Trump le grand bilan #1: Sa politique internationale đŸ’Ș

Trump le bilan

L’annonce est enfin tombĂ©e, Biden succĂšde Ă  Trump Ă  la prĂ©sidence des Etats-Unis ! Je ne vais Ă©mettre aucun jugement quant Ă  la sortie des rĂ©publicains, les mĂ©dias s’en chargeront mieux que moi. Cependant, qui dit nouveau prĂ©sident dit aussi possibilitĂ© de boucler totalement le bilan de l’ancien. Que tu suives des Ă©tudes de gĂ©opolitique ou que tu veuilles simplement te documenter, tu trouveras ici ton bonheur ! 😉

Le dossier Trump est un sujet brĂ»lant, rempli de dĂ©cisions arbitraires et controversĂ©es, gonflĂ© d’idĂ©ologie yankee et de dĂ©monstrations de puissance tout azimut. Il est donc trĂšs facile de s’y perdre ou pire, de dire une grosse bĂȘtise qui pourra te coĂ»ter cher dans une copie ! Éviter de devenir soi-mĂȘme une fake news, si dĂ©testĂ©e par l’ancien prĂ©sident amĂ©ricain, c’est ce que je vais te proposer ici !

CompĂ©tition avec la Chine, refoulement des palestiniens, la question de l’Iran, les accords de Paris, l’Otan
 en tant que prĂ©sident de la plus grande puissance mondiale (talonnĂ©e par la Chine), Trump a impactĂ© de nombreuses rĂ©gions dans le monde et a pu avoir son mot Ă  dire sur de nombreux sujets Ă©pineux. Je te propose de revoir tout ça de maniĂšre thĂ©matique pour ĂȘtre parfaitement au point. 😄

Cet article est le premier d’une petite sĂ©rie qui va sortir prochainement sur Les Sherpas !
On va s’attaquer aujourd’hui Ă  un gros morceau: toute la politique internationale de Trump!

RĂ©gion par rĂ©gion, comment l’ancien prĂ©sident amĂ©ricain a-t-il contribuĂ© Ă  l’unification ou Ă  la fragmentation du monde dans lequel nous vivons ?

Prends une grande inspiration, prĂ©pare ton meilleur chocolat chaud, car aujourd’hui on va dĂ©cortiquer la politique Ă©trangĂšre amĂ©ricaine ces 4 derniĂšres annĂ©es! đŸ’Ș

Le grand rival : Le continent asiatique🐉

Commençons tout d’abord par jeter un Ɠil aux changements stratĂ©giques amĂ©ricains vis-Ă -vis du voisin asiatique et, plus particuliĂšrement, de la Chine qui monte en puissance !

Tout d’abord il me semble important de noter la stratĂ©gie du Pivot Asiatique opĂ©rĂ©e par les amĂ©ricains depuis Obama. Pour simplifier, il s’agit d’un dĂ©placement majeur de la stratĂ©gie Ă©conomique et militaire amĂ©ricaine du cĂŽtĂ© du Pacifique.

Ce revirement majeur a deux objectifs principaux :

  • Profiter de l’essor que connaĂźt la rĂ©gion asiatique notamment les « Dragons» (TaĂŻwan, Hong-Kong, Singapour
) et la Chine.
  • Pouvoir assurer une prĂ©sence visant l’inhibition du rival un peu trop gĂȘnant et dont l’idĂ©ologie tranche avec les volontĂ©s amĂ©ricaines (je parle bien Ă©videmment de la Chine).

Ce Pivot Asiatique modifie les stratégies des différentes puissances de la région, les routes maritimes, la mise en valeur des territoires etc etc

Il est important de préciser que ce principe ne date pas de Trump : Obama a été le premier à réellement agir pour un déplacement des activités américaines vers le continent voisin.

Comment l’administration Trump a-t-elle gĂ©rĂ© ce Pivot Asiatique ? 🧐

 

La Chine, ennemi par excellence : La stratégie Pompeo

Trump rencontre Xi jinping

Donald Trump et Xi Jinping, entre entente et compétition

Tu n’es probablement pas sans savoir que la Chine est devenue un redoutable rival pour les Etats-Unis depuis la prise de fonction de  Xi Jinping Ă  la tĂȘte du PCC, le parti communiste chinois. C’est pourquoi il est devenu impĂ©ratif dĂ©sormais pour les amĂ©ricains d’agir efficacement pour ne pas ĂȘtre dĂ©passĂ©, que ce soit Ă©conomiquement, scientifiquement ou militairement. Trump possĂšde une rhĂ©torique simplifiĂ©e de type ami/ennemi, fort/faible et puissant/impuissant
 C’est cela que le peuple amĂ©ricain a apprĂ©ciĂ©, soucieux de rester les plus compĂ©titifs dans un monde toujours plus complexe. Alors Ă©videmment, une compĂ©tition marquĂ©e avec un ennemi proche de son territoire et avec des airs de Guerre Froide (n’écrit jamais ça en copie, Âœ chance pour que le correcteur te sanctionne), eh bien ça lui plaĂźt !

Les deux pays s’affrontent sur de nombreux critĂšres dĂ©sormais et n’hĂ©sitent pas Ă  s’envoyer des sanctions Ă©conomiques pour la moindre incartade. RĂ©cemment, Donald Trump s’est livrĂ© Ă  une attaque d’une rare virulence contre la Chine, qualifiant le coronavirus de «virus chinois» et accusant PĂ©kin d’avoir «lĂąchĂ© cette plaie Ă  travers le monde». Tous les moyens sont donc bons pour dĂ©crĂ©dibiliser le camp adverse pour avoir l’approbation du monde entier.

💡 De plus, le choix de  Mike PompĂ©o comme secrĂ©taire des Etats-Unis n’est absolument pas un hasard. Il est souvent vu comme la bĂȘte noire de PĂ©kin, et Ă  raison!
Pour la Chine, Mike PompĂ©o est un problĂšme et marque Ă©videmment la limite d’une entente cordiale possible entre les deux pays. Le choix de PompĂ©o est bien entendu un choix politique qui vise Ă  envoyer un message fort aux chinois, et Ă  montrer sans aucune subtilitĂ© le positionnement amĂ©ricain contre la Chine.

Voici une petite liste des actions de Pompéo :

  • Il effectue une tournĂ©e en Afrique en fĂ©vrier 2020 pour mettre en garde les Etats Africains contre l’influence de la Chine.
  • Il salue le courage de Tsai Ing-wen, prĂ©sidente de TaĂŻwan (si tu ne vois pas pourquoi c’est une prise de position forte, va vite lire notre article sur le conflit sino-taĂŻwanais)
  • Il a pris parti Ă  la mi-juillet 2020 pour les riverains opposĂ©s Ă  PĂ©kin dans les conflits en mer de Chine, jugeant les prĂ©tentions chinoises « illĂ©gales ».

