Mauvaises notes

Comment gérer ses mauvaises notes en Prépa ?

Le décrochage brutal des notes d’élèves toujours habitués à tutoyer les sommets au lycée, est certainement le problème le plus fréquemment rencontrés par les nouveaux préparationnaires. Si tu déprimes parce que tu ne t’attendais pas à avoir ton 5 (#BienvenueEnPrépa), (et cela alors que tu as bossé !) pas de panique, on ne t’a pas débranché le cerveau pendant l’été !

Cette baisse de résultats est logique.

Et cela pour plusieurs raisons :
– Le niveau du lycée a terriblement baissé depuis 30 ans, quand celui de la prépa a augmenté. Et beaucoup de candidats manquent de bonnes méthodes pour avancer, ce qui rend la marche à franchir d’autant plus haute.
Dès ton arrivée en prépa, les évaluations se font au niveau des concours. Normal de n’être pas être prêt quand on vient de commencer à s’entraîner pour un marathon, et quand en plus on change d’unité de mesure !
– Enfin, chaque prépa note différemment, comme les professeurs ne font pas l’effort d’harmonisation du concours pour obtenir une courbe de Gauss, les meilleures notes vont rarement au delà du 14-15 en cours, et donc la moyenne se situe en règle générale aux alentours des 6 ou 7.

Seule compte la Progression.

Ce qui compte en prépa, c’est ta PROGRESSION, aussi infime soit-elle.

+ 0,5 points, en prépa, c’est un vrai progrès.
Et c’est logique, puisque tu as eu l’habitude d’être noté(e) de façon assez souple au lycée, en prépa, il faut bien se dire que 0,5 points équivalent probablement à 1,5 à 3 points dans ton ancien établissement ! Alors oui, seul le nouveau barème compte, mais cela devrait t’aider à relativiser pour commencer.

Analyse tes notes pour en tirer des leçons.

Ensuite, il est normal en Bizuth d’observer une accumulation de mauvaises notes. Le plus important est de comprendre leur sens. Car finalement, chaque note est une forme de signal, de relevé de vitesse, c’est un simple indicateur de tes performances à un moment donné. L’échelle, qu’elle soit sur 10, sur 20 ou sur 100 000 n’a au final que peut d’importance, hormis la précision de la mesure qu’elle permet. Et évidemment, ce chiffre ne dit rien de qui tu es. C’est une simple mesure, il n’y a aucun affect à y mettre.

En cela, la notation en prépa à le désavantage d’être moins précise qu’au lycée aux débuts, car ton niveau de lycéen est instantanément converti sur cette nouvelle échelle. Si ton 17 de moyenne en Maths est converti en un 4, et que toutes les notes de la classes sont regroupées entre 3 et 7, il est tout de suite plus difficile de s’évaluer.

Bref, il n’est pas nécessaire de t’en faire, au delà d’observer les variations de tes résultats.
Plus le temps passe, plus tu vas t’habituer aux sales notes et plus tu intégreras le signal simple qu’elles impliquent : as tu fait ou non des progrès ?

Il s’agit ensuite d’en tirer les conséquences et de comprendre comment faire mieux, pour avancer. Et sur cette phase, tu ne dois pas te faire de cadeaux.

Relativise la notation dans son ensemble.

Il est possible de se choper une sale note, même en étant Major, même à la toute fin de la prépa. Il est certain qu’un candidat, même après 10 ans de prépa, ne pourrait pas majorer les concours dans toutes les matières. L’aléa existe. Les correcteurs comme les candidats restent humains.

C’est la limite de ce système, où rien n’est jamais parfait et où tout est toujours perfectible, aussi en fonction des sensibilités et exigences de chaque correcteur. C’est aussi une excellente chose, personne n’est à l’abri de faire des erreurs, cela incite à beaucoup d’humilité,

Alors, toujours là à te morfondre à cause de ton 5 en Maths ? Pour finir de te rassurer, ton serviteur avait 1.28/20 de moyenne en Maths, 3 mois avant ses concours de Carrée ! Cela ne m’a pas empêché d’intégrer ? (… j’ai juste beaucoup beaucoup travaillé cette matière ensuite ?).

Barème type.

Voici un barème standard en prépa, et comment l’interpréter.
Tu peux l’ajuster en fonction du classement de ta prépa et du niveau d’exigence de tes professeurs. Évidemment, puisque ce barème est standardisé, il ne colle pas exactement à chaque matière, mais il a le grand mérite de permettre de te situer.

0 à 10 : Tu as des lacunes, tu ne maîtrises pas les bases, tes notes restent plutôt aléatoires. Commence par comprendre ton cours, ses enchainements, pour sortir du bête par coeur. À partir de là, fais des gammes. C’est la répétition et la régularité qui va payer.
10 à 12 : Tu maîtrises les bases, et tu parviens à rendre une copie correcte. Ce n’est pas non plus incroyable. Il te reste du gros oeuvre à perfectionner. Dans les matières littéraire, cela veut dire que tu as un plan basique qui passe.
12 à 15 : Cela commence à devenir bien. Tu maîtrises toutes les attentes principales de l’épreuve. Il y a probablement encore quelques bêtises qui traînent. Dans les matières littéraires, ton plan tient la route. Tu peux maintenant polir les détails. Bonne nouvelle, ce sont des points faciles à prendre.
15 et + : Tu maîtrises parfaitement l’épreuve dans ses attentes explicites et implicites. Les derniers points se jouent maintenant sur des détails et des «tricks» pour te différencier et impressionner le correcteur.

Ne comparez jamais votre intérieur à l’extérieur des autres.

– Un excellent professeur de C.G.

Etienne Porche

Ancien de Franklin & Commercia, élève à l'ESCP et co-fondateur des Sherpas. Passé de minor à Major pendant ma prépa, je suis passionné par l'éducation et fan de méthodo. C'est pour cela que je partage mon savoir à de nombreux étudiants depuis 2014 !

Nos lecteurs ont apprécié cet article
Et toi ? As-tu aimé ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, moyenne: 4,80 sur 5)