂ©volutions, tu as forcĂ©ment entendu parler de Che Guevara. Sa tĂȘte est aujourd’hui absolument partout : t-shirt, mug et goodies en tout genre, drapeaux
 il est l’une des plus grandes reprĂ©sentations de la lutte populaire, et Ă  raison !

đŸ‘‰đŸ» Effectivement, Che Guevara est l’un des « hĂ©ros » qui a permis l’implantation du pouvoir communiste Ă  Cuba. Je mets le terme hĂ©ros entre parenthĂšses car, bien entendu, sa perception change en fonction du camp. Je ne parlerai pas spĂ©cialement de l’histoire de Cuba, c’est suffisamment dense pour en faire un article peut-ĂȘtre un jour. Si cela t’intĂ©resse, je te mets quelques liens pour dĂ©couvrir cette belle (et parfois funeste) histoire.

đŸ‘‰đŸ» Hasta Siempre est une chanson de Carlos Puebla qui a autant servi Ă  la gloire du Che qu’à diffuser Ă  tort son dĂ©cĂšs
 Cela ne semble pas clair ? Je vais tout t’expliquer !

En 1965, Che Guevara quitte Fidel Castro (le dictateur mis au pouvoir Ă  la suite de la rĂ©volution cubaine) afin de continuer le combat communiste en Afrique, plus prĂ©cisĂ©ment au Congo. Il laissera une lettre d’adieu au peuple cubain, et demandera Ă  Castro de la lire devant tout le peuple cubain. Cependant, Castro voyait le Che comme une potentielle gĂȘne pour la consolidation de son pouvoir sur Cuba. Il va donc lire la lettre, mais de maniĂšre Ă  laisser sous-entendre la mort du Che, afin de rester le seul pilier solide de cette rĂ©volution. Carlos Puebla, ayant cru Ă  la mort du Che, composera alors une musique Ă  sa gloire Ă  partir de sa propre mĂ©lancolie
 et cela 2 ans avant la mort de Che Guevara !

💡 Cette musique est donc la douce et lente souffrance lyrique d’un peuple qui a profondĂ©ment aimĂ© l’un de ses plus grands hĂ©ros. Une musique qui rĂ©sonne encore aujourd’hui, et qui possĂšde toujours du sens pour de nombreux pays d’AmĂ©rique Latine.

 

These boots are made for walking : Quand l’Ɠuvre est dĂ©tournĂ©e pour la guerre





đŸ‘‰đŸ» Cette chanson de Nancy Sinatra n’est Ă  proprement parler pas une rĂ©elle chanson qui traite de gĂ©opolitique, du moins ce n’était pas son but initial.
La chanson parle d’une jeune fille refusant les avances d’un homme. Elle menace de le piĂ©tiner avec ses bottes. Difficile d’y voir une analyse gĂ©opolitique ! Et pourtant, elle fut rĂ©utilisĂ©e dans un contexte
 un peu particulier.

La chanson a Ă©tĂ© enregistrĂ©e en 1966. Nous sommes en pleine Guerre Froide. Les guĂ©rillas communistes Ă©clatent un peu partout mĂȘme si l’on est dans la pĂ©riode que l’on appela la DĂ©tente (du fait de la nette amĂ©lioration des relations diplomatiques entre le bloc soviĂ©tique et le bloc amĂ©ricain, sans qu’il n’y ait pour autant un arrĂȘtĂ© rĂ©el des compĂ©titions
 au contraire !). Cette pĂ©riode est surtout pour les amĂ©ricains celle de la guerre du Vietnam, dĂ©faite mĂ©diatiquement cuisante en 1975. Ici, nous sommes en 66. Nous sommes donc en plein milieu de cette guerre. La fatigue des troupes se fait ressentir. Les mĂ©contentements augmentent. L’AmĂ©rique doit trouver des solutions pour garder le moral des troupes dans une guerre dans laquelle elle commence Ă  s’embourber et qui est finalement plus difficile que prĂ©vu. La meilleure solution dans ce cas lĂ  est trĂšs simple et tient en trois syllabes : PRO-PA-GANDE.

💡 L’utilisation des stars sera justement l’un de ces outils efficaces visant Ă  soutenir l’effort de guerre. La musique de Nancy Sinatra sera utilisĂ©e de nombreuses fois en tant que bande sonore dans les reportages et les films sur le Vietnam. Elle sera notamment utilisĂ©e dans Full Metal Jacket de Kubrick. Le film Ă©tant sorti en 1985, il ne s’agit pas lĂ  de propagande spĂ©cifiquement mais on peut voir la place qu’avait ce film Ă  l’époque, Kubrick ne faisant rarement de places aux hasards dans ses films.

💡 Bien entendu, Nancy Sinatra ira elle-mĂȘme chanter pour les soldats, directement au Vietnam.

