Être étudiant et écolo tout en faisant des économies, c’est possible ? 🌻

etudiant et ecologie

Te voilà fraîchement débarqué(e) dans une grande ville, prêt(e) à en découdre avec tes études supérieures et impatient(e) d’entamer cette nouvelle vie qui s’offre à toi. Mais un peu dépassé(e) par toute cette nouvelle organisation et soucieux(se) des actualités climatiques du moment, tu te questionnes : comment agir à ton échelle pour préserver au mieux notre planète? Est-ce que tu vas pouvoir mettre en place des actions écologiques dans ton quotidien alors que tu es un(e) étudiant(e) sans le sou? Tu te demandes s’il est possible d’être étudiant et écolo, et même de faire des économies?

🔥 Spoiler alert : oui! Et je t’explique justement comment agir pour respecter au mieux notre environnement sans te ruiner.

Meubler ta demeure pour trois fois rien 🏘️

Premièrement, si tu débarques dans une ville loin de chez tes parents, tu vas devoir trouver un logement et l’aménager. Avec la vague d’étudiants qui arrive d’août à octobre, tu n’auras peut-être pas la chance de trouver un appart complètement meublé. Il faudra alors sortir le porte-monnaie…

Pour l’aménager, je te conseille de te tourner vers la seconde main. En effet, derrière chaque objet neuf se cachent des ressources et de l’énergie consommée. Acheter d’occasion, c’est éviter de donner sa voix pour la consommation de masse (acheter c’est voter). Mais c’est aussi offrir une seconde vie à un objet qui allait peut-être être jeté et te faire économiser de l’argent ! Et pour ça, différentes options s’offrent à toi:

  • Sois attentif à ce qui traîne dans la rue. Oui, ça peut sembler étrange mais tu n’as pas idée de ce que les gens jettent dans la rue. Plantes, décorations, bocaux en verre, meubles… Il y en a pour tous les goûts. Cependant, vérifie bien l’état de l’objet (logique me diras-tu) et méfie-toi si une personne a vidé l’intégralité de son appartement sur le trottoir! Cela peut vouloir dire qu’elle a été victime de punaises de lit. Dans ce cas-là, mieux vaut t’abstenir car ces petites choses envahissent très vite ton intérieur.
  • Demande à tes ancêtres. Autrement dit à papi, mamie, à ton grand oncle ou même à tes parents, ta tante, tes grands cousins… BREF : à n’importe qui ayant potentiellement des meubles inutilisés dans son grenier à te filer gratuitement. C’est souvent comme ça que tu récupéreras des meubles, certes anciens, mais plus solides que d’autres vendus dans le commerce. Et s’ils ne sont pas tout à fait à ton goût, libre à toi de les retaper. Un coup de peinture et le tour est joué! C’est le moment de laisser ta créativité s’exprimer. Tu te retrouveras peut-être avec une table ayant appartenu à tes parents, puis à ton oncle, et ainsi de suite… (oui, c’est du vécu)
  • Va chiner. Dans les grandes villes, tu trouveras forcément des brocantes, ressourceries, Emmaüs, ou magasins solidaires dans lesquels tu pourras acheter toute ta vaisselle à petit prix !
  • Les groupes et sites de don et troc. Sur internet, tu trouveras moult options pour les dons et trocs, comme Le bon coin. Il existe des sites et applications pour les dons comme donnons.org ou l’application geev. Sur Facebook, il y a des groupes spécifiques souvent classés par secteurs. Là, tu pourras trouver ton bonheur tout en rencontrant des gens qui partagent un état d’esprit de solidarité et d’entraide. Tu peux même te permettre de demander directement sur le groupe si quelqu’un se débarrasse de telle ou telle chose. Il y a la plupart du temps quelqu’un pour répondre positivement à ta demande (sauf bien sûr si tu cherches des choses trop spécifiques comme un original de Van Gogh par exemple. Là, personne ne pourra rien pour toi).

 

Toi lorsque tu vas voir arriver tes nouveaux meubles seconde main! 😍

Te saper d’une façon unique et éthique 👕🧦

Comme je te l’ai écrit plus haut, derrière chaque production se cache de l’énergie et des ressources consommées. L’industrie textile serait la deuxième plus polluante, avec 600 000 tonnes de vêtements mises sur le marché français chaque année. Pour un seul jean, il faut l’équivalent en eau de 288 douches! A ces conditions environnementales s’ajoutent bien souvent des conditions de travail scandaleuses. Je pense que tu as déjà entendu parler de certaines de ces conditions déplorables, comme la main-d’œuvre à bas coût.

