Paroles de Sherpas - Antonin Bibal

Nouvel épisode de notre série "Paroles de Sherpas" ! Après Karen et Mathieu, nous interrogeons cette semaine Antonin, qui après de brillantes études à l'ESCP a récemment lancé le blog Carnets de Geopo, il nous en parle tout de suite !

Photo Antonin BIBAL Paroles de Sherpas



Hello Antonin, peux-tu te présenter brièvement pour nos lecteurs ?

Bonjour les Sherpas, oui avec grand plaisir !

Je suis un jeune de 23 ans, originaire de Montpellier et diplômé depuis peu de l’ESCP Europe. Passionné de street art et de photographie, je suis toujours à la recherche d’un nouveau voyage : que ce soit en van en Nouvelle-Zélande, en train en Scandinavie ou en voiture au Canada, je suis toujours partant pour une nouvelle aventure !

Je ne peux me présenter sans parler du NOISE, qui est l’un de mes principaux moteurs dans la vie depuis quelques années : le NOISE est une association étudiante qui promeut l’entrepreneuriat social, et j’ai la chance d’y vivre une formidable expérience humaine depuis plus de 3 ans !

Quelles études voulais-tu faire quand tu étais au lycée ?

C’est une très bonne question, et pour tout vous dire j’étais loin d’imaginer que j’allais finalement finir dans une école de commerce !

Passionné de géopolitique, je voulais jusqu’en première devenir cartographe et ne jurait que par l’ING. J’ai ensuite voulu étudier à Sciences Po Paris, ce qui m’a poussé à préparer le concours en Terminale.

Finalement, le logiciel APB en a décidé autrement : ce sera une classe prépa ECS, à Henri IV !

Plutôt sympas donc ! Quel a été ton parcours ?

J’ai vécu et étudié à Montpellier jusqu’au bac, avant de découvrir Paris lors de mes 2 années de prépa au lycée Henri IV. Admis à la fois à l’ENS Cachan et l’ESCP Europe, j’ai finalement fait le choix de rejoindre l’ESCP, ne voulant pas à 19 ans me lancer dans une carrière académique, d’enseignement ou de recherche.

Une fois à l’ESCP Europe, j’ai fait mon premier stage dans un formidable fonds d’investissement, Investir&+, avant d’effectuer mes 2 années de Master en apprentissage à la Caisse des Dépôts !

Maintenant diplômé, j’ai rejoint Five by Five, un collectif d’entrepreneurs accompagnant des grands groupes dans leur stratégie de transformation, pour me spécialiser dans l’univers Fintech & Insurtech.

Entre temps, j’ai eu la chance de vivre 7 mois en Australie (University of Adelaide), pays dont je suis littéralement tombé amoureux ! Ne me parlez pas de ces mois là-bas, car je pourrais en parler pendant des heures !

Comment as-tu vécu tes années préparationnaires ?

Je garde un très bon souvenir de mes années de prépa, même s’il ne faut pas se mentir, cela n’a pas été de tout repos !

J’ai particulièrement aimé le fait de vivre à l’Institut Bossuet où j’ai noué de très belles amitiés. L’Institut m’a offert un bel équilibre de vie, en vivant dans un internat avec d’autres élèves de prépa, sans être en permanence dans les bâtiments de Henri IV.

Ces années ont été dures, mais elles m’ont permis de mieux me connaître et d’aborder mon avenir professionnel (et personnel) avec sérénité.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés durant celles-ci ?

J’identifie deux moments charnières lorsque l’on est préparationnaire : les premiers mois puis la dernière ligne droite avant le concours.

L’arrivée en prépa a été un choc pour moi, en tant que jeune lycéen de « province » : on se rend très vite compte que les attentes, à la fois académiques et intellectuelles, sont énormes et que certains lycées préparent dès la Terminale leurs élèves au programme de prépa.