Bref, tout cela pour dire que l’administration Trump a multipliĂ© les occasions d’ĂȘtre conflictuel avec la Chine, tout en prenant Ă  chaque fois position pour les autres pays dans les diffĂ©rents conflits oĂč la Chine est un belligĂ©rant puissant. On peut nettement voir une volontĂ© forte d’agir de la part des Etats-Unis, dans le but de doucher les espoirs chinois, espĂ©rant fragiliser de cette maniĂšre la lĂ©gitimitĂ© du PCC au niveau interne.

 

Un rapprochement stratĂ©gique avec l’Inde et le Japon ?

Modi et Trump

Narendra Modi, grand ami américain

C’est dans cette logique de rivalitĂ© sino-amĂ©ricaine que le rapprochement avec l’Inde et le Japon prend tout son sens. Rappelons tout de mĂȘme que cette proximitĂ© entre les trois ne date pas d’hier : le Japon possĂšde des liens forts avec les Etats-Unis depuis la dĂ©faite japonaise de 1945, et l’Inde est un partenaire apprĂ©ciĂ© depuis 1991. Les liens ont Ă©tĂ© renforcĂ©s Ă  l’époque d’Obama, Trump ne joue pas un rĂŽle de crĂ©ateur dans cette affaire. Cependant, il va grandement s’appuyer dessus dans sa stratĂ©gie contre la Chine.

đŸ‘‰đŸ» Tu dois donc savoir que ce rapprochement existe avec les Etats-Unis, mais qu’il ne date pas de Trump.

Le prĂ©sident actuel de l’Inde est  Narendra Modi, membre du parti nationaliste hindou. Il est un grand admirateur de Trump et a facilitĂ© les interactions avec les Etats-Unis du mieux qu’il pouvait. Par ailleurs, cette admiration pour le prĂ©sident amĂ©ricain est aussi l’une des raisons de l’enveniment des relations sino-indiennes (qui ont toujours Ă©tĂ© plus ou moins difficiles dans l’histoire).

💡 Il est important de comprendre que Modi n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  saboter ses relations avec la Chine et Ă  introduire des relations de restrictions aux investissements chinois pour s’aligner sur les besoins de Trump, malgrĂ© l’économie indienne en difficultĂ©. On peut donc dĂšs lors voir certains effets qu’a pu avoir Trump indirectement sur la rĂ©gion.

 

Trump et la Corée du Nord : Une paix détonante

Ce qu’il se passe entre Trump et Kim Jong-un, l’actuel dictateur de la CorĂ©e du Nord, est Ă  la fois historique et plein de rebondissements !
Il est bon de rappeler que les Etats-Unis et ses diffĂ©rents prĂ©sidents ont gardĂ© une distance certaine avec la CorĂ©e du Nord, qui est perçu comme un « Rogue State » depuis la fin de la Guerre de CorĂ©e en 1953. Petit pays mais gros problĂšme, la CorĂ©e du Nord fait peur Ă  ses voisins du fait de son systĂšme politique dictatorial et de sa possession de l’arme atomique.

Trump et Kim Jong Un

Une rencontre au sommet entre les deux dirigeants

Bien que les dĂ©buts entre Trump et Kim Jong-un furent compliquĂ©s, les tensions initiales ont trĂšs vite laissĂ© place à
 de l’amour. La stratĂ©gie au dĂ©part du prĂ©sident amĂ©ricain Ă©tait, comme pour les autres pays difficiles, de sortir les gros bras et de multiplier les insultes envers son dirigeant, qualifiant le dictateur de « little rocket man ». Pourtant, afin d’apaiser les tensions naissantes, la rencontre historique entre les deux dirigeants a pu avoir lieu le 12 juin 2018. Contre toute attente, une « amitiĂ© » (politique, Ă©videmment) s’est liĂ©e entre les deux dirigeants.

Trump aime les hommes forts, ce que reprĂ©sente Ă©videmment Kim Jong-un, mais il aime aussi les hommes qui l’admirent : et c’est parfaitement ce qu’a su faire Kim Jong-un. En appelant « Excellence » le prĂ©sident amĂ©ricain Ă  son arrivĂ©e, il a tout de suite flattĂ© l’ego du reprĂ©sentant de la plus grande puissance mondiale. Depuis les relations entre les deux pays ont Ă©tĂ© pacifiĂ©, et Kim Jong-un Ă©tait pro-Trump pour les Ă©lections amĂ©ricaines de 2020 bien entendu.

Comment te prouver cette amitié entre les deux dirigeants ?
đŸ‘‰đŸ» Durant l’étĂ© 2018, le prĂ©sident amĂ©ricain a exigĂ© qu’un CD d’Elton John oĂč figure le single « Rocket Man » soit envoyĂ© Ă  Kim Jong-un. Le CD comporte la signature de Donald Trump.

💡 Cette pacification des relations avec la CorĂ©e du Nord est historique mais ne tient que par « l’amitiĂ© » stratĂ©gique entre Trump et Kim Jong-un. Il est peu probable que Biden rĂ©ussisse Ă  pĂ©renniser cette rĂ©ussite made in Trump.

 

Les autres pays : oĂč en est-on ?

Il est compliquĂ© de faire une vĂ©ritable analyse de la stratĂ©gie de Trump pour les autres pays d’Asie, car cela dĂ©pend bien Ă©videmment de quelles sont leurs relations avec la Chine. Je vais plutĂŽt faire une petite liste des actions qu’à pu prendre Trump durant son mandat envers les diffĂ©rents pays :

  • Trump s’est attaquĂ© Ă  l’industrie thaĂŻlandaise des produits de la mer en octobre 2019. Dans sa guerre commerciale avec la Chine, la hausse des taxes douaniĂšres a finalement touchĂ© de nombreux pays asiatiques.
  • Trump s’est retirĂ© du Partenariat Transpacifique en janvier 2017, ce qui a un coĂ»t pour la stratĂ©gie du Pivot Asiatique.
  • Trump a dĂ©noncĂ© les dĂ©rives totalitaires du Cambodge et du prĂ©sident Hun Sen en 2018.
  • Trump a appelĂ© au dialogue entre le Pakistan et l’Inde Ă  propos du Cachemire, rĂ©gion problĂ©matique pour les deux pays depuis des dĂ©cennies. Cependant, il a aussi accusĂ© en 2018 le Pakistan d’abriter des terroristes, ce qui a refroidi les relations diplomatiques entre le Pakistan et les Etats-Unis, mais aussi entre le Pakistan et l’Inde. Rappelons que le Pakistan est un des rares pays Ă  possĂ©der la bombe nuclĂ©aire.
  • Dans son dĂ©cret sur l’immigration, le prĂ©sident Trump a ouvertement attaquĂ© l’IndonĂ©sie. Ce qui est d’autant plus dommage sachant que le pays est une arriĂšre cours importante pour les Etats-Unis sur ce sujet.