👀 Si le sujet t’intéresse, je t’invite grandement à aller jeter un œil au documentaire “The true cost” réalisé par Andrew Morgan en 2015 !

Je te conseille donc de te tourner vers la seconde main pour sortir un peu de ce système de surconsommation. Cela te permettra aussi de respecter la planète et les personnes qui ont créé tes vêtements avec leurs petites mains. Être étudiant et écolo au quotidien te permet en plus de faire des économies et de trouver des styles vintage uniques. Ces derniers sont d’ailleurs bien souvent d’une qualité supérieure à ce que l’on trouve aujourd’hui dans les grandes enseignes.

Mes 5 astuces pour acheter éthique et responsable 🌍

  • Va chiner dans les friperies. Si tu habites dans une grande ville (ce qui est souvent le cas si tu fais tes études dans le supérieur), il y a kyrielle de petites friperies sympas autour de chez toi. Il faut prendre le temps de bien regarder, essayer, parfois sortir un peu de ta zone de confort vestimentairement parlant, mais une fois que tu auras pris le coup de main, ça devient un réel plaisir ! En plus de ça, tu donneras un coup de pouce aux petits indépendants locaux.
  • Vinted. Tu connais probablement déjà cette application utilisée par quasi toutes et tous aujourd’hui. Si je te conseille dans un premier temps d’aller en friperies, j’ai bien conscience que la transition peut être délicate pour les personnes qui ont un style un peu plus “basique” et qui recherchent des pièces en particulier. Pour les chaussures également, puisque c’est assez rare de tomber en fripes sur une pièce qui te plaît ET qui te va comme un gant (ou comme une chaussure plutôt)… Là aussi, prends ton temps pour prospecter, mets le plus de filtres possibles pour affiner tes recherches et tu prendras très vite le coup de main !
  • Aller à des vide-dressings. Là encore, si tu habites dans une grande ville, des particuliers et associations organisent régulièrement des vide-dressings. C’est l’occasion d’y chiner, tout comme sur vinted, des petites pièces un peu plus passe-partout et spécifiques tout en rencontrant du monde et en dégustant une bonne part de gâteau (parce qu’un vide-dressing sans gâteau n’est pas un vrai vide dressing) !
  • Fais du troc. Avec tes copines, tes copains, ta famille, les groupes de troc…
  • Entrer dans une démarche minimaliste. Sache que selon une étude, tu ne portes pas 70% des habits qui sont dans ton armoire. Acheter de seconde main, c’est bien mieux, mais ça ne règle pas le problème de base: la surconsommation de vêtements. Le mieux, c’est donc d’opter pour des vêtements durables, qui te plaisent vraiment et te rendent heureux(se). Alors pense à faire régulièrement le tri dans ton armoire en achetant uniquement quand tu en as besoin. J’ai conscience que ça peut être une idée difficile à assimiler, mais laisse toi le temps d’y penser et quand tu es prêt(e), saute le pas ! Si tu veux entrer dans cette démarche plus minimaliste, j’ai une petite méthode pour toi. Après avoir fait le tri une première fois, applique cette règle lorsque tu trouves une nouvelle fringue : pour un vêtement qui entre dans ton armoire, c’est un autre qui en sort en même temps. Pense alors à les revendre, à les donner à des assos s’ils sont en bon état (Emmaüs par exemple), à les réutiliser pour en faire des tawashis (petites éponges lavables), des emballages cadeaux, des caches-pots, du scrapbooking… En somme : remplacer et non accumuler.
Tu es encore au lycée ou tu veux découvrir encore plus d’astuces écolo? Alors trouve ton bonheur en cliquant ici ☘️

Écolo ET économe dans ta cuisine… 🍲

Une autre des plus grandes sources d’impact sur notre environnement et sur la biodiversité est l’alimentation. Que ce soit par l’agriculture intensive et la surproduction de viande qui entraînent la déforestation, ou la consommation de fruits et légumes hors saison, le coût de ces petits plaisirs est énorme pour notre planète. Tu veux être un(e) étudiant(e) écolo tout en prenant soin de ta santé et en traitant ton estomac comme un roi ? Voici quelques conseils !

