Dissertation ESH

La Dissertation d’ESH – Méthode Complète

La dissertation d’ESH est une des épreuves les plus difficiles aux concours en ECE. On s’est rendu compte qu’il n’existait pas de méthode très détaillée disponible en ligne : on se devait de t’écrire une méthode aux petits oignons ! 🔥

Tu le sais peut-être, j’adore l’ESH ; et j’ai eu trois 20/20 aux concours dans cette matière. Mais j’ai pris beaucoup de temps pour comprendre comment faire une bonne dissert’. J’ai donc aussi fait le tour de nos Sherpas pour leur demander leurs astuces. Nous avons tout condensé dans cet article de Méthode.

On espère que cela te sera très utile 😉

Etienne & Les Sherpas.

Attendus et principes fondateurs de l’épreuve

L’ambition de la dissertation d’ESH est de prouver à l’aide d’une grille de lecture théorique, historique et pratique ta compréhension et ta maîtrise des grands enjeux économiques actuels.

Au sein d’une dissertation, tu dois parvenir à mener un raisonnement économique complexe, allant bien plus loin que des discussions au café du commerce, en articulant et en faisant dialoguer la pensée de nombreux auteurs, exemples, données et graphiques. Il s’agit donc d’aller au-delà de leurs différentes pensées (qui ne sont pas toujours si simples que cela) pour les faire dialoguer, et proposer des analyses de ton cru sur les grands enjeux d’hier, d’aujourd’hui et de demain… le tout en restant clair.

Le Barème de la dissertation d’ESH

0-12/20 : tu fais de la récitation, ton plan ne tient pas la route, la copie est pauvre en références.

12-14/20 : Ton plan commence à être correct, tu as un nombre correct de références, mais tu peux peaufiner, et être plus fin.

14-20/20 : les points se gagnent sur la finesse de ton plan et sur de nombreux détails dont les références, graphiques, citations…

Great News ! Tu sais faire un plan, tu as a priori au moins 12 !
Soigne absolument ton Intro, la définition des termes du sujet et ton annonce de plan. Ce sera ta première rencontre avec le correcteur, il s’agit de ne pas finir dans le « mauvais » paquet de copies (i.e (ta note) < 10). Plus ta copie sera de qualité, plus elle sera lue en entier, plus la différence se fera donc sur les détails.

Stratégie de Devoir

Voici les petites choses que tu dois savoir pour bien réussir en épreuve.

– Tu as dix minutes pour convaincre et c’est une vraie opportunité.

– C’est une question d’idées et de structure : ton correcteur va lire ton introduction (3 minutes), ta conclusion (1 minute), lire les transitions (1min30), passer en revue les 3-4 premières phrases de ta première, deuxième, troisième partie (1min 30) et parcourir ta copie rapidement pour être sûr de ne rien manquer et voir si quelque chose titille son intérêt (1 à 2 minutes). Plus ta copie est bonne, plus elle sera lue intégralement pour la différencier des copies du même niveau (d’où le fait que le meilleures notes se jouent sur les détails). Gribouillage d’un chiffre sur 20. Au suivant.

– N’axe pas trop ta dissertation sur des problèmes économiques, sans mise en perspective historique au risque d’être sanctionné par les jurys. Il faut vraiment avoir ce mouvement de va-et-vient entre histoire économique et mécanismes. Tu dois être capable d’analyser un problème économique en balayant l’histoire, mais aussi au regard des grands mécanismes et théories qui régissent l‘économie.

– Investis beaucoup de temps à apprendre à construire ta dissertation : c’est sûrement le plus important. Élaborer une bonne introduction et apprendre à construire un plan est essentiel. Apprendre comment dérouler tes idées est tout aussi important. La problématique est en revanche plus secondaire en ESH, nous le verrons bientôt.

– Un plan en trois parties (bien fait) sera toujours supérieur à un plan à deux parties du même niveau. Les trois parties permettent d’introduire plus facilement de la progressivité dans la pensée, tandis que les plans à deux parties sont logiquement plus binaires. Bien sûr, mieux vaut faire un plan à deux parties très solide, qu’un plan à trois parties bancal. Mais à priori, avec l’entraînement approprié, tu ne feras jamais de plan en deux parties.