Cette musique est assez reprĂ©sentative d’une Ă©poque assez singuliĂšre. La moindre petite allusion permettant d’enflammer le cƓur des peuples, et voici que la musique change de vocation, dĂ©tourne son propos, et finit par changer de sens dans l’imaginaire de tous.

 

We are the World : Quand les artistes s’engagent





đŸ‘‰đŸ» « We are the world » est la chanson incontournable d’un disque Ă©crit en collaboration par Harry Belafonte et Lionel Richie. L’objectif de ce disque Ă©tait simple : venir en aide Ă  l’Ethiopie, qui connaĂźt une terrible famine au milieu des annĂ©es 1980. VĂ©ritable tube de l’époque, « We are the World » rassemble une quarantaine de stars amĂ©ricaines chantant pour rĂ©colter des fonds pour l’Ethiopie (puisque les bĂ©nĂ©fices du disque iront au pays).
Michael Jackson, Billy Joel, Tina Turner, Stevie Wonder, Bob Dylan, Ray Charles
 autant de grands noms qui ont offert leur voix pour la bonne cause.

đŸ‘‰đŸ» Le single est certes trĂšs bon mais il prend tout son sens lorsque l’on retrace un peu l’histoire de l’Ethiopie Ă  cette Ă©poque. Cette famine (qui est en rĂ©alitĂ© une double-famine qui s’opĂšre sur 2 ans) est Ă  la fois un rĂ©sultat environnemental (Ă  cause des faibles prĂ©cipitations de l’annĂ©e 1984) mais aussi et surtout un rĂ©sultat politique puisque la cause principale fut l’insurrection du FLPT (Front de LibĂ©ration du Peuple du TigrĂ©, un groupe armĂ© social-dĂ©mocrate) et l’insurrection du Front de LibĂ©ration Oromo (un groupe politique qui se base sur la reconnaissance de l’ethnie Oromo en Éthiopie) dans le Sud du pays.

💡 L’économie de l’Ethiopie Ă©tait basĂ©e Ă  90% sur l’agriculture. Le peu de pluie de ces deux annĂ©es, couplĂ©es aux difficultĂ©s politiques, ont dĂ©couragĂ© les agriculteurs et mis Ă  mal l’économie. Les diffĂ©rentes offensives armĂ©es ont dĂ©truit les rĂ©coltes qui Ă©taient tout sauf abondantes. Les sĂ©cheresses Ă  rĂ©pĂ©tition durant toute la prĂ©cĂ©dente dĂ©cennie expliquent pourquoi cette situation de famine a Ă©tĂ© aussi catastrophique mais il faut bien comprendre que c’est avant tout la situation politique de l’Ethiopie qui explique en grande partie la famine que connaissait le pays.

Tu l’as compris, cette chanson est une porte d’entrĂ©e Ă  toutes les Ă©tudes gĂ©opolitiques sur les liens qui existent entre le dĂ©veloppement africain et la cause (et les consĂ©quences bien entendus) des nombreuses disettes et famines.
Cette idĂ©e selon laquelle la majoritĂ© des famines africaines ne sont uniquement que le rĂ©sultat du champs politique en Afrique est explicitĂ©e dans le livre de Sylvie Brunel : Famine et Politique (2002). TrĂšs intĂ©ressant, je te conseille vivement de l’avoir dans ta bibliothĂšque !

 

Sunday Bloody Sunday : La violence policiĂšres Ă  son paroxysme





đŸ‘‰đŸ» La cĂ©lĂšbre musique de U2 est dĂ©jĂ  un bijou en elle-mĂȘme. Elle devient doublement plus apprĂ©ciĂ©e quand on connaĂźt l’histoire derriĂšre. Sunday Bloody Sunday est une composition lyrique qui relate l’évĂšnement du 30 Janvier 1972 en actuelle Irlande du Nord. Cet Ă©vĂšnement est appelĂ© « Bloody Sunday » (le Dimanche sanglant) : durant une manifestation pacifique des droits civiques Ă  Londonderry, 28 personnes ont Ă©tĂ© prises pour cible par l’armĂ©e britannique.

On dĂ©nombre alors 14 morts et 14 blessĂ©s. Ce drame qui hante encore la mĂ©moire irlandaise est survenu durant la marche pacifique pour les droits civiques. Il faut savoir que le contexte Ă©tait trĂšs tendu en Irlande Ă  cette Ă©poque. Les catholiques, minoritaires, Ă©taient discriminĂ©s. Cette discrimination conduira la NICRA (Association Irlandaise pour les Droits Civiques) Ă  mener diverses marches et actions afin de promouvoir l’égalitĂ© entre les catholiques discriminĂ©s, et les protestants majoritaires. Cette question s’est poursuivie sur plusieurs annĂ©es alors que les Ă©meutes se multipliĂšrent.