 

Les sujets sensibles : le Moyen-OrientđŸ’„

Le Moyen-Orient n’a JAMAIS Ă©tĂ© une rĂ©gion facile pour les Etats-Unis : fondamentalement diffĂ©rent dans les mentalitĂ©s, des ressources abondantes (pĂ©trole/gaz) poussant Ă  l’interdĂ©pendance, une histoire chaotique sur certains territoires (exacerbĂ©e par les annĂ©es Bush)
 Pourtant, c’est aussi une rĂ©gion avec un potentiel fort et non nĂ©gligeable et qui est cruciale dans la stratĂ©gie militaire du pays. Reagan, prĂ©sident des Etats-Unis de 1981 Ă  1989, appellera par ailleurs « Central Command » la force navale amĂ©ricaine prĂ©sente dans la rĂ©gion. Si ce n’est pas une preuve !

Cette importance cruciale pour les Etats-Unis poussera Obama vers l’obtention d’une position plus « neutre » dans la rĂ©gion au niveau diplomatique, tout en combattant le sĂ©paratisme et en retirant peu Ă  peu les troupes dans les pays oĂč l’AmĂ©rique est militairement active. Cette position de neutralitĂ© permettait aux Etats-Unis de rester un partenaire privilĂ©giĂ© tout en essayant de rĂ©chauffer les relations entre IsraĂ«l et le reste de la rĂ©gion. Obama s’était aussi rapprochĂ© de l’Iran en travaillant activement Ă  la conception d’accords entre les deux pays (notamment sur le nuclĂ©aire Iranien).

Tu vois peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  oĂč je vais en venir : Trump va bien Ă©videmment mettre un terme Ă  la neutralitĂ© politique amĂ©ricaine dans la rĂ©gion. Entre dĂ©fense d’IsraĂ«l et refoulement de l’Iran, l’administration Trump va prendre position, ce qui fera perdre bien entendu la position de mĂ©diateur que s’efforçait d’obtenir Obama. Position qui sera rĂ©cupĂ©rĂ©e en partie par
 la Russie ! Mais nous n’en parlerons pas plus ici, un point sur la Russie sera peut-ĂȘtre fait trĂšs bientĂŽt 😉.

 

L’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Qatar : l’erreur Trump

Dans le conflit qui existe actuellement entre le Qatar et les monarchies pĂ©troliĂšres qui l’entourent, Donald Trump est un vĂ©ritable Ă©lĂ©ment clĂ©. C’est LUI qui a provoquĂ© la crise telle qu’elle est connue aujourd’hui.

💡 Trump Ă©tait trĂšs proche des Emirats et de l’Arabie Saoudite, et ceci n’était absolument pas quelque chose de cachĂ©. L’Arabie Saoudite et les Emirats travaillent de concert avec les Etats-Unis dans la rĂ©gion, Trump souhaitant faire de ces deux puissances des « phares » qui seraient Ă  la fois de solides partenaires Ă©conomiques mais aussi des gendarmes dans l’une des zones les plus belligĂšnes du monde.
Profitant d’une connaissance trĂšs sommaire du dirigeant sur la rĂ©gion, ces deux États vont modeler la vision et la reprĂ©sentation de Trump afin de rĂ©gler leurs propres conflits.

Une diplomatie par le dollar

Une diplomatie basée sur le Business

Un nom sera important Ă  connaĂźtre sur ce sujet : il s’agit de Jared Kushner, gendre de Trump et chargĂ© des relations aux Moyen-Orient. Trump a sciemment donnĂ© les dossiers de la rĂ©gion la plus difficile Ă  son gendre qui n’avait aucune connaissance des affaires au Moyen-Orient ni aucune compĂ©tence en ce qui concerne les relations diplomatiques. C’est aussi lui qui s’occupe officiellement du cas IsraĂ«l. Evidemment, il n’en faudra pas plus pour que l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unies choisissent une ligne stratĂ©gique avec les Etats-Unis, et contre un ennemi commun : le Qatar.

Le Qatar a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© Ă  Donald Trump par l’Arabie Saoudite comme un potentiel « rogue state » qui finançait le terrorisme (ce qui n’est pas dĂ©nuĂ© de rĂ©alitĂ© mais qui Ă©tait pour eux une nĂ©cessitĂ© de protĂ©ger l’ordre sur leur territoire) et qui Ă©tait proche de l’Iran (ce qui Ă©tait une obligation stratĂ©gique pour faire face Ă  l’Arabie Saoudite). A demi-mot, Trump laissera son feu-vert aux monarchies pour « rĂ©gler le problĂšme qu’était le Qatar ».

Alors que tout semble conclure Ă  une potentielle guerre dans le Golfe contre le Qatar, l’AmĂ©rique se rend compte d’une grosse erreur. Trump, ayant soutenu l’Arabie Saoudite, est obligĂ© de rĂ©tropĂ©daler pour Ă©viter une invasion du Qatar. Pourquoi cela ? La rĂ©ponse est simple : la plus grosse base militaire amĂ©ricaine au Moyen-Orient se trouve justement
. au Qatar !

Base américaine Qatar

La base Al-Udeid possÚde une importance stratégique cruciale pour les Etats-Unis

Rex Tillerson, ancien secrĂ©taire d’Etat AmĂ©ricain (avant PompĂ©o donc) fut obligĂ© d’intervenir auprĂšs de Trump qui avait manifestement oubliĂ© ce « petit dĂ©tail ». Cette base, la base Al Udeid, est primordiale pour les Etats-Unis dans le cadre de la projection militaire amĂ©ricaine dans la rĂ©gion contre l’Etat Islamique.

Prendre parti pour l’un ou l’autre des deux camps Ă©tait donc impossible pour les Etats-Unis. Ce passage en force de l’administration Trump fut une erreur diplomatique consĂ©quente qui a laissĂ© une marque durable sur la rĂ©gion.

La question palestinienne : une réponse américaine

La politique de Trump a douchĂ© les espoirs palestiniens. Contrairement Ă  Obama qui Ă©tait neutre sur la question (la fameuse position de mĂ©diateur tant souhaitĂ©e), Trump va activement supporter IsraĂ«l et la colonisation sur les territoires palestiniens (territoires en droit selon les accords d’Oslo de 1993).

Cette prise de position anti-palestinien arrive aprĂšs de nombreuses avancĂ©es cruciales pour ce peuple. Mahmoud Abbas, le successeur de Yasser Arafat, continuait les avancĂ©es politiques en se rapprochant des Nations Unis. En 2012, il rĂ©ussit Ă  faire accepter la Palestine comme membre observateur de l’ONU. En 2016, l’ONU condamne la colonisation israĂ©lienne qui est un « danger pour la solution Ă  deux Etats ». Le soutien actif de Trump envers IsraĂ«l est donc une rĂ©gression considĂ©rable des avancĂ©es de l’ONU et de la rĂ©gion en gĂ©nĂ©ral.