  • Consomme local et de saison. Évite les fruits et légumes qui ne sont pas de saison. Ceux-ci sont bien souvent importés en avion, ce qui génère une grosse empreinte carbone. Pour cela, je te conseille de te tourner vers les paniers de fruits et légumes locaux de ta ville. Pour cela, adresse toi à des AMAP (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne). Tu aideras les agriculteurs de ta région à se développer tout en évitant un long trajet polluant. En plus, tu découvriras pleins de nouveaux fruits et légumes : panais, topinambours, rutabagas, betteraves blanches, carottes de toutes les couleurs… Bref, il y a de quoi faire ! Certes il faut prendre le coup de main et s’habituer à réfléchir à l’envers. Autrement dit, tu fais ton repas en fonction de ce que tu as sous la main et non l’inverse. Mais tu verras que tu deviendras un champion de la cuisine qui épatera tous ses amis ! Contrairement aux idées reçues, acheter local revient souvent moins cher qu’acheter des produits qui viennent de très loin. Et si tu as de grosses difficultés financières, sache que certaines associations universitaires vendent des paniers de légumes peu chers aux étudiants.
  • Récupère les invendus au marché. Pour cette astuce-là, je l’avoue, il te faudra un peu de courage. Elle consiste à passer au marché lorsque les commerçants rangent leurs étals et à leur demander de récupérer gratuitement les produits invendus qui risquent d’être jetés. Ne laisse pas cette petite pomme cabossée pourrir au fond d’une poubelle, je te jure qu’elle est encore bien juteuse !
  • Réduis ta consommation de viande. Une fois encore, la consommation excessive de viande est un désastre écologique. De plus, la viande est très chère pour le petit budget d’un étudiant. Je t’invite donc à réduire ta consommation de viande (ou à l’arrêter complètement si tu es super motivé(e) !) en te tournant un peu plus souvent vers des recettes végétariennes ou végans.
  • Fais tes repas à l’avance. Au lieu de faire tes courses au hasard, je te conseille d’acheter seulement ce dont tu as besoin. Pour cela, il te suffit de réfléchir à l’avance aux repas que tu veux faire chaque jour de la semaine. Ainsi, tu éviteras les plats industriels de dernière minute. Bonus : tu économiseras tes piécettes pour boire une bière avec les copains à la sortie des cours!
  • Participe au compost collectif de ton quartier. Installer un composteur dans son jardin ou sur son balcon c’est bien… Encore faut-il disposer d’un jardin ou d’un balcon ! Une fois dans ton petit chez-toi, tu n’auras pas forcément d’endroit où poser un compost. Pas de panique, il y a quand même une solution ! Il existe dans les grandes villes des composts collectifs. Ils sont tenus par des bénévoles et tu peux déposer chaque semaine tes épluchures. Tu peux prendre contact avec eux pour connaître les horaires d’ouverture et leur fonctionnement, chaque quartier ayant ses propres règles. En attendant le fameux jour d’ouverture (en général c’est à raison d’une ouverture par semaine en hiver et deux ouvertures par semaine en été) tu peux récupérer un petit seau avec un couvercle pour garder tes épluchures. Là aussi, pense seconde main et contacte un restaurant près de chez toi pour savoir s’ils en ont un à te donner ! Ensuite, c’est à toi de jouer.

C’est pas beau de se faire ses propres plats avec des ingrédients locaux et de saison? 🥗🥰

… et plus globalement dans le reste de ton appart 🤩

Ta cuisine génère énormément de déchets, mais tu peux aller encore plus loin. Voici d’autres petites astuces écolo à appliquer partout dans ton appartement.

