Les-Sherpas0017

Pourquoi faire une Prépa HEC ?

« Que veux-tu faire plus tard ? » te demande encore une fois ta mère, espérant une réponse plus précise que l’habituel « jsais pas ». Rassure-toi, tu n’es et ne seras pas le premier à ne pas savoir quel(s) métier(s) tu feras pendant 40 ans de ta vie !

Une fois arrivé en première, les choses s’accélèrent et tu dois alors au moins choisir des pistes qui te plaisent. Le large éventail de possibilités a de quoi te donner le vertige et tu te poses peut être la question d’intégrer une fameuse classe prépa HEC.

Si tu es lycéen, tu dois sûrement l’associer à une mise en parenthèse de ta vie sociale, à une pression insurmontable, à un cursus ultra sélectif bien au-delà de tes capacités.

Mais rassure-toi, si les quantités de travail sont énormes, il est tout aussi possible de trouver du temps libre en s’organisant intelligemment. Quant aux professeurs, bien que forcément exigeants, ils sont en large majorité compréhensifs, à l’écoute, et soucieux du bien-être de leurs élèves. Tu doutes toujours ? Va voir notre questions-réponses sur la prépa, un must pour démystifier tout ça !

Enfin, brisons une idée reçue : toutes les prépas ne sont pas ultra-sélectives. Selon la Conférence des grandes écoles : 30 % des admis en classes prépa ont eu leur Bac avec une mention « assez bien », ou aucune. Aux concours, chacun a sa chance. C’est ensuite aux candidats de la transformer. À bon entendeur !

Les mauvaises raisons de faire une classe préparatoire économique et commerciale 🚫

Ne t’engage pas dans cette voie par défaut !

Beaucoup d’étudiants choisissent de faire prépa parce qu’ils sont simplement bons élèves au lycée. Pourtant, la classe prépa n’est pas une fin, mais bien un moyen. La prépa et l’école que tu intégreras sont de simples étapes dans la construction d’une bien plus grande aventure : ta vie. C’est donc une très bonne idée de prendre quelques instants pour te poser quelques questions et gagner en cohérence avec toi-même.

En effet, force est de constater que la majorité écrasante des préparationnaires étaient bons au lycée, ils ont donc choisi la « voie royale ». Ils ont fait Prépa. Puis ils ont choisi l’école la plus haute dans le classement SIGEM, avant d’à nouveau décrocher les meilleurs stages… Mais arrivés à la fin de leurs études, ils se sont aperçus qu’à part avoir toujours été les « meilleurs », ils n’avaient jamais rien choisi par eux-mêmes, pour eux-mêmes.

Leurs choix ont été tracés par ce que la société considère comme étant la « voie royale », mais cette « voie royale » n’est peut-être (certainement ?) pas ce qui correspond véritablement et intimement à chacune de ces personnes. D’où les nombreuses réorientations et reconversions après quelques années d’audit, de banque d’investissement ou de conseil en stratégie, sans parler des « burnouts » et dépressions causés par des prises de têtes inutiles au 37e étage d’une tour de la Défense.

 
Les-Sherpas0016

Alors, ça te fait pas rêver la Défense ?

Dure vérité, mais tu n’as qu’une vie l’ami(e). Si la finance, l’audit, le conseil… ou ce que tu veux, t’enthousiasment, formidable ! Mais je ne pourrais me réjouir pour toi que s’il s’agit d’un choix véritable et conscient de ta part !

Interroger ses choix, encore et toujours

Il te faut donc creuser encore plus en profondeur et être en phase avec tes objectifs aussi bien personnels (ce que tu veux retirer de cette expérience) que professionnels (l’école que tu vises, mais aussi la carrière, que tu envisages suite à la prépa).

C’est la conscience que la prépa est une étape, un moyen et pas une fin, qui te permettra de rebondir quand tu seras au fond du trou. Évidemment, la démarche ne consiste pas non plus à dresser un plan à 10 ans sur ton futur parfait. Il est normal de ne pas avoir d’idée extrêmement précise sur ton avenir, et de réfléchir, d’autant que la prépa comme les écoles sont là pour t’y aider.