Deux événements montrent ce parti pris :

  • Le transfert de l’ambassade amĂ©ricaine Ă  JĂ©rusalem  le 14 mai 2018. Ce dĂ©placement d’ambassade a Ă©tĂ© dĂ©crit comme « un acte de provocation et d’hostilitĂ© face Ă  la nation islamique » selon un communiquĂ© de l’Organisation de la CoopĂ©ration Islamique. Cet Ă©vĂšnement montre le soutien effectif des Etats-Unis envers IsraĂ«l, le changement d’ambassade ayant lieu le jour des 70 ans de la dĂ©claration d’indĂ©pendance d’IsraĂ«l.
  • L’opposition de Washington au mouvement « Boycott, DĂ©sinvestissement, Sanctions (BDS) » qui est un mouvement solidaire visant la prise de conscience du besoin de reconnaissance du peuple palestinien et des problĂšmes engendrĂ©s par leur refoulement.

Accord paix Trump

Signer des accords de paix pro-IsraĂ«l, la fin d’un espoir palestinien ?

Mais pourquoi Trump a-t-il pris position pour IsraĂ«l ? Deux Ă©lĂ©ments principaux doivent ĂȘtre pris en compte. Le premier concerne la volontĂ© pour les Etats-Unis de se retirer peu Ă  peu de la rĂ©gion afin de se concentrer sur l’Asie (c’est la stratĂ©gie du Pivot Asiatique que l’on verra plus en dĂ©tail dans la partie consacrĂ©e Ă  l’Asie). Trump souhaite s’appuyer sur des partenaires de choix aux Moyen-Orient : l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et
 IsraĂ«l. L’idĂ©e de s’appuyer sur certains partenaires Ă©tait dĂ©jĂ  visible dans la politique d’Obama, cependant il voulait effectuer des rapprochements en pacifiant les relations (d’oĂč le rapprochement avec l’Iran notamment).

Trump est plus impulsif, plus dans la compĂ©tition, et n’a choisi que peu de partenaires tout en refoulant plus violemment les autres comme nous le verrons avec l’Iran. La deuxiĂšme idĂ©e Ă  avoir en tĂȘte est celle d’un choix politique guidĂ©e par la volontĂ© de satisfaire une partie de l’électorat des RĂ©publicains. Le lobbying existe, et l’AIPAC (le lobby pro-IsraĂ«l) possĂšde un poids non-nĂ©gligeable aux Etats-Unis.

💡 Dans une copie, tu ne PEUX PAS parler des changements de politiques envers IsraĂ«l sans mentionner le lien aux Etats-Unis qui existe entre politique nationale et aventurisme international.

đŸ‘‰đŸ»Petite info d’actualitĂ© concernant Trump et l’intĂ©gration rĂ©gionale au Moyen-Orient:

Donald Trump a aidĂ© Ă  la signature d’accords commerciaux entre IsraĂ«l et les Emirats Arabes Unis grĂące Ă  l’entente cordiale existant entre les Emirats et son pays. Cela montre que le mandat Trump n’est pas que source de fragmentations dans la rĂ©gion: l’intĂ©gration d’IsraĂ«l est possible lorsqu’il favorise des accords Ă©conomiques avec les autres pays de la rĂ©gion.

L’Iran et Trump : l’escalade

La stratĂ©gie au Moyen-Orient se rĂ©sume grandement Ă  une action pour les Etats-Unis: marteler et refouler l’Iran. C’est dans cette optique que Trump s’allie aux saoudiens. C’est pour cette raison que Trump souhaite s’appuyer sur IsraĂ«l.

đŸ‘‰đŸ» Trump multiplie les actes d’agressions Ă©conomiques, politiques et militaires envers l’Iran, grand ennemi amĂ©ricain.

Les actes de Trump contre l’Iran :

  • Assassinat du gĂ©nĂ©ral iranien Qassem Soleimani le 3 janvier 2020 via un drone.
    Tentative de faire valider Ă  l’ONU une rĂ©solution visant Ă  prolonger indĂ©finiment l’embargo sur les armes pour l’Iran. Ce fut un Ă©chec.
  • Annonce par Trump le 19 aoĂ»t 2020 de l’activation par les Etats-Unis d’une procĂ©dure controversĂ©e via l’ONU pour rĂ©tablir toutes les sanctions internationales contre l’Iran.

Et ce n’est pas tout : la parole suit aussi les actes de Trump et renforce l’agressivitĂ© du prĂ©sident face Ă  TĂ©hĂ©ran. Plus d’une fois Donald Trump a promis une riposte « mille fois plus forte » contre l’Iran si elle tentait quoi que ce soit contre les Etats-Unis, notamment un assassinat en rĂ©ponse Ă  celui du gĂ©nĂ©ral Soleimani.

đŸ’„Trump s’est bien entendu retirĂ© de l’accord de Vienne sur le nuclĂ©aire iranien.đŸ’„

 

Le grand changement : Trump contre l’Europe🌍

Trump et l’Union EuropĂ©enne

Ça ne se voit peut-ĂȘtre pas, mais Trump n’aime pas vraiment l’Union EuropĂ©enne dans sa globalitĂ© (c’est un euphĂ©misme, bien Ă©videmment qu’il nous mĂ©prise). Il n’aura pas manquĂ© une seule occasion durant son mandat d’ĂȘtre insultant envers des chefs d’Etats ou envers des reprĂ©sentants de l’U.E.
Que ce soit en annonçant que Jean-Claude Juncker, ancien prĂ©sident de la commission europĂ©enne, est un petit homme vicieux qui dĂ©teste l’AmĂ©rique, ou en expliquant avec sa grande qualitĂ© de diplomate que « tout ce qu’il [le prĂ©sident français, Emmanuel Macron] touche se transforme en merde », Trump a eu de nombreuses occasions pour montrer ce qu’il pensait de l’Union EuropĂ©enne et des pays europĂ©ens.

trump et l'UE

Une méfiance bien connue désormais

Mais Trump ce n’est pas que des paroles insultantes, c’est aussi des actions concrĂštes envers l’Union EuropĂ©enne : En Juin 2020, il a de nouveau imposĂ© Ă  l’Europe 3 milliards de taxes supplĂ©mentaires sur leurs exportations envers les Etats-Unis. Bien souvent, il utilise la menace Ă©conomique contre tout ce qui peut entraver selon lui le commerce amĂ©ricains, et Ă©videmment l’existence de traitĂ© sur les OGM ou sur la certification des produits est une gĂȘne pour son Ă©conomie.

