La Carte d'HGG en Prépa ECS

La Carte d’HGG en ECS – Méthode complète 🗺

L’épreuve d’HGG , avec sa dissertation et sa carte est une des épreuves les plus difficiles aux concours en ECS.  On s’est rendu compte qu’il n’existait pas de méthode très détaillée disponible en ligne, que ce soit pour la Dissert’ ou la carte : on se devait de t’écrire une méthode aux petits oignons ! 🔥

Tu le sais peut-être, j’adore la Géopo , mais j’ai pris beaucoup de temps pour comprendre comment faire une bonne carte d’HGG.
J’ai donc aussi fait le tour des Sherpas pour leur demander leurs astuces.

Tu trouveras ici ce qui concerne la dissertation.

On espère que cela te sera très utile 😉

Antonin des Carnets de Géopo & Les Sherpas.

 

A. Les grandes lignes de l’épreuve de la Carte d’HGG en ECS 🗺

1) Quand faire la carte ?

Pendant ta Dissertation d’HGG Pardi ! … Trêve de plaisanterie 😉

Pour savoir comment articuler précisément création de ta carte et de ta dissertation en HGG, on t’explique tout en détail dans la méthode de la dissertation d’HGG qui reste le coeur de cette épreuve décisive des concours en Prépa HEC ECS.

Retiens simplement pour le moment que tu dois faire ta carte entre la phase de conception de ta dissertation, et sa phase de rédaction : la carte d’HGG joue alors un rôle bienvenu de tampon, qui te permet de prendre du recul sur ton oeuvre en cours de création.

On t’explique ça sans plus attendre !

2) Pourquoi 40 min pour faire le croquis ?

Comptant pour 25% de la note finale, on pourrait penser qu’il faut lui consacrer une heure.  Si cela peut s’avérer difficile pour un Bizuth, je te conseille de tendre au fur et à mesure ur objectif des 40 minutes pour réaliser l’épreuve de cartographie du concours

Pourquoi ? 40min, c’est l’équilibre parfait qui permet à la fois de réaliser une carte et une légende de qualité, tout en te libérant quelques précieuses minutes pour améliorer la qualité de ta dissertation. Et puis, 40 min ce sera toujours mieux que l’écrasante majorité des candidats qui rushent  la carte pendant les 30 à 20 dernières minutes de l’épreuve.

Pour ma part, je  consacrais 25 minutes à la compréhension du sujet et la préparation de la légende puis 15 minutes à la réalisation du croquis en tant que tel.

3) Pourquoi faire ma carte à ce moment de l’épreuve ?

Mon raisonnement est très simple ici.
1. Il vaut mieux terminer en vitesse sa conclusion et réduire le temps de relecture plutôt que bâcler ta carte. Tu risques de paniquer et de rendre un torchon… Bonjour les dégâts.
2. En réalisant ta carte juste avant de passer à la rédaction au propre, tu as encore les idées au clair dans ta tête et tu n’es pas fatigué(e) comme la majorité des autres candidats qui ont bûché sur leur copie pendant 3 heures.
3. Cela te permet enfin de prendre du recul sur le plan de ta dissertation avant d’y revenir.

4) Les attentes des correcteurs

Si nous devions récapituler les attendus du correcteur le jour du concours, nous pourrions dire qu’une excellente carte d’HGG  répond aux 3 critères suivants :
– Ta carte doit être lisible et soignée : le croquis et la légende ne sont pas inutilement surchargés et témoignent d’une grande clarté. Ils doivent dégager un sentiment de netteté. C’est une véritable attente de l’épreuve de cartographie en HGG : on ne va pas faire intégrer quelqu’un qui n’est pas capable de faire du coloriage ! 😂
– Elle doit être précise : le croquis ne comporte aucune erreur ni approximation, la légende est conçue avec des figurés intelligents et adaptés.
– Elle doit être démonstrative : en soulignant les différentes dynamiques spatiales en jeu, grâce à une légende progressive, comme un bon plan de dissertation.

5) Principes clés de l’épreuve

La carte d’HGG repose sur 3 éléments qu’il ne faut en aucun cas oublier : un titre, une légende et un fond de carte.

– Le titre. À ne pas oublier évidemment au risque d’être lourdement sanctionné. Celui-ci doit être aussi clair et concis que les titres des parties de ta dissertation. L’idéal étant de mentionner dans le titre la dimension géographique du sujet.
– La légende. Le plan du croquis suit dans les grandes lignes la philosophie du plan de dissertation. Il doit en revanche absolument tenir sur une seule page pour que le correcteur n’ait pas à tourner systématiquement la page pour lire la légende.
– Le fond de carte. Cette étape est également sensible, car un seul fond de carte est fourni en début d’épreuve : gare à toute maladresse : elle serait irréversible.