💡 Cette question est Ă  mettre en relation avec la crĂ©ation des deux Irlande (sud et nord) lors de leur sĂ©paration par la Guerre d’IndĂ©pendance Irlandaise en 1921. C’est dans ce contexte (Ă  cela s’ajoute le fait que Londonderry est une ville proche de la frontiĂšre entre les deux pays en tensions) que les revendications religieuses vont atteindre des proportions terribles. Le climat gĂ©nĂ©ral en Irlande, ainsi que les divers ordres et annonces des chefs de police Ă  l’armĂ©e vont propulser au rang de massacre une journĂ©e qui n’aurait dĂ» ĂȘtre qu’une Ă©niĂšme manifestation.

💡 La musique du groupe U2 est un hommage Ă  la mĂ©moire des civils tuĂ©s ce jour. Il s’agit d’une dĂ©nonciation des violences policiĂšres en Irlande qui Ă©tait une honte nationale. Le groupe a su mettre les mots sur ce sentiment de gĂȘne qui collait Ă  la peau de nombreux citoyens irlandais.

💡 There’s many lost, but tell me who has won
Il y a beaucoup de pertes, mais dis-moi, qui a gagné ?

The trench is dug within our hearts
La tranchĂ©e est creusĂ©e dans nos cƓurs

And mothers, children, brothers, sisters
Et des mùres, des enfants, des frùres, des sƓurs

Torn apart
Ont chacun Ă©tĂ© dĂ©chirĂ©s 💡

 

LA GEOPOLITIQUE DANS LES ƒUVRES LITTÉRAIRE📚

Si c’est un homme : La dĂ©shumanisation des camps

si cest un homme

đŸ‘‰đŸ» Si c’est un homme est un livre de Primo Levi qui retrace sa vie dans les camps de concentrations nazi. Il s’agit d’un rĂ©cit autobiographique, ce qui donne de la force Ă  cette Ɠuvre. Mais pourquoi avoir choisi ce roman en particulier ? Eh bien parce que son style dĂ©contenance et est assez intĂ©ressant Ă  observer.

J’aime beaucoup ce livre car sa forme colle parfaitement au message de fond que l’auteur essaie de nous faire passer. On a une Ɠuvre d’époque qui arrive Ă  faire comprendre ce qu’étaient les camps de concentration au-delĂ  des mots
 et de la maniĂšre la plus inattendue qui soit !

Le livre ne respire pas la vie. Par-lĂ , je veux signifier qu’il n’y a rien qui permet de discerner l’humanitĂ© dans ce qu’elle a de fort. La peine, la douleur, la terreur, l’horreur : tout ceci correspond Ă  des traits humains, et l’horreur la plus absolue est une Ă©motion forte qui permet justement de dĂ©montrer la puissance de l’humanitĂ©. Ce n’est pas ce que montrera Primo Levi.

💡 Ce livre est la simple et froide description factuelle, presque mĂ©dicale, de ce qu’était l’incarcĂ©ration dans les camps. Ancien chimiste, Primo Levi savait analyser tout en plaçant la juste distance entre lui et son travail. Ce travail mĂ©canique et froid que nous a livrĂ© Primo Levi met rapidement mal Ă  l’aise. HabituĂ© dĂšs la naissance Ă  pleurer, crier et vivre la souffrance (autrement dit, Ă  l’humaniser), l’auteur nous offre la parfaite et dĂ©rangeante description du gĂ©nocide juif. Aussi mĂ©canique que la bureaucratie nazie, aussi inhumain que les camps de la mort, Primo Levi rĂ©duit son essence et celle de ses compagnons aux morceaux de chair et Ă  la force de travail qu’ils reprĂ©sentaient. Cela met en lumiĂšre cette perte d’humanitĂ©, aussi bien chez les nazis que chez les prisonniers.

💡 C’est une Ɠuvre Ă  lire dans sa vie, ne serait-ce qu’une fois. Elle apporte un autre regard que celui que l’on a habituellement. A la pitiĂ© et la tristesse, Primo Levi choisit l’indiffĂ©rence qui nous scandalise. 💡

 

When the Emperor was divine : A la dĂ©couverte d’une AmĂ©rique mĂ©connue

when the emperor was divine

đŸ‘‰đŸ» Si je te dis Seconde Guerre Mondiale, racisme et camps, Ă  quoi penses-tu ? Hitler ? Les Nazis ? Et si je te disais qu’il s’agissait aussi de l’AmĂ©rique !
Loin d’ĂȘtre des camps de la mort, les Etats-Unis avaient effectivement construit des camps afin de regrouper toute la population d’origine japonaise du pays. A la suite de l’attaque sur Pearl Harbor le 7 dĂ©cembre 1941, un rapport affirmait que les AmĂ©ricains d’origine japonaise Ă©taient « inassimilables » et qu’il fallait les dĂ©porter pour la sĂ©curitĂ© globale du pays. Et c’est parfaitement ce qui a Ă©tĂ© fait : prĂšs de 120 000 ressortissants d’origines japonaises furent dĂ©portĂ©s et internĂ©s dans des camps de relogements sordides.