💡 Tout cela pour dire que l’arrivĂ©e de Donald Trump Ă  la Maison Blanche n’a fait qu’aggraver certains diffĂ©rends dĂ©jĂ  existants. Les relations se sont rapidement dĂ©tĂ©riorĂ©es entre l’Union EuropĂ©enne et les Etats-Unis depuis l’apparition de Trump au pouvoir.

Jean Pisani-Ferry, Ă©conomiste, explique qu’il existe 3 lectures possibles de cette position de Trump vis-Ă -vis de l’Union EuropĂ©enne :

đŸ‘‰đŸ»Trump considĂšre l’Allemagne (et le reste de l’Europe) comme un rival Ă©conomique potentiel, et ne fait pas de distinction entre cette rivalitĂ© et celle contre la Chine. C’est une lecture simplifiĂ©e, mais qui pourrait expliquer la raison de la hausse des taxes sur l’acier amĂ©ricain.

đŸ‘‰đŸ»Trump ferait en sorte d’empĂȘcher l’Union EuropĂ©enne de se positionner comme un troisiĂšme protagoniste dans le jeu qu’il souhaitait jouer avec la Chine. Il ne veut pas d’un « TroisiĂšme Monde » dans un possible retour Ă  une compĂ©tition entre Deux Grands.

đŸ‘‰đŸ»Trump chercherait un changement de rĂ©gime dans l’Europe. Ceci semble rĂ©aliste puisque Steve Bannon, son ancien conseiller stratĂ©gique, a annoncĂ© que Trump passait plus de la moitiĂ© de son temps sur le continent europĂ©en dans le but de construire une alliance avec les pays gagnĂ©s par le populisme. Cela semble Ă©tonnant dit comme cela, mais on pourrait le voir comme une volontĂ© de Trump de pouvoir Ă©changer avec des partenaires qui auraient la mĂȘme admiration pour lui et sa politique comme il le fait avec Bolsonaro ou Modi.

DĂšs lors, toute la difficultĂ© est de comprendre si Trump est un problĂšme ou au contraire une solution pour l’Union EuropĂ©enne. Est-ce que la dĂ©tĂ©rioration des relations avec l’AmĂ©rique peut ĂȘtre perçue comme quelque chose de positif ?

💡 C’est un problùme car :
L’AmĂ©rique a toujours Ă©tĂ© un choix que pouvaient faire les pays de l’Union EuropĂ©ennes. Certains (notamment la Pologne) ont plus de liens avec le voisin atlantique qu’avec l’Union. DĂšs lors, cette prĂ©sence amĂ©ricaine (complĂ©tĂ©e par l’Otan) Ă©tait aussi une difficultĂ© supplĂ©mentaire pour la construction europĂ©enne. Ce qui est paradoxal puisque cette construction a Ă©tĂ© initialement encouragĂ©e par l’AmĂ©rique.

💡 Mais de nombreux spĂ©cialistes y voient quelque chose de positif :
Longtemps les pays membres de l’Union EuropĂ©enne ont dĂ» prendre en compte les Etats-Unis dans leur construction. Aujourd’hui, l’U.E a appris Ă  s’organiser sans l’aide de la suprĂ©matie amĂ©ricaine. Cette « disparition » du gĂ©ant amĂ©ricain pousse l’Europe Ă  se questionner et Ă  modifier sa maniĂšre d’avancer. MĂȘme l’Europe de la dĂ©fense, la grande oubliĂ©e, obtient des rĂ©sultats concrets aujourd’hui pour pallier la nĂ©gativitĂ© de Trump vis-Ă -vis de l’OTAN. De plus, avec les rĂ©cents souhaits de Trump quant au retrait des troupes amĂ©ricaines en Europe (notamment en Allemagne), cela permet enfin Ă  l’Union EuropĂ©enne d’ĂȘtre maĂźtre de son territoire et de pouvoir acter efficacement et sereinement Ă  la construction d’une Europe axĂ© uniquement sur les besoins des pays membres.

Ces quatre ans de prĂ©sidence Trump ont donc mis un grand coup de pied dans la fourmiliĂšre europĂ©enne, et l’effet pourra ĂȘtre bĂ©nĂ©fique sur le long terme. Cependant, cela demandera de la cohĂ©sion pour cette union en crise.

La Russie, quel changement ?

En Juillet 2020, dans un entretien publiĂ© par le Washington Post, Trump a avouĂ© avoir, il y a deux ans de cela, commanditĂ© une cyberattaque contre l’IRA, l’Internet Research Agency, agence russe spĂ©cialisĂ©e dans la propagation de fake news pro-Russse. Cette cyberattaque a Ă©tĂ© une rĂ©ponse contre la dĂ©sinformation opĂ©rĂ©e par l’IRA durant l’élection prĂ©sidentielle amĂ©ricaine de 2016.

Une cyberattaque n’est pas quelque chose d’exceptionnel. Ici, ce qui est important est l’annonce officielle du prĂ©sident lui-mĂȘme dans les mĂ©dias, un aveu rare mais qui n’est pas dĂ©nuĂ© d’un intĂ©rĂȘt stratĂ©gique.
Trump veut clairement lancer un message fort Ă  la Russie ici. Et montre toute la dimension de sa relation avec ce pays.

Trump cherche en rĂ©alitĂ© ici non pas Ă  se froisser avec la Russie, mais plutĂŽt Ă  faire taire certaines thĂ©ories contre lui. D’aprĂšs ces derniĂšres, Trump serait Ă  la solde des Russes depuis le dĂ©but. Ainsi, durant tout son mandat, Trump est restĂ© suspect de trop apprĂ©cier Vladimir Poutine, prĂ©sident de Russie.

Trump poutine

L’amitiĂ© amĂ©ricano-russe, jusqu’Ă  quel point ?

Effectivement, Trump a toujours marquĂ© un certain respect envers son homologue russe. Pourtant, cela n’a pas permis de supprimer dĂ©finitivement les difficultĂ©s qui existent entre Washington et Moscou, difficultĂ©s qui prennent racine dans la Guerre Froide et qui ont continuĂ© Ă  croĂźtre avec l’apparition de Poutine dans les affaires politiques de son pays.
La Russie se retrouve aujourd’hui prĂ©sente en protecteur dans certaines rĂ©gions du monde et cela gĂȘne les intĂ©rĂȘts amĂ©ricains. L’exemple le plus parlant est bien entendu la protection du rĂ©gime de Bachar Al-Assad (prĂ©sident de la Syrie) par la Russie, contre une AmĂ©rique souhaitant le voir tomber !

đŸ‘‰đŸ»De ce fait, Trump se retrouve entre deux chaises : celle de sa volontĂ© idĂ©ologique de montrer une AmĂ©rique forte et active sur la scĂšne internationale, et celle d’un respect Ă©trangement appuyĂ© envers Poutine.