Mais sans cette réflexion préalable, tu risques de manquer de la détermination nécessaire pour réussir ces études très exigeantes. Pour avoir un peu d’inspiration de l’infini des possibles, ces Youtubeurs sont très cool (et ils n’ont pas fait prépa, haha).

 

Quelques bonnes raisons de faire 2-3 années de prépa 👌

Une formation exigeante pour le corps et le mental

Comme tu le redoutes, la classe prépa est épuisante pour les nerfs tant le rythme de travail est effréné et le stress omniprésent. Si on rajoute à cela que la majorité des préparationnaires étaient habitués à avoir de bonnes notes au lycée (sans trop travailler…), autant te dire que ton mental se doit d’être aussi affuté que ta capacité de travail.

 

 

Les semaines des élèves de prépa sont en effet constituées de plus de 30-35 heures de cours, à cela s’ajoute 2h de khôlles, un devoir surveillé de 4h (bien souvent le samedi matin…), sans compter le travail personnel qui flirte facilement avec les 40 à 50h supplémentaires par semaine. Jette un coup d’oeil au planning de travail d’un préparationnaire ici ! Une vraie partie de plaisir, non ? 😉

“A smooth sea never made a skilled sailor.”
― Franklin D. Roosevelt

Des matières passionnantes pour comprendre le monde qui t’entoure et te construire une solide culture générale

Durant ces deux (ou trois) années de classe préparatoire, tu auras la chance de recevoir une formation qui permet d’acquérir des connaissances solides dans des matières diverses et variées. Celles-ci ne sont autres que le prolongement des matières de ta filière au lycée, mais tu pousses leur étude afin de les maîtriser parfaitement.

Les ECE (prépa économique et commerciale, option économique, pour les élèves de terminale ES) et ECS (prépa économique et commerciale, option scientifique, pour les élèves de terminale S) se voient dispensés de cours de philosophie et de lettres (qui se rejoignent sous l’appellation culture générale), de LV1 et LV2, de mathématiques, ainsi qu’un enseignement de spécialité (ESH pour les ECE, Géopolitique pour les ECS).

 
Les-Sherpas0012

Prêt à devenir un petit génie de la géopolitique ? 😉

S’il est vrai que les mathématiques et l’ESH ou la géopolitique concentrent l’essentiel des coefficients aux concours, les autres matières y occupent également une place déterminante. Mais surtout, leur articulation te permettra de construire une compréhension fine du monde qui t’entoure. Certains reprocheront à la classe préparatoire aux grandes écoles de formater des étudiants en leur enseignant un savoir commun… mais n’est-il pas du ressort de chaque étudiant (citoyen) de se construire son propre esprit critique en fonction des connaissances qu’il a accumulées. Pour ma part, je considère que la prépa est justement le lieu où j’ai pu élargir mes connaissances en m’intéressant à des domaines qui m’étaient jusque là alors inconnus (l’art, les lettres et la sociologie). Et j’ai tellement appris sur l’art d’avoir une alimentation et un sommeil sains que ça valait le coup !

Bref, si tu aimes les matières de ta filière au Lycée, tu apprécieras la prépa HEC, car tu auras l’occasion d’approfondir tes connaissances. Et peut-être te découvriras-tu une passion pour une matière. Je me suis par exemple découvert une affinité certaine pour l’ESH, qui est le prolongement des SES du lycée.

Si on y oppose les universités, celles-ci te rendront plus vite spécialistes d’un domaine particulier. Par exemple, si les programmes d’économie et de mathématiques d’éco-gestion sont proches de ceux de la prépa ECE, les attentes en langues vivantes sont bien moins importantes et il n’y a pas de cours de culture générale.

