Ambition & Concours

Quelle école viser aux concours ? L’Ambition en Prépa.

Les concours ne sont pas une passoire à cons.

Quelle école viser lors des concours ? Peut-on viser les étoiles ? Faut-il rester réaliste ? Où fixer les limites de ton ambition ? Commençons par être honnêtes, même si la vérité n’est jamais simple à dire, ni à entendre. Nous ne pouvons pas te parler d’ambition, sans prendre d’abord le temps de conceptualiser l’environnement dans lequel tu vas passer tes concours.

Si la Prépa s’inscrit dans le cadre d’un bel idéal qu’est l’idéal républicain, les concours ne sont pas parfaits.

Il y a toujours une part de chance, et il y a aussi des inégalités qui se perpétuent, et contre lesquelles le système dans son ensemble essaie, tant bien que mal, de lutter :

Certaines prépas font faire des changements de filières à leurs candidats afin de maximiser leurs chances. Elles proposent aussi des professeurs excellents, souvent concepteurs ou correcteurs des épreuves du concours. Bien-entendu, ces enseignants font la part des choses, et dire que les sujets des concours sont disponibles en avance dans ces établissements tient du fantasme. En revanche, il est certain qu’il s’agit d’un avantage pour mieux cerner les attentes des épreuves, avec des candidats qui ont alors l’impression de jouer à domicile.

D’autres établissements prestigieux, publics ou privés sous contrat, ne sont pas non plus exempts de reproches. Ces établissements ont un mérite certain, et jouissent d’une excellente réputation.
Mais il n’y a pas de hasard : il est logique d’obtenir des statistiques exceptionnelles quand on ne recrute que des anciens premiers de la classe, ou quand nos étudiants ont commencé à couvrir jusqu’à 70% du programme de prépa en avance, au cours du Lycée. Pour gagner un Marathon autant commencer à courir avec quelques années d’avance !

Attention donc aux phénomènes d’autoconfirmation : avoir de superbes stats quand on a une équipe d’Hussein Bolt en herbe n’est pas très difficile. Ce qu’il faut toujours regarder, c’est la pédagogie de l’établissement et la capacité d’une prépa à faire progresser tous ses élèves, et pas seulement les meilleurs.

On observe enfin un effet inverse dans des établissements plus modestes: les professeurs ne prépareront souvent pas leurs élèves au format des épreuves des écoles les plus exigeantes. À partir de là, difficile de réussir, même si on a le potentiel pour… c’est comme jouer au Monopoly en devinant au fur et à mesure les règles du jeu.

Nous finirons par citer un ancien directeur des admissions d’HEC, qui disait que « Les concours ne sont pas une passoire à cons », façon élégante d’expliquer qu’on évalue les candidats sur des critères purement académiques, sans prendre en compte de manière extensive l’intelligence émotionnelle par exemple.

Oui, les concours sont un moule.

Oui, ils sont perfectibles, et auraient certainement besoin d’être modernisés.

Oui, ils ne sont pas justes. (Mais la vie est-elle juste ?)

Dire le contraire, tient de la bien-pensance et d’une ignoble démagogie. C’est certainement en Prépa que nous avons été confrontés pour la première fois à cette triste réalité.

Bien sûr, il faut diffuser l’information au public le plus large possible, et c’est ce que nous faisons par exemple avec ce Blog, mais il est certain que cela ne suffira pas à corriger les inégalités en profondeur, car tout le monde ayant accès à l’information, au mieux nous l’universalisons. (D’où notre croisade pour proposer des cours particuliers de qualité à des tarifs abordables pour le plus grand nombre ?)

Rendre les concours plus justes supposerait de les repenser de fond en comble, car ce modèle n’a pas changé depuis des décennies. En sachant que de nombreux intérêts politiques et économiques y sont liés… la tâche est plus qu’ardue.

Dans tous les cas, pour toi, les concours sont.

C’est un cadre que tu ne peux pas changer. Et rassure-toi, cela n’empêche pas les personnes qui doivent réussir de réussir. Simplement, réussir, c’est vraiment dur. Et ceux qui y arrivent ont énormément de mérite.