Pour rĂ©sumer, Trump et Poutine souhaitaient au dĂ©part une coopĂ©ration russo-amĂ©ricaine qui se dĂ©velopperait et se renforcerait progressivement. Cependant, certains sujets (comme la Syrie) ainsi que les accusations envers une potentielle ingĂ©rence russe dans l’élection de Trump poussent le prĂ©sident amĂ©ricain Ă  faire profil bas sur cette relation. De plus, l’importance prise par certains gĂ©nĂ©raux amĂ©ricains qui ne sont pas pro-russe explique en partie l’attitude agressive de l’administration Trump envers la Russie sur certains sujets internationaux.

 

La chasse-gardĂ©e des Etats-Unis : L’AmĂ©rique Latine đŸš©

Trump et l'amérique latine

La stratĂ©gie de Trump vis-Ă -vis de l’AmĂ©rique latine reste-t-elle en adĂ©quation avec l’idĂ©e d’une arriĂšre-cour?

đŸŒĄïž Pour ton bac, des examens ou des concours, tu vas devoir connaĂźtre l’évolution des relations entre l’AmĂ©rique Latine et les Etats-Unis. Je n’en parlerai pas ici, mais tout ce que je vais aborder aura un lien avec ces relations quelque peu « mouvementĂ©es » qu’il y a pu avoir entre les deux AmĂ©riques durant la Guerre Froide.

Quels ont donc Ă©tĂ© les avancĂ©s (ou rĂ©gression) de l’administration Trump dans la rĂ©gion ? Comment les relations entre les Etats-Unis et les diffĂ©rents pays d’AmĂ©rique Latine ont-elles Ă©voluĂ© sous le mandat Trump ?

 

Un départ assez difficile :

Tu sais probablement que la campagne des rĂ©publicains en 2016 s’appuyait grandement sur la question de la migration avec l’amĂ©lioration de « La Linea », le grand mur entre les Etats-Unis et le Mexique censĂ© empĂȘcher les migrants illĂ©gaux d’arriver sur le territoire amĂ©ricains.

💡 La rhĂ©torique anti sud-amĂ©ricaine de Trump Ă©tait agressive et arrivait Ă  un moment oĂč les deux rĂ©gions possĂ©daient des relations plutĂŽt cordiales, Obama ayant sincĂšrement tentĂ© de pacifier les relations qu’entretiennent les Etats-Unis avec l’AmĂ©rique Latine. DĂšs lors une synergie positive s’était mise en place.
A cause des prises de paroles agressives de Trump durant les Ă©lections, la consĂ©quence immĂ©diate de son entrĂ©e Ă  la maison blanche fut un taux de confiance historiquement bas de la part des sud-amĂ©ricains (entre 5 et 20% selon le pays) selon un sondage du Pew Research Center en avril 2018. Le mĂ©pris de Trump vis-Ă -vis de l’AmĂ©rique du Sud Ă©tait suffisamment palpable pour inquiĂ©ter les sud-amĂ©ricains.

Diplomatiquement, le problĂšme Ă©tait suffisamment important pour pousser Rex Tillerson (dĂ©cidĂ©ment il est partout) Ă  faire une tournĂ©e en AmĂ©rique Latine, soulignant l’importance du commerce entre les pays amĂ©ricains et expliquant par la mĂȘme occasion que le principe de « l’AmĂ©rique d’abord » n’était pas synonyme d’isolement pour son pays.

💡 Evidemment, Les Etats-Unis ont besoin des potentialitĂ©s Ă©conomiques de l’AmĂ©rique Latine que ce soit au niveau Ă©nergĂ©tique, au niveau des matiĂšres premiĂšres mais aussi au niveau politique.
Dans la compĂ©tition sino-amĂ©ricaine qui est en train de se jouer, l’alignement des pays d’AmĂ©rique du Sud sur les Etats-Unis devient crucial, surtout depuis que la Chine a entamĂ© la crĂ©ation de partenariats privilĂ©giĂ©s avec certains pays de la rĂ©gion (notamment le Chili) et qu’elle en est devenu un investisseur de poids aujourd’hui.

Si l’on rĂ©duit un peu l’échelle, nous pouvons tout de mĂȘme observer des disparitĂ©s quant aux difficultĂ©s des relations que connaissent les Etats-Unis avec le reste des pays d’AmĂ©rique du Sud. On s’aperçoit que les pays peuvent ĂȘtre mis dans des catĂ©gories en fonction de leur proximitĂ© avec la plus grande puissance mondiale.

Les pays de l’ALBA : anti-amĂ©ricain par excellence

Les pays principaux composant l’ALBA, l’alliance bolivarienne pour les AmĂ©riques, sont le Venezuela, Cuba et le Nicaragua. CrĂ©Ă©e pour faire face au gĂ©ant amĂ©ricain, cette association d’États est avant tout la traduction d’une volontĂ© des pays d’AmĂ©rique du Sud de se prendre en main et de ne plus ĂȘtre sous le joug, selon eux, des Etats-Unis. Voyons pays par pays comment Trump rĂ©agit contre cette alliance qui n’existe que pour refuser la souverainetĂ© de son pays.

đŸŒĄïž PremiĂšrement : le Venezuela.
Les relations entre les Etats-Unis et le Venezuela ont toujours Ă©tĂ© trĂšs compliquĂ©es. En 2002, les difficultĂ©s politiques sous Chavez conduisent Ă  un coup d’Etat. Les thĂ©oriciens du complot n’ont pas manquĂ© d’expliquer ce coup comme une dĂ©stabilisation fomentĂ©e par les Etats-Unis. Avec Maduro en tant que prĂ©sident du Venezuela, la double fracture du pays entraĂźne rapidement une dĂ©tĂ©rioration des relations avec les Etats-Unis. Il s’agit Ă  la fois d’une fracture Ă©conomique avec la chute du cours du pĂ©trole et d’une fracture politique avec le refus de Maduro de quitter le pouvoir. Les ambassadeurs amĂ©ricains ont Ă©tĂ© obligĂ©s de quitter le pays alors que Washington continue d’affirmer son soutien Ă  Juan Guaido, prĂ©sident auto-proclamĂ©.

maduro

Maduro, président du Venezuela 

Si tu ne vois pas DU TOUT de quoi je parle : clique ici pour découvrir ce qui se passe chez nos amis vénézuéliens : https://www.lefigaro.fr/international/dossier/venezuela-crise-maduro-guaido-presidentielle

đŸŒĄïž Qu’en est-il de Cuba?
Il faut tout d’abord dĂ©jĂ  connaĂźtre la position d’Obama avec l’üle.
Sous ses deux mandats, Obama a tentĂ© de se rapprocher des partenaires difficiles des Etats-Unis : cela correspond effectivement Ă  Cuba, mais aussi Ă  l’Iran (tu verras cela un peu plus loin). Trump, mettant un point d’honneur Ă  dĂ©faire tout ce qu’a pu construire Obama, va au contraire refouler et refuser l’ouverture qui s’apercevait Ă  l’horizon.