– Structure toujours tes arguments (les fameux blocs) de la même façon.
Un argument appartient à un ou des auteurs, c’est une idée, qui est ensuite défendue avec une ou des référence(s), puis éventuellement des exemples (citation, statistique, exemple historique), ils s’enrichissent entre eux. Varie les auteurs invoqués, et évite d’utiliser deux fois un même auteur dans une copie.

– Précisions selon les écoles : les sujets ont une dimension plus historique à HEC et Écricome, tandis qu’ils sont souvent plus théoriques à ESCP et ESSEC. Les attentes restent sinon semblables entre les écoles et les banques d’épreuves.

– Imprègne-toi rapidement des rapports du jury pour savoir ce que les correcteurs attendent le jour J. Lire de très bonnes et très mauvaises copies est aussi une excellente idée.

 

 

Le Coeur de la Méthode

On vient de te distribuer le sujet, tu le retournes…c’est parti !

NB : Les temps donnés à partir d’ici sont des maximums indicatifs. Tu dois tendre à minimiser, sans bâcler, la phase de conception, pour avoir le temps de super bien rédiger. Un bon équilibre une fois entraîné c’est 1h15-1h30 de conception, 2h30 de rédaction, si tu parviens à tendre vers les 3h de rédaction, c’est l’idéal.

1. Découvre le sujet puis analyse ses termes (5min).

Dresse un cadre spatiotemporel, analyse les termes un à un, puis ensemble. C’est maintenant que tu dois parfaitement les définir, afin de préparer ce passage essentiel de l’intro.

Prendre le temps de cette analyse est indispensable, cela t’évitera de foncer tête baissée pour faire de la récitation. Même si tu as déjà traité un sujet proche, il est capital de toujours faire une analyse puis un plan sur-mesure. Le risque est trop grand de faire de l’aplat de connaissance qui te ferait alors passer sous la moyenne.

2. Ensuite, pose–toi trois questions (5min).

A. Pourquoi ce sujet ? 🤓
Le sujet ne tombe pas au hasard, que teste-t-il ? Quels chapitres ? Pourquoi cette question sous cette forme ? Quel est le piège ? Que veut-on évaluer ?

B. Quelle est l’actu du sujet ? 🔥
Tous les sujets de concours sont liés à une actualité de l’année qui est aussi un sujet de fond des 10 dernières années. De quoi s’agit-il ?

C. Quelle est la réponse au sujet ? 🔍
C’est là que tu vas formuler la première version de ta phrase à grand-mère.

3. Une fois que tu as bien analysé les termes du sujet, il est temps d’y trouver une réponse ! (10-20min)

Utilise la méthode de la « Phrase à Grand-Mère » pour construire ton plan. Tous les sujets de concours sont des questions économiques finalement assez simples, que ta grand-mère pourrait te poser, mais qui amènent des réponses économiques complexes.

Mais puisque c’est ta grand-mère qui te pose la question, tu dois essayer de formuler une réponse synthétique, qui reste compréhensible pour elle, et cela, sans occulter la complexité du sujet.

La « Phrase à Grand-Mère », c’est une longue phrase, réponse directe au sujet, divisée par des virgules en 3 sous phrases, que ta grand-mère pourrait tout de même comprendre. Chaque sous-phrase est une idée directrice, qui sera elle-même ensuite sous-divisée par de nombreuses autres idées que seront les blocs.

Prenons un sujet en exemple : « Contre le chômage on a tout essayé ? »

Commence donc par te donner la réponse à toi-même : « Non ! On a essayé beaucoup de choses, mais il est évident qu’il y a mieux à faire. Il est difficile de lutter contre le chômage, car le marché du travail est à l’intersection de tous les marchés avec le marché du capital. De fait il faut le considérer individuellement, mais aussi en relation avec toute l’économie. D’où une multiplication des paramètres à prendre en compte qui rend la lutte contre le chômage complexe ».

C’est un réponse que ta mamie devrait pouvoir comprendre ! Maintenant il va s’agir de rendre le tout plus rigoureux et plus complexe, pour prendre en compte tous les versants de ton argumentation.

Voici un premier jet de plan :
«  Si on a pu penser que le chômage était volontaire, il est en réalité aussi involontaire (I), le chômage dépend de comportements rationnels microéconomiquement, qui sont irrationnels macro-économiquement (II), ce qui rend l’instigation de politiques efficaces contre le chômage difficile et complexe, mais pas impossible, surtout avec de la croissance ! (III). »

Tu dois forcément avoir des implications successives entre tes parties :
P1 ➡️ P2 ➡️ P3

NB : Tous les plans où l’on peut interchanger l’ordre des parties sont mauvais. Les plans du style Oui, non, mais / Non, mais, oui / Peut-être que oui, Peut-être que non… etc. sont à proscrire ! Ils ne permettent pas de progressivité de l’argumentation. Eh oui : la phrase à grand-mère peut-être longue. Note l’importance du fait qu’il s’agisse bien d’une longue phrase divisée par des virgules en 3 sous-phrases : mettre un point entre tes parties empêchera toute relation d’implication, et impliquera une coupure dans ton raisonnement.

Poursuis ensuite tes itérations, et affine :
« Si on a pu penser qu’il existait un chômage volontaire (lié à une rigidité des salaires à la baisse), le Chômage est surtout involontaire, lié à la conjoncture et aux anticipations (I), les rigidités de nombreux marchés sont de nature à influer sur le niveau et la durabilité du chômage, elles sont à lier à des comportements qui bien que rationnels rendent la lutte contre le chômage délicate. Le chômage est une conséquence de comportements internes au marché du travail mais aussi de rigidités sur l’ensemble des marchés (II), un constat subsiste, les dernières mesures engagées notamment en France et en Europe n’ont pas été de francs succès. Il semble que la baisse du chômage soit principalement due à un retour de la croissance (III). »

Enfin, munis-toi de 3 feuilles de brouillon (1 par partie) et n’écris qu’au recto de celles-ci après avoir inscrit la partie de ta phrase à GM correspondante en haut de chacune d’elle.

Phrase à grand-mèreEh oui, ta mamie s’intéresse maintenant à l’économie !😂 💸

 

4. Charge tes parties simultanément (25min-1h20) en fonction de ta rapidité 🚀.

Utilise une structure en blocs, c’est comme du Lego !
Les blocs sont le secret pour construire très rapidement tes copies sans réinventer la roue. De là, tu réduis le temps de conception, et tu maximises ton temps de rédaction.

👉🏻 Charge ton plan comme suit, et n’hésite pas à utiliser des abréviations pour gagner du temps 👈🏻

I. Si on a pu penser qu’il existait un chômage volontaire (lié à une rigidité des salaires à la baisse), le Chômage est surtout involontaire, lié à la conjoncture et aux anticipations (I)

A. Il existe un chômage volontaire lié aux rigidités des salaires à la baisse.

1. Le marché grâce à des mécanismes d’ajustements de prix s’autorégule, tout chômage subsistant est soit frictionnel, soit volontaire. (WALRAS)
2. …

B. Mais le U est caractéristique de période de ↘ de l’activité, de récession : il est donc subi.

3. Le chômage involontaire est un mal observable (CHURCHILL).
4. L’explication du chômage involontaire (KEYNES).
5. On peut lutter contre le chômage grâce à des politiques adaptées et assurer en cela le « fine tuning » de l’économie… (ISLM : HICKS & HANSEN, Courbe de PHILIPS, SAMUELSON, LIPSEY)
6. L’efficacité des politiques de lutte contre le chômage est remise en cause. (FRIEDMAN).

 

NB : À tes débuts, vise 5 blocs par partie.
En progressant, tu devrais réussir à atteindre les 7 (niveau concours) puis les 9 (très bon candidat). Comme tes parties, tes blocs doivent s’enchaîner : I.7 —> II.1 etc… Tu peux donc avoir jusqu’à 27 blocs, (i.e idées), dans ta copie pour asseoir ta démonstration. Enchaîner les idées est l’assurance de démontrer et non de raconter.