đŸ‘‰đŸ» When the Emperor was divine est un roman de Julie Otsuka. Il s’agit d’un rĂ©cit qui s’inspire en grande partie de son histoire familiale. MĂȘme si elle ne l’a pas vĂ©cu, elle a rĂ©ussi Ă  parfaitement retranscrire ce dĂ©nuement provoquĂ© par l’internement forcĂ© des AmĂ©ricains d’origines japonaises dans les annĂ©es 40. On y suit l’histoire d’une mĂšre de famille et de ces deux enfants qui, du jour au lendemain, doivent quitter leur domicile pour monter dans un train partir vivre dans des camps spĂ©cialement conçus pour les accueillir avec le strict minimum. La famille va connaĂźtre le racisme des citoyens, la prĂ©caritĂ© malgrĂ© leur relative richesse avant les Ă©vĂšnements, l’emprisonnement du pĂšre Ă  cause de ses origines et surtout le difficile retour Ă  la vie normale, alors que leur maison est devenue un squat oĂč tous les objets de valeurs ont disparu.

💡 Il s’agit d’un roman historique qui marque au fer une AmĂ©rique qui a connu la division et le racisme dans l’urgence de la Seconde Guerre mondiale. Une AmĂ©rique victorieuse, mais qui n’aura pas Ă©tĂ© exempte de tout scandale. Julie Otsuka lance un appel Ă  la reconnaissance des erreurs qui ont Ă©tĂ© commises envers une partie de la population, et au nom de la sĂ©curitĂ© nationale.

Chaque chapitre nous plonge dans ces petits moments anodins qui, mis bout Ă  bout, reprĂ©sente l’exĂ©crable ambiance qui rĂ©gnait alors. Une famille qui s’est appauvrie et dont les enfants tentent de s’accrocher au moindre symbole pouvant leur rappeler leur pĂšre ou leur vie normale, voilĂ  ce qu’a aussi Ă©tĂ© l’AmĂ©rique de la Seconde Guerre.

 

Me Llamo Rigoberta Menchu : La véritable vie des indiens

me llamo rigoberta menchu

đŸ‘‰đŸ» Me Llamo Rigoberta Menchu est un livre traitant de la vie des indiens actuels en AmĂ©rique. Son auteure Rigoberta Menchu (il s’agit bien entendu d’une autobiographie) a reçu le prix Nobel de la paix en 1992 pour ses nombreuses luttes en faveur des peuples autochtones. Cette leader indigĂšne n’est pas n’importe qui, bien au contraire.

💡 Cette Ɠuvre explique en grande partie les mƓurs de la communautĂ© indigĂšne que connaĂźt Rigoberta Menchu ainsi que sa prise de conscience et sa lutte pour son Ă©mancipation.

💡 Elle a rapidement compris l’exploitation des Espagnols envers son peuple et n’a eu de cesse de chercher comment lutter activement pour retrouver sa souverainetĂ© perdue il y a longtemps. Cette autobiographie relate et fait dĂ©couvrir la vie des peuples exploitĂ©s en AmĂ©rique Latine. Le roman raconte comment le combat se mĂšne sur le terrain, et comment il est rĂ©primĂ©. Son frĂšre est torturĂ© et brĂ»lĂ© vif devant sa propre famille. Sa mĂšre est elle-aussi torturĂ©e et mutilĂ©e Ă  vie. Bref, Rigoberta Menchu nous montre ce que c’est rĂ©ellement qu’ĂȘtre indien au XXe et XXIe siĂšcle.

đŸ‘‰đŸ» Elle a luttĂ© toute sa vie, et ce livre est un tĂ©moin qu’elle donne au reste de l’humanitĂ©. Il s’agit d’une voix diffĂ©rente, qui montre l’AmĂ©rique Latine de l’intĂ©rieur. Ce ne sont pas les Ă©crits d’un homme blanc qui exploite le paysan. Ce n’est pas le rĂ©cit fantasmĂ© d’un occidental imaginant la difficile vie des indiens. Il s’agit d’une femme qui fait partie de ce monde, qui l’a vĂ©cu et apprĂ©hendĂ©. Il s’agit d’une femme qui dĂ©crit son entourage, son peuple et ses tortionnaires avec toute l’ardeur que lui donne son combat et sa personnalitĂ©.

 

Persepolis : L’Iran aprùs le Chah

Persepolis

Persepolis est une cĂ©lĂšbre BD autobiographique de Marjane Satrapi. Le film a permis une trĂšs grande reconnaissance de cette Ɠuvre, mais je l’aborderai sous sa forme littĂ©raire.