6) Conventions cartographiques pour ta carte d’HGG

    • La proportionnalité. Ce principe permet de représenter des dynamiques différentes. La variation en taille et couleurs des figurés permet de souligner l’hétérogénéité des phénomènes.
    • La spécificité. Des phénomènes similaires sont représentés par des figurés similaires, une ville portuaire ne pouvant être représentée par un cercle alors qu’une autre le serait par un carré. Il est de plus déconseillé d’utiliser des figurés originaux (fleurs, coeur et j’en passe) : ne prends pas de risques inutiles et contente-toi des formes géométriques classiques.
    • Les catégories de figurés. Tu devras nécessairement utiliser trois types de figurés pour ton croquis : les figurés de surface, les figurés ponctuels et les figurés linéaires. Nous allons voir plus en détail les spécificités de chaque catégorie et l’ordre dans lequel tu devras les utiliser.
    • Les figurés de surface couvrent le fond de carte et servent à représenter une zone ou espace géographique. Les figurés de surface sont toujours réalisés aux crayons de couleur et indiqués sous forme de rectangle dans la légende. Il est d’usage d’utiliser des couleurs évocatrices pour les figurés de surface. Voici à titre d’exemple certaines des couleurs les plus emblématiques en cartographie : le bleu pour les activités maritimes et les cours d’eau, le vert pour les forêts, le violet pour les activités industrielles. Les couleurs incarnent également des dynamiques, positives pour les couleurs chaudes (jaune, orange, rouge) ou négatives pour les couleurs froides (vert, bleu, violet) .
    • Les figurés ponctuels (= permettent de situer un lieu précis sur le fond de carte) ont 4 principales formes géométriques que tu seras amené à utiliser. Pense à te munir d’un normographe pour faire des figurés ponctuels parfaits.
      • Cercle : villes
      • Losange : usines
      • Carré : aéroports
      • Triangle : ports

       

    • Les figurés linéaires sont quant à eux généralement des lignes ou flèches permettant de représenter des flux et dynamiques. Les figurés linéaires sont donc indispensables pour symboliser des axes de transport, des interfaces, des flux commerciaux, migratoires ou d’IDE. À noter que les figurés linéaires peuvent tout aussi bien être à double ou simple sens ! Il est également d’usage d’utiliser des flèches droites pour représenter des flux économiques, tandis que les courbes symbolisent les mouvements de population (immigration, exil, Brain Drain).
    • ATTENTION : De nombreux candidats veulent en faire trop et surchargent leur carte 🤢
      Cette dernière n’est pas uniquement un exercice de connaissance, c’est aussi un exercice de synthèse. Il est par exemple inutile de vouloir mettre toutes les capitales sud-américaines si le sujet ne s’y prête pas ! Tu dois  parvenir à synthétiser tes connaissances en les représentant visuellement, sans vouloir tout mettre, ni laisser le correcteur faire le tri ! (spoil : Il ne le fera pas…🤬)

 

 

B. Méthode de l’épreuve de la carte d’HGG (40min) 💎

1) Rédaction de la légende de la carte (25min)

La rédaction de la légende est le moment le plus important de cette sous-épreuve. Le correcteur passe en effet beaucoup plus de temps sur la légende, qui fait office de « plan », que sur le croquis en lui-même. Il est impératif que ta légende ne dépasse pas une page et qu’elle puisse être embrassée en un coup d’oeil.

Ta carte doit impérativement avoir un titre !
Attention, le titre est différent du sujet, c’est une phrase interrogative qui doit être claire : c’est l’équivalent de la problématique de ta dissertation. Note le titre sur ta légende et pense à le souligner. L’oubli du titre est très pénalisant, ce serait trop bête de ne pas y penser ! Les intitulés trop courts ou trop compliqués sont à proscrire.

Construis ta Légende
 La contrainte d’avoir une seule page pour la légende limite mécaniquement le nombre de figurés à 30. Après avoir analysé rapidement le sujet, je te conseille de placer le titre, puis de tracer 2 lignes pour diviser ta feuille en 3 parties. Tu peux ensuite diviser horizontalement tes parties en sous parties. Avec des titres intermédiaires (A.B.C…) Il ne te reste plus qu’à charger tes figurés, avec 2 ou 3 figurés par sous-partie, comme tu chargerais un plan de dissertation.

Pour cela, je te conseille de diviser à nouveau« verticalement » ta légende, c’est-à-dire de mettre un figuré, puis l’explication du figuré et enfin un exemple pour illustrer (à noter que l’exemple utilisé devra bien évidemment figurer sur ta carte !).

La légende de ta carte doit être construite à la manière d’un plan de dissertation. Elle doit être équilibrée en 3 parties successives qui s’impliquent, tu peux utiliser la méthode de la phrase à grand-mère.
Exactement comme en dissertation.

P1 ➡️ P2 ➡️ P3

Chaque sujet doit être abordé et analysé avec méthode, sans ressortir une légende apprise par cœur dans un des nombreux livres proposés en librairie : les correcteurs (et tous les autres candidats) connaissent aussi ces contenus.