Le cours de ton prof est obscur, insuffisant, ou pire : incomplet ? Tu as besoin de ressources complémentaires en ESH ? Nous avons aussi écrit des cours sous forme de dissertations : c’est l’idéal pour appliquer cette méthode 🙂

Tu retrouveras la dissertation complète sur « Le Chômage on a tout essayé » et de nombreux autres conseils en ESH sur www.dissertations-esh.fr


5. L’Intro (20-30min) 💃🏼

Tout correcteur te le dira : après la lecture d’une introduction, on sait à plus ou moins 2 points quelle note la copie va avoir. Soigne ta première rencontre avec le correcteur, elle est décisive !

a. Tu peux commencer par une citation.
Le but de cette citation est de montrer implicitement au correcteur que tu as compris les grands enjeux du sujet. N’hésite pas à te constituer un stock de citations à cet effet. L’usage est simple dans la copie. Tu commences par ta « Citation », puis tu fais une petite phrase de commentaire. Pas de fioritures, le but est de montrer que tu smart, sans (trop) se la raconter.

Par exemple pour le sujet ESCP 2014 « Existe-il une fiscalité optimale ? », j’avais commencé mon 20/20 par une citation :

« En France, on plante des fonctionnaires et il pousse des impôts » disait Georges CLEMENCEAU. Cette remarque incite logiquement à s’interroger…blabla.(4-5 lignes max).
(Alinéa) On entend par fiscalité …(début de la phase de définition).

Si tu ne te sens pas très à l’aise avec l’exercice de la citation, ne te l’impose pas, et commence avec des définitions ultra-rigoureuse. Cela reste l’essentiel. Tu pourras enrichir tes copies avec des citations plus tard dans l’année.

b. Définis parfaitement les termes du sujet SANS JUXTAPOSER les définitions, puis commence à problématiser pour faire émerger les problèmes.

C’est un moment déterminant : si tu oublies de définir certains termes, ou que tes définitions sont imparfaites, tu vas directement être mis dans le mauvais paquet de copie (i.e note < 10).

Une mauvaise phase de définition juxtaposera les définitions, sans les lier, au moins implicitement.
Une bonne phase de définition les enchaînera, et tout sera parfaitement fluide.

Voici ce que cela donne sur un sujet comme « Faut-il combattre la déflation ? ».

« On entend par déflation un phénomène de baisse cumulative et durable du niveau général des prix. La déflation engendre souvent la récession, qui est une baisse du niveau de croissance, qui elle-même provoque du chômage, engendrant l’apparition d’un cercle vicieux…etc » est un exemple où les définitions sont enchaînées, et où on comprend pourquoi elles le sont. On glisse progressivement de la définition principale à des définitions plus secondaires, qui vont nous permettre d’affiner le raisonnement pour tendre progressivement vers la problématique.

c. En ESH, à l’usage, la « problématique parfaite » est un mythe.
Ce qui compte, c’est ton annonce de plan (et donc ton plan). Cela même si « trouver la bonne problématique » est la marotte d’un bon nombre d’enseignants. Le Jour J, tu seras noté(e) sur ta capacité à réfléchir, à démontrer et à construire une démonstration, pas sur ta capacité à réciter. À partir de là, la problématique peut sans aucun problème reprendre l’intitulé du sujet, éventuellement en l’adaptant un peu (pour éviter une impression de foutage de gueule que peuvent avoir les correcteurs les plus âgés), tout en sachant que c’est le plan et surtout son annonce qui sont déterminants.

d. Annonce ton plan.
Pour cela, recopie ta phrase à Grand-Mère telle quelle, en indiquant bien (I), (II), (III). Avec des virgules. Pas de formulation scolaire, par pitié, on n’est plus au lycée !

En termes de timing : tu vas faire 3 passages sur cette intro : Premier jet (10min), Corrections (5-10min), Recopie et derniers ajustements (5min). C’est ta première rencontre avec ton correcteur, c’est un peu un date, tu dois le séduire à la première lecture !