đŸ‘‰đŸ» Marjane Satrapi, franco-iranienne, invite le spectateur dans son passĂ© en Iran. Encore enfant, elle a vĂ©cu la transformation de la sociĂ©tĂ© Iranienne. De la chute du Chah jusqu’à la mise en place de la rĂ©pression des symboles occidentaux par la Charia, nous suivons alors l’histoire d’une ado dans la fleur de l’ñge de la rĂ©bellion. Ses doutes, ses peurs, sa difficultĂ© Ă  percevoir correctement l’avenir, son affirmation en tant que femme qui se retrouve inhibĂ©, ses dĂ©sirs, Marjane Satrapi nous fait dĂ©couvrir comment elle a apprĂ©hendĂ© l’arrivĂ©e des extrĂ©mistes Ă  la suite de la rĂ©volution de 1979.

Ce film est une trĂšs belle maniĂšre de prendre connaissance des Ă©vĂ©nements qui ont secouĂ© l’Iran durant le XXe siĂšcle. Tu ne le sais peut-ĂȘtre pas, mais l’Iran a Ă©tĂ© l’un des pays les plus progressistes du monde musulman, avec la Turquie ! Il Ă©tait mĂȘme l’un des prĂ©curseurs en matiĂšre d’égalitĂ© des sexes. Le pouvoir dans les mains de Mohammad Reza Pahlavi, dernier Chah d’Iran (titre portĂ© par le roi iranien), fut dĂ©robĂ© Ă  la suite de la RĂ©volution Iranienne de 1979. Cette RĂ©volution a mis au pouvoir les islamistes. L’Iran devient une RĂ©publique Islamiste, et certaines lois liberticides sont imposĂ©s. Pour la femme, il s’agit d’une rĂ©gression considĂ©rable. Marjane Satrapi va vivre cette injustice qui, du jour au lendemain, lui imposera le voile intĂ©gral, la soumission au mari ou encore l’interdiction d’écouter de la musique Rock.

💡 Si tu veux regarder le film, tu peux totalement. Que tu choisisses le cinĂ©ma ou la BD dans les deux cas, tu passeras un trĂšs bon moment devant cette Ɠuvre. 😉

 

Les hirondelles de Kaboul : L’Amour et l’Afghanistan

les hirondelles de Kaboul

Tout comme Persepolis et Timbuktu, les hirondelles de Kaboul montre le monde musulman sous la Charia. Pourquoi l’avoir choisi alors ? Eh bien pour deux raisons principales:

đŸ‘‰đŸ» La premiĂšre est le fait que cette Ɠuvre, Ă©crite par Yasmina Khadra, montre la Charia vĂ©cu dans un autre pays encore. Timbuktu raconte la Charia au Mali, Persepolis en Iran, et Les hirondelles de Kaboul en Afghanistan. On peut dĂšs lors observer des similaritĂ©s et des diffĂ©rences, ce qui permet de croiser les sources, renforcer son idĂ©e sur la question et affiner sa connaissance sur le sujet.

đŸ‘‰đŸ» De plus, le sujet va se traiter diffĂ©remment et nous faire voir de nouvelles choses. L’amour sera au cƓur du livre. Un amour rendu plus difficile (voire impossible) avec la Charia. Je ne raconterai rien particuliĂšrement sur la trame principale, mais je te recommande chaudement de le lire. En plus de cela, l’Ɠuvre explique certains principes d’effet de groupe qui sont assez importants Ă  connaĂźtre : l’Ɠuvre dĂ©bute sur l’un des personnages principaux, Mohsen, qui participe Ă  une lapidation publique. DĂ©goutĂ© de ce qu’il a fait, il n’a pourtant pas pu s’empĂȘcher, dans la folie gĂ©nĂ©rale, de jeter lui aussi une pierre contre une femme Ă  moitiĂ© enterrĂ© dans le sol.

💡 Ce livre raconte la honte et le dĂ©goĂ»t que procure certaines lois islamiques envers la condition des femmes. Mohsen, trĂšs amoureux de Zunaira sa femme, se sentira humiliĂ© et honteux de ne pas pouvoir empĂȘcher les autoritĂ©s de placer sa femme sur un rang infĂ©rieur au sien. La honte, la colĂšre, la rĂ©volte
 tout ceci est exacerbĂ© dans ce roman par l’amour. C’est cette Charia qui compromet l’amour qui est dĂ©noncĂ© dans ce roman. Et c’est l’une des principales raisons qui doit te pousser Ă  aller le lire de ce pas.