  • Passe un hiver cosy et tout chaud. Tu avais peut-être une cheminée chez tes parents, ou alors vous utilisiez simplement le chauffage. Déjà, tu peux oublier la cheminée dans ton petit 12m². Mais si tu veux limiter l’utilisation du chauffage dans ton appart, applique le combo bouillotte, chaussettes pilou pilou et pull doudou de Noël ! En plus de te mettre dans l’ambiance flocons de neige, tu repousseras le jour où tu allumeras le chauffage. Dans tous les cas, tu le monteras moins fort et tu limiteras ainsi ta consommation d’électricité. Pour ma part, j’ai également acheté cet hiver (en seconde main comme toujours) un plaid à manches. Alors oui il est absolument ridicule, mais il est surtout hyper pratique pour lire sans avoir froid aux bras ! J’ai ainsi réussi à passer un hiver sans chauffage dans la chambre, toujours accompagnée de ma bouillotte d’eau chaude.
  • Survis à la canicule en restant au frais. Pour survivre à la canicule, j’ai également quelques conseils pour toi. Cet été, lors des pics de chaleur et sans ventilateur, j’ai trouvé une méthode pour me rafraîchir au moins un peu. Certes cela reste relatif quand il fait quasiment 40° dehors mais c’est mieux que rien… J’ai rempli une petite bassine d’eau très fraîche pour y mettre mes pieds. La chaleur passant beaucoup par les extrémités (d’où l’intérêt du combo gants/chaussettes/bonnet en hiver), rafraîchir tes petits petons en été permet également de rafraîchir ton corps ! Sinon tu peux toujours appliquer les conseils courants. Opte pour les salades afin d’éviter de faire chauffer tes appareils électriques et par conséquent ton logement. Ferme tes volets en journée et ouvre tout le soir tard / le matin très tôt. Si tu as la possibilité, tu peux même faire trempette dans un lac (et ramasser les déchets en même temps).
  • Récupère l’eau de la douche. Les conseils “classiques” sont de couper l’eau de la douche, débrancher les prises, faire attention aux lumières, couper l’eau quand tu te brosses les dents etc… Je te donne maintenant une autre petite astuce pour développer ce dernier point. Récupère l’eau froide de tes douches en y installant un petit seau ! Eh oui, à moins d’être un(e) warrior hyper courageux(se), la plupart d’entre nous prennent leur douche à l’eau chaude. C’est donc beaucoup d’eau gaspillée inutilement en attendant que celle-ci chauffe… Tu peux donc la récupérer pour arroser tes plantes ou remplir la chasse d’eau de tes toilettes.
  • Passe au zéro déchet dans la salle de bain. Avec la cuisine, c’est un des endroits de la maison qui génère le plus de déchets inutiles. Oriculi pour remplacer les cotons tiges, lingettes démaquillantes lavables, shampooing et savon solides… Les astuces sont nombreuses mais vraiment très simples à appliquer. Après quelques années d’utilisation, j’ai également remarqué que cela permet une économie énorme d’argent (surtout pour les shampooing solides qui durent quelques mois de plus qu’un shampooing classique). En passant au zéro déchet et au plus naturel tu pourras donc prendre soin de toi, de la planète et de ton porte-monnaie (même combo que pour la cuisine finalement) en ne perdant pas le plaisir de te pomponner (si tu aimes ça bien sûr).

Au fait, on te propose aussi un guide méthodologique pour réussir tes études 👇

Profiter de ta vie étudiante le plus écologiquement possible 👨🏽‍🎓👩🏻‍🎓

Être étudiant, c’est travailler, beaucoup. Mais c’est aussi des années de ta vie où tu vas énormément sortir, rencontrer, voyager, boire des coups, tout ceci en essayant d’allier au mieux un compte en banque peu mirobolant et un temps libre limité. Et si je te disais qu’il est également possible d’ajouter à cela l’écologie ? Vu ton budget, je pense que tu appliques même déjà sans forcément y penser des réflexes qui sont plus sains pour la planète. Pour finir cet article, je te propose donc des petites astuces pour festoyer en faisant le plus attention possible à notre très chère planète bleue.