Tu vas développer une capacité de travail hors norme 🏋️

Au-delà du plan simplement académique, la classe prépa apprend une méthode de travail et de réflexion qui pourra être utilisée tout au long de ta vie. L’expression écrite et orale est vraiment décuplée grâce aux différents devoirs surveillés, heures de khôlle, et autres exercices faits en classe. Cerise sur le gâteau, au fil de la prépa, tu te doteras d’une capacité de travail et de concentration impressionnante, ce qui restera une force pour longtemps. C’est une forme de super-pouvoir plutôt utile au quotidien ! Par exemple, aujourd’hui, en tant qu’entrepreneur, je m’estime heureux d’avoir fait prépa car je sais comment m’organiser pour être productif (alors même que j’étais un véritable fainéant au lycée…).

Envie d’avoir un aperçu de ce qui t’attend ? Télécharge notre guide 👇

 

 

Mais je préfère te le rappeler, outre le fait de devenir « une machine de travail », tu auras besoin de trouver de l’intérêt dans ce que tu fais ; c’est la base de tout épanouissement. Tu dois donc vraiment prendre plaisir à travailler ! Si tu te sens contraint à étudier des matières que tu détestes, en ayant l’impression de perdre ton temps, ce n’est pas la peine de vouloir faire prépa. Je ne te dis pas que tu trouveras tout passionnant, ce serait bien difficile, mais si tu fais preuve de curiosité, toutes les matières ont des choses à t’apprendre. Cela te rendra le quotidien beaucoup plus facile à vivre !

En outre et même si je n’en étais pas particulièrement fan, l’encadrement strict de la classe prépa (internat, système de notation strict, classe réduite, peu de soirées…) place ses étudiants dans des conditions de travail exigeantes. Cela peut t’aider si tu manques encore un peu d’autonomie. Il peut être ardu pour un(e) jeune de 18 ans de se mettre au travail sans pression extérieure. La liberté qu’offre la fac peut alors devenir un cadeau empoisonné pour un étudiant qui ne sait pas la gérer.

De belles rencontres en perspective

Certes, la classe prépa (que ce soit la voie économique ou les prépas scientifiques et littéraires) est un milieu difficile avec beaucoup d’obligations, et peu de loisirs. Certes, tes potes (à l’université) disent peut-être qu’il s’agit d’une forme de sacrifice de ta jeunesse.

Mais pour ma part, j’ai trouvé que l’entraide et les fous rires étaient nombreux au sein de ma classe. J’y ai développé des amitiés profondes avec des gens que j’ai continué à côtoyer même une fois rentré à l’ESCP.

 

La prépa HEC est une autoroute pour te constuire un avenir professionnel plein d’opportunités 🛣️

Elle peut faciliter ton entrée dans le marché du travail

Parlons chiffres : avec un climat économique plutôt morose en France associé à un taux de chômage juste en-dessous de la barre des 10%, il est normal de se sentir un peu tendu face aux choix déterminant son avenir professionnel.

Alors, disons le haut et fort : l’avantage majeur de la classe prépa HEC, c’est de garder ouvert de nombreuses portes à des étudiants qui pourront encore mûrir leur parcours une fois arrivés en écoles de commerce. Une fois intégrés en écoles, ces étudiants pourront bénéficier de puissants réseaux d’alumni afin de décrocher des stages dans les plus belles entreprises. Et tout cela sans compter les échanges au sein des campus affiliés à l’école ou au sein des universités les plus renommées au monde (Ivy League…). Le monde et des carrières possiblement à l’international s’ouvrent à toi en école : Singapour, Sydney, Etats-Unis, Brésil, Chine… on compte plus de 100 destinations possibles dans beaucoup d’écoles. Et qui sait, peut-etre finiras-tu même Digital Nomad, profitant du champ pluridisciplinaire des compétences acquises pour voyager à travers le monde. Ou tu pourrais être tenté(e) par le métier de prof en ZEP comme Clémence, étudiante à l’ESCP. Tout est possible !

 
Les-Sherpas0013

Une superbe carrière en perspective !