Ceci est avant tout une rĂ©ponse idĂ©ologique : en 2014, aprĂšs 50 ans de gel diplomatique, Obama souhaitait un rĂ©el rapprochement avec Cuba, notamment en mettant fin Ă  l’embargo, et cela Ă©tait une initiative forte de son programme. En douchant les espoirs d’un rapprochement avec Cuba, Trump entend bien marquer la diffĂ©rence idĂ©ologique des rĂ©publicains tout en justifiant cette politique sur la volontĂ© et la nĂ©cessitĂ© d’obtenir de vĂ©ritables changements politiques sur l’üle (donc la fin du communisme et l’ouverture dĂ©mocratique !).

đŸŒĄïž Enfin, abordons le cas du Nicaragua.
Le Nicaragua a toujours Ă©tĂ© source de problĂšmes pour les Etats-Unis. Pourtant, sous l’administration Trump et avec l’évolution de la politique autocratique du Nicaragua, on peut rĂ©sumer la stratĂ©gie des Etats-Unis de cette maniĂšre : agresser verbalement et sanctionner sans autre forme de procĂšs le pays pour le faire plier. Cela suit assez logiquement la politique des Etats-Unis vis-Ă -vis des autocraties anti-amĂ©ricaines, mais Trump entend bien en rajouter une couche afin d’ĂȘtre perçu comme l’homme fort numĂ©ro 1.

Le Nicaragua est dirigĂ© depuis 2007 par Daniel Ortega, prĂ©sident aussi de 1979 Ă  1990. Cette pĂ©rennitĂ© du socialiste est le principal problĂšme politique du pays, que ce soit au niveau interne (avec le rĂ©gime qui devient de plus en plus rĂ©pressif) et au niveau externe car il met un point d’honneur Ă  reprĂ©senter une opposition pour les Etats-Unis. Pour faire trĂšs rapide, Trump se plaint du fait que le Nicaragua est une « menace pour la sĂ©curitĂ© nationale du pays ». Le Nicaragua tout comme Cuba, est considĂ©rĂ© comme un « rogue state », un « Etat voyou », un État belliqueux.

« Je considĂšre que la situation au Nicaragua constitue une menace extraordinaire et inhabituelle pour la sĂ©curitĂ© nationale et la politique Ă©trangĂšre des Etats-Unis et, par consĂ©quent, je dĂ©clare l’urgence nationale pour combattre cette menace. »
Donald Trump

Trump a ordonnĂ© que soient bloquĂ©s les biens ou les intĂ©rĂȘts de ceux qui sont responsables ou complices de graves abus envers les Droits de l’Homme, du dĂ©mantĂšlement des institutions et des processus dĂ©mocratiques, de la corruption ou d’actions ou de politiques qui menacent la paix, la sĂ©curitĂ© ou la stabilitĂ© du Nicaragua.

Pour un petit point plus prĂ©cis sur le Nicaragua aujourd’hui, clique-ici: https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/08/24/la-crise-politique-au-nicaragua-en-9-dates_5345760_3222.html

 

Trump et le Brésil :

Jair Bolsonaro est Ă©lu prĂ©sident du BrĂ©sil le 1 janvier 2019. Pro-Trump, il n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  montrer son soutien Ă  l’actuel prĂ©sident quitte Ă  envenimer les futurs relations entre son pays et Biden. Le BrĂ©sil Ă©tait donc un partenaire stratĂ©gique apprĂ©ciĂ©, qui permettait d’avoir un certain poids sur l’AmĂ©rique Latine et dans les relations avec les BRICS. Avec l’arrivĂ©e de Bolsonaro, un lien fort entre les deux pays s’est crĂ©Ă© du fait de leur grande ressemblance au niveau idĂ©ologique.

trump et bolsonaro

Brésil/ Etats-Unis, une amitié qui ne tenait que par Trump

Évidemment, ils se relancent la balle Ă  chaque prise de position au niveau international : par exemple, lorsque les relations entre Bolsonaro et Macron se sont tendues, Trump ne s’est pas empĂȘchĂ© d’apporter son soutien au BrĂ©sil en s’exprimant sur Tweeter.

đŸ‘‰đŸ» Ce que tu dois surtout comprendre, c’est que le brusque changement de trajectoire du BrĂ©sil vers l’extrĂȘme droite s’est aussi soldĂ© par une modification drastique des relations avec les Etats-Unis. Alors que les anciennes relations avec les prĂ©sidents de gauche Ă©taient plutĂŽt en dent de scie, la prĂ©sence de Trump aux U.S et de Bolsonaro au BrĂ©sil amĂšne un lien plus « fusionnel ».

💡 Deux citations qui claquent pour une future dissertation :

« J’ai toujours admirĂ© les Etats-Unis et cette admiration est devenue encore plus forte aprĂšs votre prise de fonction » Jair Bolsonaro, en entretien avec Trump

« La relation que nous avons avec le BrĂ©sil n’a jamais Ă©tĂ© aussi bonne. Je pense qu’il y avait beaucoup d’hostilitĂ© avec les autres prĂ©sidents, il n’y a aucune hostilitĂ© avec moi » Donald Trump

La grande inconnue : l’Afrique đŸ€”

Trump en Afrique, une permanence ?

Si tu es arrivĂ© jusqu’ici dans ta lecture, et bien bravo ! Ă  parti de maintenant, cela sera beaucoup plus simple Ă  comprendre!

Trump
 n’a jamais mis les pieds en Afrique. Il ignore totalement ce continent dans sa politique internationale. Sa seule interaction avec le continent fut le scandale suivant ses paroles mĂ©prisantes envers de nombreux pays africains, les qualifiant de « shithole ».
Pourtant, est-ce que cela est original chez les dirigeants amĂ©ricains ? En rĂ©alitĂ©, oui et non. Clinton (prĂ©sident de 1993 Ă  2001) les qualifiait dĂ©jĂ  de « trous Ă  rat ». 😼

Cependant, l’époque est diffĂ©rente : aujourd’hui, la compĂ©tition stratĂ©gique face Ă  la Chine oblige les deux pays Ă  avoir des rapports avec l’Afrique, continent en Ă©mergence, qui reprĂ©sente dĂ©sormais un marchĂ© de plus en plus important. La Chine l’a bien compris, et investit massivement dans la rĂ©gion : la CNPC (China National Petroleum Corporation), la compagnie de pĂ©trole du PCC, est aujourd’hui la compagnie Ă©trangĂšre la plus prĂ©sente en Afrique.

Trump et l'Afrique

L’Afrique, la grande inconnue de la stratĂ©gie amĂ©ricaine

Mais pourquoi avoir manquĂ© cette occasion de rĂ©duire l’influence du rival chinois ? đŸ€šCela est dĂ» en grande partie Ă  la mĂ©fiance de l’administration Trump envers les institutions multilatĂ©rales. La stratĂ©gie de Trump, « l’AmĂ©rique d’abord », ne peut pas se rĂ©soudre Ă  la crĂ©ation d’accords bilatĂ©raux « gagnant-gagnant », encore moins lorsqu’il s’agit de favoriser des Ă©changes entre les Etats-Unis et l’Union Africaine : une union politique qui prend en compte tous les pays africains.

Cette incomprĂ©hension et cette mĂ©fiance expliquent par ailleurs les ressentiments de Trump envers l’Union EuropĂ©enne. Ce ressentiment existe aussi lorsque Trump pose les yeux sur l’Union Africaine. Cette guerre d’influence en Afrique, initialement prĂ©vue, n’aura jamais lieu. Ce loupĂ© stratĂ©gique de la part des rĂ©publicains, basĂ© sur des critĂšres idĂ©ologiques, va grandement profiter Ă  la Chine qui va avancer ses pions et faire valoir ses intĂ©rĂȘts dans la rĂ©gion.

💡 Le dĂ©but du mandat Biden marque peut-ĂȘtre le retour des amĂ©ricains sur le continent africain. En effet, Biden reste prudent quant Ă  la stratĂ©gie qu’il va opĂ©rer Ă  l’international mais il a cependant clairement indiquĂ© sa volontĂ© d’opĂ©rer un rapprochement entre les Etats-Unis et le continent africain. 💡

Conclusion : comment Trump s’occupe des relations internationales de son pays ? ❀

Voici un rapide résumé que tu DOIS connaßtre en ce qui concerne la politique étrangÚre de Trump:

đŸ‘‰đŸ» Au niveau de ses relations avec les autres Etats :

  • Trump favorise les relations commerciales dans sa diplomatie et n’hĂ©site pas Ă  utiliser le champ lexical correspondant. Il parle en termes de “Business, business et business”. C’est pourquoi il a de bons rapports avec l’Arabie Saoudite par exemple.
  • Trump favorise les relations avec les hommes forts et dont le pays n’apporte pas une grande importance aux institutions multilatĂ©rales: c’est pour cela qu’il mĂ©prise l’Union EuropĂ©enne et ses dirigeants, mais pas la Turquie et la Russie.
  • Trump favorise les relations avec les dirigeants qui flattent son ego: c’est le cas des Emirats Arabes Unis, de l’Arabie Saoudite, de la CorĂ©e du Nord, du BrĂ©sil


đŸ‘‰đŸ» Au niveau de sa stratĂ©gie Ă  l’internationale et ses actions :

  • Trump agit selon sa stratĂ©gie de “l’AmĂ©rique d’abord”: il refuse les accords multilatĂ©raux pour faire du business unilatĂ©ral (Ă  savoir entre deux partenaires, mais surtout Ă  faveur des Etats-Unis).
  • Trump punit les pays dont l’idĂ©ologie ne rejoint pas la sienne et ne correspond pas au libĂ©ralisme et Ă  la libertĂ©.
  • Trump agit selon des biais cognitifs qui restent trĂšs prĂ©sents dans son esprit : c’est pour cela qu’il ne regarde absolument pas l’Afrique.
  • Trump agit pour satisfaire un Ă©lectorat qui lui fait confiance : c’est ce que reprĂ©sente ses actions envers les Palestiniens.
 
❀  Cet article t'a plu ? Alors suis-nous sur Instagram et parle de nous Ă  tes amis !

🎬  Tu peux aussi t'abonner Ă  notre ChaĂźne YouTube pour dĂ©couvrir nos conseils en vidĂ©o !

✏  Envie de participer Ă  l'aventure ? Rejoins ici notre communautĂ© de rĂ©dacteurs et contribue Ă  la rĂ©ussite d'un tas d'Ă©tudiants !

💡  Et sinon, comme d'hab', tu peux nous poser tes questions sur l'article juste en-dessous !
Banniere Newsletter Hack Blog Version Mobile V3

François Vuillerme

Actuellement Ă  GEM et passionnĂ© par la gĂ©opolitique, je continue mes Ă©tudes dans le but de devenir manager en gestion de risques. Mes articles traiteront essentiellement de cette matiĂšre ou bien d'actualitĂ© 😉.

  • Cours particuliers Sherpas 8
    19€ /h
    Louise Étudiante à HEC
    5
  • Cours particuliers Sherpas 7
    22€ /h
    Karen Étudiant à Polytechnique
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 2
    18€ /h
    Lucie Étudiante à Sciences Po
    4.8
  • Cours particuliers Sherpas 6
    25€ /h
    Antoine Étudiant aux Mines
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 5
    16€ /h
    AngĂ©lique Étudiante Ă  l'ESCP
    5
  • Cours particuliers Sherpas 3
    21€ /h
    David Étudiant à Centrale
    4.9
Besoin de cours particuliers en Géopolitique ? Fais-toi guider par un étudiant passé par une des meilleures écoles de commerce de France.
Prendre un cours gratuit
Notre Livre Méthode Prépa HEC
  • Construire son systĂšme de travail
  • Les meilleurs hacks de productivitĂ©
  • Exceller dans chaque matiĂšre
  • Performer le jour des concours
DĂ©couvrir notre Livre
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-1
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-2
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-3
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-4
  • Cours particuliers Sherpas 8
    19€ /h
    Louise Étudiante à HEC
    5
  • Cours particuliers Sherpas 7
    22€ /h
    Karen Étudiant à Polytechnique
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 2
    18€ /h
    Lucie Étudiante à Sciences Po
    4.8
  • Cours particuliers Sherpas 6
    25€ /h
    Antoine Étudiant aux Mines
    4.9
  • Cours particuliers Sherpas 5
    16€ /h
    AngĂ©lique Étudiante Ă  l'ESCP
    5
  • Cours particuliers Sherpas 3
    21€ /h
    David Étudiant à Centrale
    4.9
Besoin d'un prof particulier exceptionnel en HGG ? Fais-toi guider par un étudiant ayant excellé aux concours de prépa HEC.
Prendre un cours gratuit
Tu veux réussir ta Prépa HEC ?
  • Construire son systĂšme de travail
  • Les meilleurs hacks de productivitĂ©
  • Exceller dans chaque matiĂšre
  • Performer le jour des concours
DĂ©couvrir nos Livres
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-1
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-2
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-3
  • Banniere-Livre-Sherpas-Hec-4
Progresse en cours avec nos profs particuliers et nos livres DĂ©couvrir Progresse avec nos profs particuliers et nos livres DĂ©couvrir