La deuxième grosse difficulté est arrivée à quelques semaines du concours, lors d’un DS de mathématiques. J’avais un profil plutôt littéraire : major en géopolitique, j’avais beaucoup plus de difficultés en mathématiques. Le doute s’installe lors de la ligne droite, car une mauvaise surprise est plus probable lors des épreuves littéraires qu’en mathématiques !

Que conseillerais-tu aux personnes ayant l’ambition de faire une grande école ?

Croyez en vous ! Les grandes écoles ne sont pas réservées aux prépas prestigieuses, loin de là. Travaillez autant que possible, soyez confiants et déterminés : le travail paie toujours.

Si vous êtes pris par le doute, pensez à cette citation d’Oscar Wilde que j’aime beaucoup : "Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles”

Tu as lancé récemment Carnets de Geopo, peux tu nous en parler? Pourquoi ce blog?

Carnets de Géopo est un blog que j’ai lancé il y a quelques semaines pour partager avec le plus grand nombre d'élèves mes astuces et ma méthode pour avoir une excellente note aux épreuves de géopo. Pour l’instant, je partage cette expérience en écrivant régulièrement des articles, mais je ne m’interdis pas de varier les formats à l’avenir !

Il peut paraître absurde de se lancer dans la rédaction d’un blog de géopo une fois diplômé, et non pas en arrivant en école ! Cela fait longtemps que je voulais de m’impliquer dans un projet de méthodologie de géopolitique, mais le temps m’avait manqué pendant mes années de Master.

J’avais l’occasion de le faire en 1ère année de l’ESCP lorsque j’étais kholleur à l’Institut Bossuet : lancer un blog est pour moi la meilleure façon de partager une méthodologie qui marche avec les étudiants, alors pourquoi se limiter à mes élèves de kholle ?

Je réfléchis actuellement à divers projets pour enrichir les Carnets de géopo et j’ai notamment plusieurs idées concernant la méthodologie du croquis : restez à l’affût ces prochains mois car le blog pourrait bien accueillir une méthodologie complète pour l’épreuve de géopo 😉

Que penses-tu du service proposé par les Sherpas ? Est-ce quelque chose qui aurait pu t’intéresser à l’époque ?

Dès le lancement des Sherpas, j’ai su que son programme d’accompagnement allait changer en profondeur la manière dont nous concevons le soutien scolaire.

Pour moi le soutien scolaire de notre enfance est dépassé, et les Sherpas nous proposent une formule innovante centrée sur le besoin de l’élève : du contenu, mais surtout de la méthodologie et du coaching sur le long terme !

Je regrette presque de ne pas avoir 3-4 ans de moins, car j’aurais vraiment voulu pouvoir m’appuyer sur un mentor pendant mes années de prépa. Le Sherpa est plus qu’un professeur pour l’étudiant : il est selon moi un entraîneur, un coach pour l’élève pendant ce long marathon de 2 voire 3 ans !

Enfin, je peux témoigner du sérieux et de la qualité du service proposé par les Sherpas. Connaissant personnellement ses fondateurs, je sais que leur objectif est d’offrir au plus grand nombre d’élèves, d’où qu’ils viennent, ld programme d’accompagnement qui leur permettra de donner le meilleur d’eux-mêmes

Un dernier mot de la fin ? 😃

Je pense qu’un tel programme d’accompagnement ne peut être que bénéfique sur le long terme, et ce même pour un bon élève. La réussite ne dépend pas seulement de ses connaissances, mais aussi de sa confiance en soi.

Aborder les concours avec sérénité est déjà une victoire, et le premier pas vers une grande école : donnez-vous la chance de réussir avec les Sherpas, et je vous dis peut être à bientôt sur les Carnets de Géopo ou en tant que mentor Sherpa 😉

William Mievre's Picture

Hey ! Je suis William, ancien prépa ECE, aujourd'hui élève à l'ESCP et co-fondateur des Sherpas. J'aime écrire sur des sujets te permettant d'améliorer ta vie quotidienne en prépa ;) Au plaisir !