ITW de Mathieu Gorain

Paroles de Sherpas – Mathieu Gorain

On vous présente aujourd’hui un nouvel article de la série Paroles de Sherpas, cette fois-ci avec Mathieu Gorain, Sherpa en Géopolitique et auteur de notre masterclass de Géopo.

Étudiant à HEC, Mathieu a obtenu plus de 17 de moyenne en Géopolitique aux concours, avec notamment un 19 à l’épreuve d’HEC. Ancien élève du lycée Saint-Louis (Paris VIème), il s’est classé parmi les premiers de sa prépa et demeure depuis passionné par cette matière. Sa passion ne se limite pas à l’enseignement donné en classe prépa, puisque Mathieu continue à se perfectionner en assistant aux conférences les plus pointues de la sphère parisienne, tout en parcourant de nombreux ouvrages et revues pendant son temps libre. Depuis son intégration, Mathieu a donné plus de 1500 heures de cours au total !
Nous aurons la chance cette fois-ci de découvrir des astuces pour exceller en Géopo, donnés par un expert en la matière !

 

MG---Photo--1-

 

Salut Mathieu, est-ce que tu peux te présenter et nous en dire plus sur ton parcours ?

Je suis actuellement étudiant à HEC Paris et j’ai la chance de poursuivre un double-diplôme en droit des affaires à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Après ma classe prépa, j’ai décidé de valider, durant ma première année à HEC, une licence de droit et d’effectuer dans la foulée un stage de trois mois au sein du département fusions-acquisitions d’un grand cabinet d’avocats parisien. En parallèle de mes études, je suis passionné de culture au sens large et plus particulièrement de cinéma et photographie. Je me rends régulièrement à des expositions et des séances de cinéma pour suivre l’actualité culturelle du moment.

 

Comment se sont passées tes années en prépa et quelles ont été tes plus grosses difficultés durant celles-ci ?

Je dirais que mes années de classes préparatoires se sont plutôt bien passées, car je me suis efforcé de garder un moral d’acier. Le mental, dans le cadre de la préparation d’un concours, est ce qu’il y a de plus important. J’en garde un excellent souvenir et c’est bien pour cette raison que je continue encore à donner des cours à des élèves qui sont majoritairement en classes préparatoires. Ce sont des années de stimulation intellectuelle particulièrement structurantes pour tout le reste d’un parcours : on y apprend à penser par soi-même, on comble ses lacunes culturelles et surtout on apprend ce qu’est le travail (intellectuel). Ma plus grande difficulté aura sans doute été d’acquérir la rigueur indispensable à tout raisonnement intellectuel, qu’il s’agisse du raisonnement mathématique ou du raisonnement déployé au sein d’une dissertation.

 

Que penses-tu du service de coaching proposé par Les Sherpas ?

Je pense que le service proposé par les Sherpas est assez révolutionnaire en ce qu’il s’efforce d’apporter aux élèves un enseignement de qualité, avec des ressources pédagogiques qui sont également de qualité, sans que celui-ci ne soit obligé de venir à Paris. Autre point important à ne pas négliger, la disponibilité des Sherpas est très grande. Or, lorsque l’on est en train de s’exercer à construire un plan, l’on a très souvent besoin d’un conseil sur le moment et c’est très utile d’avoir un “feedback” sur son travail presque instantanément !

 

Comment t’organises-tu pendant la semaine ?

J’ai gardé les bonnes habitudes que j’avais adoptées en prépa, notamment les “to do list” et les plannings à la semaine. En général, j’essaie de travailler en journée et de sortir le soir. Dans tous les cas, il ne faut jamais mélanger loisir et travail. Quand vous travaillez, coupez votre téléphone. Et quand vous vous amusez, ne culpabilisez pas de le faire. Sinon le risque est de gâcher à la fois son travail et ses sorties.

 

samuel-zeller-4138-compressor-1

 

Tu es prof en Géopolitique, as-tu un conseil pour réviser cette matière efficacement ?

Pour travailler la Géopolitique, le meilleur conseil que je puisse donner est de s’exercer quotidiennement à construire des plans de dissertations. L’on retient bien plus facilement les connaissances, lorsque l’on est capable de confronter les idées, les arguments ou de mettre en perspective les thèses des auteurs. Autre conseil que j’avais appliqué à la lettre pendant la période de révisions, je rédigeais une introduction par jour : si bien que lorsque le jour du concours, j’ai dû choisir entre rédiger mon introduction au brouillon ou me lancer directement car je manquais de temps, choisir la deuxième option m’a permis de terminer l’épreuve dans le temps imparti.

 

Quelle est la problématique de Géopo qui t’intéresse le plus et pourquoi ?

La problématique de Géopolitique à laquelle j’accorde le plus d’intérêt est ce qu’Hervé Juvin appelle le “renversement du monde”, ce que d’autres, plus médiatiques et polémiques comme Michel Onfray appelle la “décadence” de l’Occident”. Cela m’intéresse car je trouve que c’est un thème un peu facile sur lequel l’on a vite fait de faire des raccourcis, en pensant que les pays émergents seraient en passe de supplanter totalement l’Occident. Or, je vois la géopolitique comme une matière nous aidant à réfléchir plus finement, à prendre en compte les spécificités de chaque pays… en bref, elle nous permet de saisir le monde, autrement qu’à travers des titres de journaux accrocheurs et souvent réducteurs.

 

Quel est le dernier évènement où tu t’es rendu, dont tu as envie de nous parler ?

Étant passionné de photographie, c’est avec beaucoup d’attentes que je suis allé au Grand Palais voir l’exposition sur le travail d’Irving Penn. J’ai particulièrement apprécié le fait de pouvoir retrouver quasiment toutes les “périodes” de son œuvre et pas seulement celle des années Vogue.

 

Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir prof chez Les Sherpas ?

C’est d’abord la passion de transmettre qui m’a poussé à devenir prof chez Les Sherpas. Plus singulièrement encore, je dirais que les Sherpas ont une vision de l’éducation que je partage totalement, à savoir offrir un enseignement de qualité au plus grand monde, grâce à la technologie récente. Enfin, la bonne ambiance qui règne dans l’équipe est aussi un facteur indéniable de motivation.

 

Quels sont tes projets pour la suite ?

Au mois de juillet, j’effectuerai un stage de 3 mois au département fiscalité du cabinet d’avocats Sullivan & Cromwell. J’enchainerai, ensuite, sur un autre stage de 3 mois au sein du département fusions-acquisitions de Bredin Prat. J’espère terminer mon année de césure par un stage à New York.

 

Merci d’avoir répondu à nos questions Mathieu !

Si toi aussi tu souhaites briller en Géopo, tu peux retrouver l’intégralité des cours de Mathieu dans la masterclass de Géopolitique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *