apprendre par coeur

Comment (bien) apprendre par coeur ? 💖

Le par coeur, c’est LA technique incontournable qu’on te rabâche depuis le primaire. Tu te souviens de ces heures passées à apprendre tes poésies ? De ces listes de mots de vocabulaires en anglais ? De ces heures pour apprendre tes formules de Maths ? Sans plus attendre, voici comment bien utiliser le par coeur 😎

Le par coeur, c’est l’horreur ? 🤯

Le par coeur a un côté très besogneux. C’est vrai, il n’est jamais très réjouissant de devoir apprendre 120 mots pour vendredi… Il y a pourtant de nombreuses raisons à la popularité de cette technique. Pour t’aider à faire bon usage du par coeur (et de ta mémoire en général), revenons au commencement.

Le par coeur remonte à l’époque antique où la transmission était essentiellement orale. Elle servait notamment aux conteurs pour retenir de longues histoires, à l’époque où l’écriture n’était pas encore très développée. L’Iliade et l’Odyssée d’Homère ont d’abord été transmises complètement à l’oral. La version dont nous disposons aujourd’hui n’est qu’une retranscription des 24 chants qui ont été imaginés par Homère. C’est te dire que le par coeur est une technique puissante, efficace pour quelques mots de vocabulaires comme pour des récits de plusieurs centaines de pages.

Certains métiers ne peuvent se passer du par coeur : chanteurs, musiciens, acteurs, danseurs, avocats, docteurs, politiques, mathématiciens… tous ont besoin de données apprises par coeur ! Vu la diversité de ces professions, tu te doutes qu’il y a de nombreuses formes dérivées de par coeur.

Car au fond, le « par coeur », c’est la récitation aussi exacte que possible de connaissances, que ce soit des mots, des chiffres, de la parole ou des mouvements. Ce qui conduit parfois aussi à des confusions : il arrive souvent que l’ont mélange apprentissage par coeur, et maîtrise parfaite d’un sujet, ce qui est très différent. Nous allons y revenir.

À l’ère d’internet, le par coeur mérite une petite remise en question. Ce que notre mémoire devait retenir, le web peut maintenant nous le fournir, et souvent plus vite et mieux… Pour l’instant, on utilise encore essentiellement des moteurs de recherche comme Google ou Yahoo, mais demain notre smartphone a de fortes chances d’aussi devenir notre mémoire ! Il suffira de parler pour qu’une intelligence artificielle vocale nous rappelle des données. C’est d’ailleurs déjà un peu le cas avec Siri, Google Assistant, et Alexa d’Amazon.

Tu nous connais. Chez les Sherpas, nous sommes aussi fans de productivité : il y a plus que moyen d’optimiser ta mémorisation. Nous avons de bonnes astuces à te transmettre pour faciliter le travail de ta mémoire.

 

 

Tout commence par une bonne prise de note, et une écoute attentive.

On le répète souvent sur le blog : en étant attentif en classe et en posant quelques questions à ton prof ou à un Sherpa, tu auras déjà fait 80% du job de mémorisation ! C’est donc autant de temps gagné à la maison. 😉

Ensuite, tout dépend de la qualité de ta prise de note. À toi de parfaitement les structurer pour que tu puisses bien mémoriser.

Si tu veux des idées, nous avons publié il y a peu un article qui te donne plein de bonnes techniques pour une prise de note aux petits oignons !

En apprenant, n’oublie pas de solliciter tes différents types de mémoires. Il y a aussi un article sur le blog à ce sujet.

Tu dois comprendre avant d’apprendre.

C’est la clef ! Tu pourras t’évertuer à apprendre une liste de vocabulaires, tes formules de Physique, l’anatomie du corps humain, (ou le 06 de ta dernière conquête…💘)… si cela ne fait pas sens, tu auras d’énormes difficultés à ancrer durablement l’information dans ta mémoire.

Disons que le cerveau fonctionne un peu comme un ordinateur 🖥

Tu as la mémoire immédiate qui gère notre quotidien. C’est un peu notre vitesse de calcul, notre mémoire vive, notre RAM… et la mémoire de long terme, qui est comme un bon vieux disque dur. Souvent, on apprend par coeur pour le prochain DS, et on ancre l’info dans la mémoire immédiate, qui se vide au bout de quelques heures ou de quelques jours dans le meilleur des cas. C’est pratique pour la prochaine interro surprise de ton prof de Maths…mais pas l’idéal si tu as besoin de te souvenir de l’info dans la durée. Le vrai sujet c’est donc de faire en sorte que l’information soit transférée dans ta mémoire de long-terme pour que tu puisses la mobiliser à nouveau.