N’oublie jamais le fait que ta carte est la représentation géographique de tendances et de dynamiques.

    • P1 : Si tu n’as pas d’inspiration à la lecture du sujet, tu ne prendras jamais de risques en consacrant la première partie au constat de la situation étudiée. Cette partie fera principalement appel à des figurés ponctuels et ne demande pas de sous-parties.
    • P2 : Une fois le constat posé, tu peux présenter les causes de cette situation en seconde partie de la légende. Dans ce cas-là, n’oublie pas d’utiliser des figurés linéaires pour matérialiser les flux et dynamiques.
    • P3 : La troisième partie traitera alors de la nature de ces dynamiques, avec un focus sur les conséquences qu’elles peuvent engendrer. Cette dernière partie ne doit englober que les phénomènes les plus importants, et s’appuyer sur des figurés pertinents : il ne faudrait en effet pas que des phénomènes secondaires monopolisent l’attention du correcteur !

Une autre alternative est le plan type « Héritages-Facteurs-Bilan », qui peut aussi bien fonctionner.

2) La réalisation de la carte en elle-même (15-20min)

Pense à anticiper l’ordre dans lequel ta carte va être réalisée.
C’est particulièrement important pour éviter un croquis sale ou pire illisible. Voici l’ordre que je te recommande pour réussir la carte :  (1) figurés de surface puis figurés ponctuels, (2) avant de tracer les figurés linéaires, (3) pour terminer avec la nomenclature. Cet ordre explique pourquoi il ne faut jamais commencer par hachurer une zone : cela rendrait plus difficile l’ajout d’un figuré de surface par la suite.

Attention aux couleurs et aux figurés !
Évite d’utiliser des couleurs trop criardes, privilégie la simplicité et la parcimonie. Trop de couleurs tuent la couleur, trop de figurés noient l’information. En t’entraînant sur des sujets pendant l’année, essaie de créer des jeux de couleurs et de figurés types que tu pourras réutiliser le jour des concours. Cela te permettra de standardiser l’apparence de tes cartes tout en gagnant beaucoup de temps. 

Pense à faire varier les figurés sur ta carte.
Une carte d’HGG sans flux sera nécessairement très mal notée, car elle doit représenter une dynamique. L’idéal est de pouvoir citer à plusieurs reprises ta carte dans le corps de ta dissertation d’HGG pour souligner la cohérence de l’ensemble. Comme expliqué dans la Méthode de la Dissertation d’HGG, ta carte n’est pas une épreuve à part. Elle doit pouvoir alimenter ta dissert’ !

Je répète : ta carte est aussi bien notée sur le fond de ta Légende que sur une impression d’ensemble de netteté et de propreté. 

3) Quelques conseils pour améliorer tes compétences en cartographie 🖍

  • Utilise un compas ou des pièces pour tracer des cercles.
  • À nouveau, un normographe (une sorte de pochoir avec les formes déjà faites) peut être très utile, notamment pour faire de jolies flèches.
  • Prévois au minimum une règle de 20cm pour faire ta carte. Honnêtement un triple-décimètre sera idéal.
  • Bannis  le stylo, le marqueur pour colorier des surfaces. Utilise exclusivement des crayons de couleur pour un rendu qui soit propre : une boite de 12 suffit amplement. N’hésite pas à jouer sur la graisse du crayon en testant des crayons H, B ou HB en magasin. Les marques LYRA ou STABILO retiennent la préférence de nombreux préparationnaires.
  • Pour les intitulés et noms propres du croquis, écris à l’encre, avec des lettres droites, et si possible avec une police qui ressemble à des caractères d’imprimerie.
  • Tu peux faire de jolis effets d’aplat de couleurs en utilisant un mouchoir en papier. C’est ce qu’il y a de mieux pour colorier une surface. Tes doigts laisseront toujours des traces disgracieuses sur le papier, quand ils ne le déchireront pas. À éviter.
  • Enfin, de nombreux site proposent des fonds de cartes pour t’entraîner.

👉🏻 N’oublie pas, la méthode complète pour la dissertation est ici ! 

Tu as tout ce qu’il faut pour faire une carte parfaite en HGG ! 🗺 😉

Antonin.

Tu as aimé cet article sur la carte en HGG ? Tu l’as trouvé utile ? Partage-le à tes amis, donne-nous ton avis en commentaire, ou écris-nous directement à hello@les-sherpas.co : on répond à tous le monde !💖

Antonin Bibal

Moi, c'est Antonin ! Passionné par la Géopolitique depuis la Prépa et étudiant à l'ESCP, j'ai décidé de partager mes connaissances avec tous les étudiants de Prépa HEC au sein de mon blog les Carnets de Géopo. Je participe régulièrement au Blog des Sherpas !

Nos lecteurs ont apprécié cet article
Et toi ? As-tu aimé ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (26 votes, moyenne: 4,77 sur 5)