6. Rédaction (Mini 2h, maximum tout le temps restant après la conception) ✒️

Introduction (2 pages).
P1 : Micro-intro (4-6 lignes)
Corps de la P1
Transition 1 —> 2 (5-8lignes) —>
Corps de la P2
Transition 2 —> 3 (5-8lignes)
Corps de la P3 (Peut être un peu plus longue que la P1 et la P2).
P3 : Micro-Conclu (4-6 lignes)
Conclusion (8 à 12 lignes).

N’oublie pas l’enjeu clé de ta copie : ton fil directeur ! 💎
Ta dissertation d’ESH va être lue en diagonale, tu dois donc tout faire pour faciliter la vie de ton correcteur. Un bon fil directeur, cela passe par une bonne intro, une bonne conclu, des auteurs et éléments clefs mis en avant de manière stratégique, et de bonnes transitions.

D’où l’importance de transitions solides (8-12 lignes environ) :
Il s’agit de faire un paragraphe de transition entre chaque partie. Qui regroupe une micro-conclusion (conclu-partielle) des avancées de la partie précédente, et une micro-introduction (intro-partielle) de ce qu’il va se passer dans la partie suivante. Il est plus intéressant d’unifier le tout dans un paragraphe unique, tu peux alors rajouter du liant pour rendre ta pensée plus fluide.


Privilégie la densité à la quantité dans tes copies.
La limite des 8 pages n’en est pas vraiment une, dès que tu ne fais pas de la récitation, et que ton plan tient la route. Le niveau de l’épreuve est élevé : les meilleures copies font souvent dans les 16 pages, les candidats exceptionnels rendant souvent plus de 24 pages. Et crois-nous, c’est très dense dans tous les cas !

Il est probable que tu viennes de t’étrangler en lisant cette dernière ligne ! 😂
Comment est-il possible d’autant écrire ? …tout simplement en étant très rapide pendant la phase de conception, car très bien entraîné(e) : les meilleurs candidats utilisent des blocs, ils les connaissent très bien, jonglent avec, et commencent à écrire au bout de 40min.

Attention : Le but n’est pas de bâcler ta conception, mais de t’indiquer un objectif vers lequel tu dois tendre ! Un plan merdique entraînera toujours une note rédhibitoire, même si la copie est longue, prends le temps dont tu as besoin pour faire ton plan. Le volume vient à l’entraînement, avec le temps. En bizuth il est normal d’avoir du mal à dépasser les 2 copies doubles (d’autant que les sujets donnés ne permettent pas de faire plus), au fur et mesure on te proposera des sujets de plus en plus larges comme aux concours, tu augmenteras ton nombre de copies doubles, pour tendre vers les 4 à 5. On arrive ensuite à plus de 20 pages le jour J car les copies de concours comptent moins de lignes que des copies classiques.


 

 

7. Conclusion 💖

Une Règle d’or : rédige tout le temps ta conclusion 10 min avant la fin (et jamais au brouillon).
La rédiger avant c’est prendre le risque que la destination de ta copie change ou s’ajuste en cours de route. Tu devras jeter à la poubelle ta première conclusion (10min de perdue), et en refaire une (10min again).

1. Rédige au fil de la plume. Commence par  «  Ainsi , … »

2. Puis va relire ta problématique, et réponds à cette question avec les points clés de l’argumentation que tu as mis en œuvre. Sans paraphraser ton plan !

3. Tu peux enfin ouvrir. Ce n’est pas indispensable, mais c’est toujours mieux.

You’re set ! 🎉

Tu as aimé cet article ? Partage-le à tes amis, donne-nous ton avis en commentaire, ou écris-nous directement à hello@les-sherpas.co : nous répondons à tous le monde ! 💖

Etienne Porche

Ancien de Franklin & Commercia, élève à l'ESCP et cofondateur des Sherpas. Passé de minor à Major pendant ma prépa, trois 20/20 en ESH, je suis passionné par l'éducation et fan de méthodo. Je me bats tous les jours pour construire une éducation moderne et humaine pour tous !

Nos lecteurs ont apprécié cet article
Et toi ? As-tu aimé ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (35 votes, moyenne: 4,86 sur 5)