Et pour ça il faut comprendre ! Cela permet de souvent se passer du par coeur.

Dès que c’est possible, apprendre passe par la mise en place d’une boucle cours-exercices

De retour chez toi, commence par relire ton cours de fond en comble. Annote-le, souligne, approprie-le-toi ! Si besoin, fais quelques recherches complémentaires. 🕵🏻‍♂️🕵🏻‍♀️🔎

N’avance pas sur les notions suivantes tant que tout n’est pas limpide ! Dès que c’est fait, passe à l’application en faisant des exercices avec l’aide du cours, d’abord aussi simples que possible. Une fois que tu as compris comment utiliser les nouveaux outils que l’on vient de t’introduire, augmente le niveau avec quelques exercices de synthèse. Il ne te restera plus qu’à revenir une dernière fois sur ton cours pour le mémoriser, tu n’auras sûrement pas besoin de par coeur, ou alors pas beaucoup.
Cette méthode correspond aux matières scientifiques.

Si tu as compris, les connaissances se seront déjà ancrées.

Ou par un apprentissage de la structure et du pourquoi de la connaissance

Pour les matières plus littéraires et les sciences humaines, il y a souvent moins lieu de faire des exercices. La meilleure solution pour apprendre consister à comprendre puis travailler la structure de ton cours.

Pourquoi tel évènement s’enchaîne avec tel autre ? Pourquoi tel auteur dit cela ? Pourquoi B répond cela ? Quelle est la logique mise en oeuvre par ton professeur ?

Si tu comprends pourquoi les choses s’enchaînent, tu les retiendras, pas vraiment besoin de par coeur !

Apprendre par coeur demande un effort important pour ton cerveau.  Apprends par coeur ce qui ne peut pas se mémoriser autrement. Va à l’essentiel.

technique de mémorisation
Sans plus attendre, passons à la technique ! 💪🏻

Techniques de bases 📐

A. Quand le par coeur s’impose, fonctionne par listes et associations et utilise des moyens mnémotechniques.

Le par coeur reste incontournable pour les tables de multiplication, des mots de vocabulaire, des poésies ou des pièces de théâtre, des dates en Histoire, des citations ou nom d’oeuvre en littérature, des parties du corps en anatomie, des noms de pays en géographie, des articles du Code civil… quand il n’y a rien à comprendre et qu’il faut juste apprendre, tu n’as pas le choix.


Tu remarqueras que ce qu’on doit apprendre par coeur s’apparente souvent à des listes… tu peux donc utiliser les 4 techniques suivantes pour t’aider.

1. La technique des acronymes.

Elle a notre préférence dès qu’il s’agit d’une liste courte, notamment pour des sous-propriétés d’un élément plus important. Par exemple, un auteur très connu dès qu’il faut parler de l’État en économie, MUSGRAVE, introduit les 3 fonctions de l’État Providence : La Redistribution, L’Allocation de ressources, et la Régulation de l’économie.

Cela donne donc R.A.R. , si maintenant tu retiens MUSGRAVE = RAR, tu te souviendras toujours de ces 3 fonctions !

2. La technique des phrases avec acronymes.

C’est le prolongement de la technique précédente. Tu peux créer une longue phrase qui n’a pas beaucoup de sens pour retenir les mots d’une liste.

Par exemple pour retenir dans l’ordre les noms des planètes du système solaire, il y a la phrase bien connue : Mélanie Vous Tombez Mal, Je Suis Un Navet Pourri. (Pour Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton).

À toi de te constituer ton stock de petites phrases ! Un conseil, tu peux les ficher, ou les rentrer dans Anki. Nous te présentons ce logiciel un peu plus bas, tu vas voir, il fait des merveilles !

3. La technique des histoires.

Les deux premières techniques fonctionnent parfaitement pour des listes assez courtes. La technique des histoires est très pratique pour les listes de taille intermédiaire.

Raconte-toi une histoire qui va utiliser chaque mot ou notion de la liste que tu dois apprendre.

Par exemple : tu dois apprendre une liste de mot de vocabulaire sur les transports.
Imagine-toi à la Gare. Tu arrives, tu regardes ton billet, puis tu vas au distributeur de billet. Tu passes ensuite à la boutique acheter un journal et des bonbons. Tu regardes maintenant le grand panneau d’affichage, avant de composter ton billet pour prendre ton train. Ta place se situe au wagon 12, tu croises le contrôleur, avant de sortir à l’arrêt de l’aéroport, pour finalement enregistrer tes bagages…etc.