  • Trouve tes livres autrement. Peut-être es-tu un gros consommateur de livres par passion, ou peut-être n’en achètes-tu qu’occasionnellement pour tes études. Quoiqu’il en soit, être étudiant et écolo c’est aussi éviter d’acheter du neuf. Pour cela, tu trouveras un tas de magasins qui les vendent d’occasion (même sur internet si tu cherches quelque chose de plus spécifique). Il existe aussi des boîtes à livres dans les grandes villes, même si là je te l’accorde, c’est plutôt au petit bonheur la chance et pour des lectures plaisir uniquement. Enfin, je te conseillerai surtout de prendre un abonnement dans une médiathèque. La Bibliothèque Universitaire regorge de livres plutôt liés aux études, mais si tu veux avoir accès à d’autres genres de livres tu peux donc t’inscrire dans une des bibliothèques de ta ville. L’abonnement est souvent peu cher, voire gratuit pour les étudiants, et tu pourras y emprunter des livres, à la fois pour tes études et pour toi, sans encombrer ton petit appartement ni vider ton portefeuille !
  • Voyage en transport en commun. Durant tes études tu arriveras peut-être à partir en voyage seul ou avec des potes. Pour payer moins cher et limiter ton empreinte carbone, là je te conseille d’opter pour les transports en commun, autrement dit bus et train ou même covoit si tu ne peux pas faire autrement. C’est souvent plus long, mais plus écologique que l’avion. Pour les plus motivés et sportifs, le voyage à vélo d’un bout à l’autre de la France peut aussi être une super expérience !
  • Fais de tes fêtes étudiants des événements zéro déchets. Pour ce faire, tu peux rejoindre l’asso étudiante de ton université et t’impliquer dans la création des soirées étudiantes. Tu pourras proposer pleins de petits trucs un peu plus écologiques : mise en place d’éco-cups, distribution de cendriers de poches, snacks faits maisons, les idées (et les soirées) sont nombreuses.
  • Fais attention à ton empreinte numérique. Premièrement, sache qu’il existe des sites qui vendent des téléphones, ordinateurs, consoles de jeux, etc, en reconditionné. Encore une fois je te parle de seconde main, mais ça évite d’épuiser les ressources et fait économiser des pépettes. Les appareils sont garantis, tout comme dans les grandes enseignes. Mon deuxième conseil s’adresse aux plus persévérants d’entre vous: la détox numérique. Outre les nombreux bienfaits que cela peut t’apporter, ne pas aller sur les réseaux sociaux, Netflix, YouTube et toute la bande pendant une journée réduit ton empreinte numérique. C’est une méthode que j’ai moi-même expérimentée et appréciée. Je suis même passée d’une journée de coupure complète par semaine à deux journées (et si on me l’avait dit il y a quelques mois, je ne l’aurais pas cru) !
  • Participe à des ateliers. Avec les prises de conscience de ces dernières années, de plus en plus d’ateliers sont proposés dans les grandes villes. Ils sont généralement gratuits ou à tout petit prix. L’objectif : aider les intéressés à réparer leurs affaires, fabriquer leurs produits ménagers et cosmétiques, ou encore créer des petits meubles. En plus de rencontrer des gens et d’acquérir de nouvelles compétences, tu apprends à réparer, fabriquer et créer plutôt qu’acheter. Je pense notamment à ton vélo, fidèle destrier des grandes villes, qui risque au fil des années de prendre quelques coups. Grâce à l’aide de bénévoles d’associations, tu pourras le réparer de tes propres mains !

Puisque tu connais maintenant toutes les astuces, à toi de jouer 💪

Conclusion : on peut être étudiant ET écolo ET économe! 🥳

On arrive donc à la fin de cet article. Comme tu as pu le voir, de nombreuses petites habitudes économiques et faciles à prendre peuvent se mettre en place dans la vie d’un étudiant. Cela peut sembler de prime abord difficile, mais une action qui te paraissait compliquée et nécessitant un gros effort deviendra petit à petit une simple habitude. Si tu as envie d’appliquer ces conseils dans ton quotidien, je te recommande de te concentrer d’abord sur un objectif, puis d’en rajouter un deuxième une fois que le premier te sera devenu naturel. Cela te motivera et tu te rendras compte que l’écologie est un jeu d’enfant, et que cela nous concerne tous. C’est avec tous ces petits changements que tu pourras apporter ta pierre à ce bel édifice qu’est notre Terre.

Si cet article t’a plu et que tu cherches des idées pour réduire ta consommation de viande, tu peux trouver des idées de recettes sur mon compte instagram: @les_succulentes_affamees

Clémence Delaitre Zimmermann

Moi c'est Clémence! Mon parcours universitaire a été marqué par de nombreuses réorientations, mais je pense finalement avoir trouvé ma voie en m'orientant vers des études de lettres. Grande lectrice passionnée d'écriture, c'est cette passion qui m'a donné envie d'écrire pour les Sherpas !

Nos lecteurs aiment nos articles ! Et toi ? 😊

0 / 5