Enfin, selon la conférence des Grandes écoles le taux d’intégration dans le monde du travail pour un élève sortant d’école d’ingénieur est de 78%. Il s’élève à 67% pour les élèves issus d’école de commerce. En comparaison, le taux d’intégration d’une licence n’est seulement que de 30%… Et d’ailleurs, les taux frisent les 100% pour les meilleurs établissements (HEC, ESSEC, ESCP, EM LYON, EDHEC) avec des salaires s’étalant entre 40K€ et 60K€.

Bref, tu l’as compris, la classe prépa, c’est LA « voie royale » d’accession aux écoles de commerce puisqu’en 2017, 40% des diplômés des 222 écoles appartenant à la conférence des grandes écoles sont issus de classes préparatoires. Et les classes prépas sont encore plus représentées dans les écoles du Top 5.

Il est facile de rebondir à la suite de la prépa

Qui plus est, le préparationnaire est sûr d’obtenir une école à la fin du cursus de CPGE, car il y a plus de places que de candidats aux concours, même si certains préfèrent bifurquer vers une licence.

La prépa n’est pas non plus une impasse en cas d’échec : rien n’empêche un étudiant de partir au bout d’un semestre ou même au bout des deux ans grâce aux ECTS (European Credits Transfer System) qui permettent d’éviter un redoublement en licence, d’autant que les prépas ont souvent des accords avec des universités pour permettre à leurs étudiants de rebondir. L’inverse (passer de la fac à prépa) est autrement plus difficile et peut faire « perdre » une année ou plus puisqu’il faut repasser par la plateforme ParcoursSup (sauf pour rejoindre une prépa privée) et repartir de zéro.

 

Mais évidemment, il n’y a pas que la prépa pour intégrer les écoles de commerce 💫

Il ne faut tout de même pas négliger que les autres voies permettant d’atteindre les grandes écoles ont depuis peu le vent en poupe. Pour preuve, d’après Le Monde, en 2017, 30% des diplômés des 222 écoles appartenant à la conférence des grandes écoles y ont accédées par les admissions parallèles. Le chiffre est le même pour l’accès post-bac. Certaines écoles comme Skema acceptent ainsi le même nombre de préparationnaires et d’étudiants venant d’admission parallèle.

Bien qu’il soit possible d’intégrer de grandes écoles par une autre voie que celle de la prépa, il faut toutefois souligner que d’une part, toutes les écoles ne sont pas forcément accessibles, et que d’autre part, les places sont de facto réservées aux meilleurs élèves d’universités.
De plus, bien que les écoles moins cotées acceptent un nombre conséquent d’étudiants de formation universitaires, ce n’est pas le cas des écoles du top 5 qui restent difficile à atteindre. Ainsi, la part d’étudiants passés par les admissions parallèles diffère selon les écoles (73 % des entrants à l’ESC Pau, seulement 38,5 % à Grenoble EM, cette statistique diminuant encore pour les écoles tutoyant le haut des classements comme HEC ou l’ESSEC).

 
En définitve… Si tu as le mental et surtout l’envie, la prépa est faite pour toi : tout y est possible, avec de l‘ambition, de la méthode et (beaucoup) de travail ! Cette formation vaut largement les sacrifices qu’elle demande, mais n’oublie pas : la meilleure formation sera celle qui te conviendra le mieux. Alors, fais-toi un peu confiance, tout dépend de toi !

« Don’t be afraid to fail. Be afraid not to try. »
-Michael Jordan

William Mievre

Étudiant à l'ESCP et co-fondateur des Sherpas, j'ai donné des centaines d'heures de cours particuliers à des étudiants en prépa et au lycée. Après avoir transmis mes connaissances pendant plusieurs années, je partage désormais sur le Blog des Sherpas mes conseils afin d'aider les étudiants à réussir et s'épanouir dans leurs études. Cheers ! ✌️

Nos lecteurs ont apprécié cet article
Et toi ? As-tu aimé ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (20 votes, moyenne: 4,90 sur 5)