Si tu retiens ta petite histoire, tu retiens toute la liste ! 😉

4. La Technique des enchaînements d’idées ou des points d’intérêts.

Cette technique est utilisée depuis la Grèce antique. C’est elle qui permet aux grands orateurs de faire de magnifique discours, c’est encore elle qui permettait à Homère de raconter son Odyssée. Et bonne nouvelle, elle est très naturelle. Elle s’applique parfaitement pour retenir un plan de cours, une présentation ou un discours.

L’idée est simple, repère des points d’intérêts, des moments d’inflexion de la pensée.Ils doivent te servir de points de transition, vers le point suivant. L’idée est de faire tout le temps la même chose : tu développeras l’idée A, qui progressivement tend vers l’idée B, avant de justement passer à cette fameuse idée B.

Pour retenir une très longue structure, il suffit donc de retenir ces quelques idées clefs ! Cela suppose de très bien savoir ce que tu vas ensuite raconter au sein de chaque idée, et donc finalement d’avoir compris ce que tu racontes.

Ce qui nous ramène à la deuxième technique de la partie précédente. On apprend aussi par coeur inconsciemment, parce que les choses font sens. Tu te rendras vite compte qu’il n’est souvent pas nécessaire de connaître au mot près ce que tu vas raconter, c’est d’ailleurs cela qui rendra vivante ta potentielle intervention, ou ta dissertation. En partant de la structure connue, tu t’adapteras ensuite à ton auditoire ou au sujet !

En croisant les techniques, tu peux même faire une phrase acronyme avec les idées de ton plan, ou encore mieux, raconter une histoire quand c’est possible. Les possibilités et mélanges sont infinis. 😉


B. Multiplier les passages

Il a été prouvé par de nombreuses recherches scientifiques que l’on mémorise mieux au long-terme en multipliant les passages : L’apprentissage par vagues successives est une pratique fréquente dans les cultures du par ❤️, comme en Chine 🇨🇳.

Passer plusieurs fois sur un même contenu est très utile. Au lieu d’essayer de retenir bêtement et de faire du bourrage de crâne, multiplier les passages rend la mémorisation plus digeste et progressive. Cela enrichit ta compréhension générale, comme la finesse dans les détails mémorisés.

Attention. Nous te conseillons de faire des passages couvrant l’intégralité du contenu, au risque de se mélanger sinon. Plus tu structureras le contenu appris, mieux tu le retiendras.

Une exception, lors d’un premier contact avec un contenu long (quelque chose qui ne peut pas être appris en 1h, comme un nouveau chapitre de cours). Dans ce cas, un fichage régulier (qui est donc une phase de mémorisation) et en plusieurs fois permet de parfaitement digérer l’info.

À chaque nouveau passage, attache-toi à reprendre ce que tu as déjà appris précédemment.

C. À bas le Bachotage !

Oui, on a tous déjà bûché une interro au dernier moment. Mais au fond, tu sais bien que c’est inutile. En plus du sentiment de culpabilité qui n’aide pas à être à l’aise pendant l’épreuve, tu as sollicité uniquement ta mémoire immédiate. Si au lycée, cela peut suffire (mais comme tu t’en doutes, nous te le déconseillons 😒), face à des études plus exigeantes ou de gros examens comme des Bacs blancs ou des Concours, tu te trouveras court-circuité(e).

Voici 2 Règles de Révisions :

1. Ne révise jamais une épreuve ou un examen dans les 24h qui le précédent.
POURQUOI ? De cette manière, tu ne solliciteras jamais ta mémoire immédiate. Pas de danger de partir en récitation sur des choses qui n’ont rien à voir, et tu travailles pour le long-terme. Pas de risque de te mentir à toi-même, pas de stress inutile.

2. Ne révise jamais une épreuve plus que 2,5 fois sa durée.
POURQUOI ? L’efficacité marginale des révisions baisse assez rapidement. Trop de révisions tuent les révisions, on se mélange les pinceaux sous le stress, et l’information imprimée est mal structurée. Le risque est très grand de se faire chahuter son planning par des révisions, alors qu’il est bien plus efficace d’étaler le travail dans le temps pour mieux fixer l’information et prendre du recul sur les connaissances.