💡 Si tu es fĂąchĂ© avec la lecture, pas de panique ! Le film existe ! 😉

 

LA GEOPOLITIQUE DANS LES ƒUVRES PICTURALESđŸ–Œïž

David OlĂšre et les inaptes au travail : Quand on ne peut mettre des mots, on y met des images

les inaptes au travail

đŸ‘‰đŸ» Le style assez morbide de David OlĂšre en dĂ©range encore aujourd’hui plus d’un, et Ă  raison ! Ce peintre n’aura pas fait qu’imaginer l’horreur qu’il mettra sur ses diffĂ©rentes Ɠuvres puisqu’il les aura rĂ©ellement vĂ©cues. En tant que peintre juif, David OlĂšre fut dĂ©portĂ© au camp d’Auschwitz entre 1943 et 1945. Puisqu’il avait une assez bonne consistance, il trouva (tout comme Primo Levi) du travail sur le camp ce qui lui permit d’éviter les chambres Ă  gaz. Son travail consistait, pendant les deux annĂ©es qu’il a passĂ©es Ă  Auschwitz, Ă  se dĂ©barrasser des cadavres des chambres Ă  gaz. Tu commences Ă  comprendre pourquoi les dĂ©tails sont aussi rĂ©alistes. C’est la vĂ©ritable mort qui hante chacun des tableaux du peintre, celle de tous les ĂȘtres qu’il aura vu passer entre ses mains. En tant que tĂ©moin, David OlĂšre s’est donnĂ© pour mission d’étendre sa vision des camps grĂące Ă  sa technique et au rĂ©alisme de ses Ɠuvres.

Il s’agit d’une oeuvre trĂšs souvent analysĂ© en 3e dans le cadre de l’histoire des arts, voici une analyse assez sommaire du tableau.

 

La Guerre d’Otto Dix : L’enfer sur Terre

La guerre

đŸ‘‰đŸ» Otto Dix est un peintre expressionniste Allemand. Ayant reçu une formation militaire et ayant combattu durant de nombreuses campagnes au XXe siĂšcle, il sera profondĂ©ment marquĂ© par l’horreur de la mort. Sous le rĂ©gime nazi, il est l’un des premiers professeurs d’art Ă  ĂȘtre renvoyĂ©. Ses Ɠuvres sont dĂ©clarĂ©es comme Ă©tant « dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©es » et il sera enfermĂ© pendant deux semaines par la Gestapo. Il fut obligĂ© de participer Ă  la Seconde Guerre Mondiale et sert sur le front Occidental. Il sera capturĂ© par les Français en Alsace.

💡 Son Ɠuvre La Guerre prend la forme d’un triptyque, c’est-Ă -dire une Ɠuvre peinte en trois diffĂ©rents « panneaux » reprĂ©sentant chacun une partie diffĂ©rente d’un mĂȘme tout. La forme en triptyque a pris son essor initialement dans un cadre religieux en Europe dĂšs le XIIe siĂšcle. Otto Dix utilise les modĂšles de la religion dans l’une de ces plus macabres peintures. L’Ɠuvre possĂšde en rĂ©alitĂ© 4 parties, comme de nombreux triptyques, puisqu’elle possĂšde une prĂ©delle, une partie infĂ©rieure servant gĂ©nĂ©ralement de support. Cette prĂ©delle est intelligemment utilisĂ©e par Otto Dix comme l’emplacement d’un cercueil.

💡 Ce triptyque doit ĂȘtre analysĂ© de maniĂšre temporelle. La partie Ă  gauche reprĂ©sente l’arrivĂ©e au front par les soldats. La partie centrale est une illustration du champ de bataille qui est habitĂ© par la mort et la dĂ©solation. La partie de droite correspond au retour des survivants, bien amochĂ©s.

Si tu souhaites connaĂźtre un peu mieux ce tableau, je te conseille de jeter un oeil Ă  l’analyse qui en a Ă©tĂ© faites ici

L’arsenal. La distribution des armes : amour, communisme et talent

larsenal

đŸ‘‰đŸ» Difficile de parler de peinture politique et d’amour sans mentionner Diego Rivera et Frida Kahlo. TrĂšs cĂ©lĂšbres peintres mexicains, ils jouissent d’une vĂ©ritable reconnaissance internationale. Ils ont vĂ©cu la RĂ©volution Mexicaine entre 1910 et 1920 contre Porfirio Diaz, dictateur depuis 1876. Ils ont tous les deux fui le pays pour revenir en 1921, continuant le combat et crĂ©ant des Ɠuvres Ă  vocation plus ou moins politique. Celle dont je vais te parler est justement l’une d’entres elles.

💡 On peut voir sur cette peinture Frida Kahlo et Diego Rivera, militant ensemble et distribuant des armes aux peuples. Les faucilles et les marteaux sur drapeaux rouges nous indiquent bien entendu de quel bord sont Rivera et Kahlo. L’Ɠuvre a Ă©tĂ© peinte en 1928.