Il s’agit donc de maximiser tes chances de succès compte tenu des cartes dont tu disposes, et surtout compte tenu de ton ambition. Avec de l’ambition et du travail, tout reste possible.

C'est le moment de te renseigner
C’est le moment de te renseigner !

 

Commence par te renseigner.

Avant de te fixer un objectif, à savoir une école ou un groupe d’école, que tu sois en début de prépa ou déjà en cours d’année, pour aller faire le tour de tous les sites web des principaux établissements des concours.

Pas d’autocensure, pas de prétentions excessives, regarde toutes les écoles : le but est de t’informer, tout simplement.

Tu vas te rendre compte d’une chose : dans tous les cas, ce qui t’attend à l’air formidable !
Études à l’étranger, double-diplômes, associations, voyages, stages dans de belles entreprises… Cela devrait déjà te rassurer sur un point : l’aventure vaut le coup ! Et elle vaut d’autant plus le coup qu’il y a tous les ans plus de places que de candidats aux concours, toutes filières confondues. La probabilité de ne rien avoir est donc très faible.

Si tu ne dois pas t’autocensurer en te disant que les meilleures écoles sont hors de portée, il ne faut pas non plus viser ces mêmes écoles parce que ce sont les meilleures dans les classements. C’est clairement la pire raison de les intégrer. Toutes les écoles fournissent des formations de qualité, t’ouvriront de nombreuses portes dans le monde professionnel, et ont des choses à t’apprendre. Tu dois viser une école car ce qu’elle propose te plaît, et parce qu’elle te donnera tous les outils pour réaliser tes rêves.

Bien sûr, le but n’est pas non plus d’intégrer une école pour intégrer une école.
Ces études représentent un investissement considérable (plusieurs dizaines de milliers d’euros pour les business school, et au moins un coût d’opportunité considérable pour les écoles d’ingénieurs), et un coût d’opportunité en comparaison avec des filières qui te permettraient de travailler plus tôt, même si elles se rentabilisent en seulement quelques années une fois diplômé(e). Soit exigeant(e).

Les miradors sont dans les têtes.
– Primo Levi.

Bref,il s’agit de tes rêves et de ton avenir. C’est à toi de les écrire.

Au-delà du fait d’être bon élève, as-tu un projet, une ambition derrière ton choix d’intégrer une prépa ? Veux-tu devenir Entrepreneur(e) ? Trader ? Consultant(e) en Stratégie ? Ingénieur aéronautique ? Banquier ? Avocat ? Haut fonctionnaire ? Veux-tu vivre à l’étranger ? Devenir très riche ? Ou plus simplement avoir le luxe de choisir un équilibre de vie qui te ressemble ? Ce sont des sources de motivation supplémentaires qui t’inciteront à te fixer de beaux objectifs.

La bonne nouvelle, c’est que pour l’instant, toutes les portes te sont virtuellement ouvertes. Il n’y a donc aucune raison de pas être ambitieux, tu dois oser rêver grand, et même très grand. La différence entre tes rêves et leur réalisation se trouve dans ton travail. À toi de mettre les moyens en face de tes ambitions, et d’obtenir des résultats.

Vise la Lune, sincèrement, tu te remercieras.

Ce que l’on désire ardemment, constamment, on l’obtient toujours.
– Napoléon Bonaparte.

Cet article t’a plu ? Tu as des questions ou des idées à partager ? Fais-le en commentaire ou directement par mail à hello@les-sherpas.co, nous répondons à tout le monde ! 💖

Etienne Porche

Ancien de Franklin & Commercia, élève à l'ESCP et cofondateur des Sherpas. Passé de minor à Major pendant ma prépa, trois 20/20 en ESH, je suis passionné par l'éducation et fan de méthodo. Je me bats tous les jours pour construire une éducation moderne et humaine pour tous !

Nos lecteurs ont apprécié cet article
Et toi ? As-tu aimé ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (34 votes, moyenne: 4,82 sur 5)