Ex : Un DS de 4h se révise en 10h.

Nous te conseillons d’étaler tes révisions dans le temps. Sur 10 jours par exemple pour un DS, en utilisant les segments des créneaux alloués à la matière, tout en continuant à avancer sur les activités faites en cours en parallèle.

aller plus loin Une fois à l’aise avec ces techniques, tu peux aller plus loin ! 🚀

Techniques avancées 🔥

A. Tu peux réactiver ta RAM juste avant un DS.

Réactiver des connaissances de bases quelques minutes avant un devoir permet de se chauffer et d’arriver en condition idéale en épreuve.

Le faire dans les transports ou pendant un intercours est idéal.

  • Matières Scientifiques : relis ton cours aléatoirement pendant 10 à 15min, et éventuellement quelques exercices classiques. Papillonne entre tous tes chapitres, vise les formules qui te font un peu peur pour te rassurer si besoin.
  • Langues : révise du vocabulaire, et des règles de grammaire.
  • Matières Littéraires : révise quelques associations d’oeuvres et d’auteurs, quelques exemples. Quelques dates.

À nouveau, le but est de te chauffer, pas de te biaiser, et d’une certaine manière, de charger ta RAM avec la matière concernée. D’où l’importance de ne pas revoir d’infos structurantes, mais seulement de la donnée, et de manière aléatoire.

Achève cette phase de chauffe par une check-list mentale de toutes les étapes minutées que tu vas suivre pendant ton DS. Le but est d’arriver en épreuve parfaitement concentré(e), et plein de confiance en toi, pour partir ensuite sur de bons rails.

B. Découvre la puissance d’Anki et Ankiweb

Il existe un grand nombre d’applications et de logiciel pour faciliter la mémorisation. Après les avoir comparés, nous avons choisi de te conseiller Anki.

Cette app te permet de rentrer sur des cartes toutes les informations que tu dois apprendre par coeur. Au recto une question, au verso ta réponse. Dès que tu dois apprendre une notion par coeur, rentre-la dans Anki, le logiciel se charge de te faire réviser aux moments optimaux pour que tu te souviennes de tout !

Langues, sciences dures, ou sciences molles, Anki fonctionne parfaitement avec tout, sauf peut-être avec les formules de Maths, car elles sont un peu longues à rentrer.

Anki coche toutes les cases :
– Il est disponible sur PC/Mac, c’est l’idéal pour rentrer l’info.
– Il est disponible sur mobile, l’app est super pratique pour réviser quand tu veux, où tu veux.
– Il y a une synchronisation automatique dans le cloud, dès que tu synchronises sur Ankiweb, tu ne perdras jamais ta donnée.
– L’algorithme intègre et optimise tes révisions sans que tu doives y penser.
– C’est simple et intuitif d’emploi.
– Et dans la large majorité des cas (sauf sur iOS), Anki reste gratuit !

Ce qui va compter : ton agilitéIn fine, c’est la maîtrise de tes connaissances qui est importante. 👌🏻

Ce qui va compter, c’est ton agilité.

Pour récapituler : Il n’est pas indispensable de tout apprendre par coeur. Comprendre reste la technique la plus efficace. Mais certaines connaissances imposent tout de même le par coeur. Dans ce cas, il existe de nombreuses techniques pour aider ta mémoire. Pour t’aider, nous sommes fans des logiciels d’aide à la mémorisation comme Anki.

Ensuite, tout dépend de ta capacité à utiliser intelligemment ce que tu as appris. Si l’école attend encore beaucoup de par coeur, ce qui compte dans la vie, c’est l’utilisation intelligente de tes connaissances. C’est ta capacité à jongler avec elle et à les recomposer. Cela passe par la construction d’une profonde maîtrise dans tes domaines de prédilections.

Tu n’as pas fini d’apprendre ! 😊

Cet article t’a plu ? Tu as des questions ou des idées à partager ? Fais-le en commentaire ou directement par mail à hello@les-sherpas.co, nous répondons à tout le monde ! 💖

Etienne Porche

Ancien de Franklin & Commercia, élève à l'ESCP et cofondateur des Sherpas. Passé de minor à Major pendant ma prépa, trois 20/20 en ESH, je suis passionné par l'éducation et fan de méthodo. Je me bats tous les jours pour construire une éducation moderne et humaine pour tous !

Nos lecteurs ont apprécié cet article
Et toi ? As-tu aimé ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (32 votes, moyenne: 4,91 sur 5)