Cette Ɠuvre est une invention de la part de Diego Rivera, puisqu’il n’a pas participĂ© Ă  la rĂ©volution mexicaine (il se trouvait en Europe). Cependant, il est attachĂ© au parti communiste et conçoit des Ɠuvres Ă  la gloire des rĂ©voltes et des travailleurs.
Le contexte politique est important Ă  connaĂźtre. Plus que la RĂ©volution Mexicaine, il s’agit aussi de la rĂ©volution russe de 1917, lorsque le communiste reprit le pays aux mains du Tsar. Ce n’est donc pas tant une image de la RĂ©volution Mexicaine qu’une Ɠuvre vouĂ© Ă  montrer le combat d’une vie, celui du communisme contre la structure capitalistique profondĂ©ment inĂ©gale.

đŸ‘‰đŸ» Pour aller plus loin, il est important de mentionner que Diego Rivera est l’un des prĂ©curseurs du muralisme qui est nĂ© au Mexique. Il s’agit d’un style de conception d’Ɠuvre picturale reprenant l’idĂ©e de la fresque murale que l’on offre au peuple. C’est un style de peinture teintĂ© d’idĂ©ologie. Plus encore, le principe du muralisme garde un cĂŽtĂ© un peu traditionnel qui vante la culture et la tradition prĂ©colombienne. Ce mix parfait entre rĂ©volution politique et rĂ©appropriation de sa culture traditionnelle explique l’essor de ce style et son ancrage avec le monde qui l’entoure.

Rappelle-toi qu’un style ne naĂźt jamais sans aucune raison. C’est le cheminement des pensĂ©es des hommes. Un style apparaĂźt chaque fois que l’art est en dĂ©faut pour exprimer une nouvelle sensation. C’est pour cela que les atrocitĂ©s des Guerres du XXe siĂšcle ont amenĂ© l’essor de l’expressionnisme et du surrĂ©alisme. C’est pour cela que les injustices et la modification profonde des rapports entre les hommes ont fait naĂźtre le primitivisme chez Basquiat par exemple. La culture et la politique de l’AmĂ©rique Latine au dĂ©but du XXe siĂšcle expliquent parfaitement les choix esthĂ©tiques de Diego Rivera et de Frida Kahlo dans leur combat pour le communisme.

De mĂȘme que pour les prĂ©cĂ©dents tableaux, voici une analyse que l’on peut retrouver facilement sur internet.

Guernica : l’engagement contre le Franquisme

guernica

đŸ‘‰đŸ» Je vais te parler de l’un des tableaux les plus connus de l’un des peintres les plus connus, donc je me doute que tu dois potentiellement le connaĂźtre, et peut-ĂȘtre mĂȘme que tu l’as Ă©tudiĂ© ! C’était mon cas en 3e, mais un petit rappel ne fait jamais de mal.

Pablo Picasso est un peintre du XXe siĂšcle, immensĂ©ment connu et qui a crĂ©Ă© son propre style : le cubisme. Il a montrĂ© ses talents en peinture bien avant de crĂ©er le cubisme. La Celestina, par exemple, est une Ɠuvre de Picasso dĂ©montrant sa technique.

💡 Picasso est un peintre Espagnol qui a connu les combats visant le retour de la RĂ©publique, puis la Guerre Civile (1936-1939) et le rĂ©gime dictatorial de Franco. C’est un peintre qui a Ă©tĂ© marquĂ© par la Guerre et les massacres dans son pays. Guernica, l’une de ses Ɠuvres majeures, est justement la reprĂ©sentation de cette lutte contre la violence. Il s’agit d’une Ɠuvre engagĂ©e qui dĂ©nonce les horreurs du nazisme et du franquisme. En effet, le 26 avril 1937, lors de la Guerre d’Espagne, la ville de Guernica fut bombardĂ©e par les troupes nazies sous les ordres des nationalistes espagnols. Ce tableau est donc une initiation vers une Ă©poque tourmentĂ©e oĂč les arts pouvaient servir de relais Ă  la dĂ©nonciation et au combat des idĂ©ologies mortifĂšres.

« La peinture n’est pas faite pour dĂ©corer les appartements ; c’est une arme offensive et dĂ©fensive contre l’ennemi »
Pablo Picasso, Ă  propos de Guernica

Clique ici si tu veux une analyse assez complĂšte de l’oeuvre de Picasso

The Problem We All Live With : le racisme Ă  l’épreuve du XXe siĂšcle

The probleme we all live with

đŸ‘‰đŸ» Nous n’avons que peu montrĂ© d’Ɠuvres en rapport avec le racisme anti-noir, et pourtant il s’agit d’un fait majeur du XXe siĂšcle. Le rapport Ă  l’autre, notamment Ă  cet autre « noir » qui n’a d’étranger que sa couleur de peau, a grandement Ă©voluĂ© durant la seconde moitiĂ© du XXe siĂšcle et aujourd’hui. C’est pourquoi je pense qu’il est important de parler du cĂ©lĂšbre tableau « The Problem We All Live With » de Norman Rockwell.

Ce tableau est un symbole et met en lumiĂšre un fait historique qui s’est rĂ©ellement dĂ©roulĂ©. Il reprĂ©sente la petite afro-amĂ©ricaine de 6 ans Ruby Bridges se rendant pour la premiĂšre dans une Ă©cole frĂ©quentĂ©e par des enfants blancs en 1960. Tu n’es pas sans savoir qu’à une Ă©poque les Noirs et les Blancs Ă©taient sĂ©parĂ©s aux Etats-Unis : on nomme cette pĂ©riode la sĂ©grĂ©gation. Ce tableau ne porte pas spĂ©cifiquement sur cette pĂ©riode. Il traite en rĂ©alitĂ© de la pĂ©riode oĂč le processus de dĂ©sĂ©grĂ©gation fut mis en place.

💡 On peut voir la petite Ruby Bridges escortĂ©es par des adjoints du Marshal (un Ă©quivalent de shĂ©rif) de la ville. On comprend rapidement qu’il s’agit d’une protection nĂ©cessaire : la tomate jetĂ©e sur le mot et les lettres N I G G E R nous le font rapidement comprendre. Elle n’est pas la bienvenue. Et pourtant, son intĂ©gration est cruciale pour la sociĂ©tĂ© amĂ©ricaine.

💡 Ce tableau est donc une porte d’entrĂ©e vers toute la complexitĂ© que fut la question noire aux Etats-Unis et qui, encore aujourd’hui, continue de poser problĂšme. Si tu veux en savoir plus, tu trouveras des informations utiles dans notre article sur Trump et sa politique intĂ©rieure

Voici une petite analyse type histoire des arts sur cette peinture de Norman Rockwell

 
❀  Cet article t'a plu ? Alors suis-nous sur Instagram et parle de nous Ă  tes amis !

🎬  Tu peux aussi t'abonner Ă  notre ChaĂźne YouTube pour dĂ©couvrir nos conseils en vidĂ©o !

✏  Envie de participer Ă  l'aventure ? Rejoins ici notre communautĂ© de rĂ©dacteurs et contribue Ă  la rĂ©ussite d'un tas d'Ă©tudiants !

💡  Et sinon, comme d'hab', tu peux nous poser tes questions sur l'article juste en-dessous !
Banniere Newsletter Hack Blog Version Mobile V3

François Vuillerme

Actuellement Ă  GEM et passionnĂ© par la gĂ©opolitique, je continue mes Ă©tudes dans le but de devenir manager en gestion de risques. Mes articles traiteront essentiellement de cette matiĂšre ou bien d'actualitĂ© 😉.

  • Cours particuliers Sherpas 8
    19€ /h
    Louise Étudiante à HEC
    5
  • Cours particuliers Sherpas 7
    22€ /h
    Karen Étudiant à Polytechnique
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 2
    18€ /h
    Lucie Étudiante à Sciences Po
    4.8
  • Cours particuliers Sherpas 6
    25€ /h
    Antoine Étudiant aux Mines
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 5
    16€ /h
    AngĂ©lique Étudiante Ă  l'ESCP
    5
  • Cours particuliers Sherpas 3
    21€ /h
    David Étudiant à Centrale
    4.9
Besoin de cours particuliers en Géopolitique ? Fais-toi guider par un étudiant passé par une des meilleures écoles de commerce de France.
Prendre un cours gratuit
Notre Livre Méthode Prépa HEC
  • Construire son systĂšme de travail
  • Les meilleurs hacks de productivitĂ©
  • Exceller dans chaque matiĂšre
  • Performer le jour des concours
DĂ©couvrir notre Livre
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-1
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-2
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-3
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-4
  • Cours particuliers Sherpas 8
    19€ /h
    Louise Étudiante à HEC
    5
  • Cours particuliers Sherpas 7
    22€ /h
    Karen Étudiant à Polytechnique
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 2
    18€ /h
    Lucie Étudiante à Sciences Po
    4.8
  • Cours particuliers Sherpas 6
    25€ /h
    Antoine Étudiant aux Mines
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 5
    16€ /h
    AngĂ©lique Étudiante Ă  l'ESCP
    5
  • Cours particuliers Sherpas 3
    21€ /h
    David Étudiant à Centrale
    4.9
Besoin d'un prof particulier exceptionnel en HGG ? Fais-toi guider par un étudiant ayant excellé aux concours de prépa HEC.
Prendre un cours gratuit
Tu veux réussir ta Prépa HEC ?
  • Construire son systĂšme de travail
  • Les meilleurs hacks de productivitĂ©
  • Exceller dans chaque matiĂšre
  • Performer le jour des concours
DĂ©couvrir nos Livres
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-1
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-2
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-3
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-4
Progresse en cours avec nos profs particuliers et nos livres DĂ©couvrir Progresse avec nos profs particuliers et nos livres DĂ©couvrir